vendredi 6 décembre 2019
Accueil / L'actualité Guyane / Une pirogue de militaires et de gendarmes de l’opération Harpie attaquée par des orpailleurs clandestins
Un site d'orpaillage illégal en Guyane (Crédit photo: DR).

Une pirogue de militaires et de gendarmes de l’opération Harpie attaquée par des orpailleurs clandestins

Trois militaires ont été légèrement blessés et les gendarmes ont interpellé un orpailleur illégal. Dans le cadre du dispositif opérationnel de la mission HARPIE et depuis le Poste Contrôle Fluvial de Saut Maman Valentin, une pirogue de forces de l’ordre a été “prise à partie” par une embarcation soupçonnée d’être impliquée dans l’orpaillage illégal.

La patrouille de pirogues composée de militaires des forces armées de Guyane (FAG) et de deux gendarmes, était en train d’effectuer une mission sur le fleuve Mana activité aurifère illicite lorsqu’elle a repéré plusieurs embarcations suspectes d’être impliquées dans l’orpaillage illégal. Le jour n’était pas encore levé.

“À 5h45, lundi, au moment où le contrôle des pirogues est opéré, l’une d’entre elles fonce délibérément vers les pirogues des forces Harpie”, peut-on liste dans le communiqué commun de la préfecture et du parquet.

La pirogue où se trouve le chef de section a été percutée de plein fouet et a essuyé dans le même temps un tir par arme à feu précise la Gendarmerie de Guyane sur sa page Facebook.

Les militaires en état de légitime défense ont riposté et plusieurs pirogues soupçonnées d’être liées à l’orpaillage illégal ont profité de l’assaut “pour s’échapper sur le fleuve en périphérie“, a indiqué une source au sein des forces de l’ordre.

Plusieurs heures après l’incident, les gendarmes ont interpellé un homme blessé sur la Mana. Ils le soupçonnent d’être “au moins le pilote de la principale pirogue assaillante“, indique une source proche de l’enquête qui précise qu’il a été touché par les tirs des militaires. Ramené à Cayenne mercredi soir, l’homme a été reconnu par des témoins (au sein des forces de l’ordre, ndlr), selon une source proche du dossier.

Au terme de l’opération de lundi,  deux pirogues de 12 mètres ont été saisies, selon la même source.
“Quatre armes approvisionnées et armées dont 1 pistolet automatique, deux pirogues de 12 mètres, deux moteurs de 75 CV, un téléphone satellite, un motopompe et une petite quantité d’or”, ont été saisis, selon le communiqué des autorités.

De plus, trois militaires des FAG  ont été “légèrement blessés au cours de l’accrochage”, indique encore le communiqué en ajoutant que “cette agression, à l’encontre des forces Harpie, porte à neuf les prises à partie par armes à feu depuis le début de l’année“.

Dès la connaissance des faits, six officiers de police judiciaire de la Section de Recherches et un technicien d’identification criminelle de la gendarmerie de Guyane ont été  projetés sur place par les 2 hélicoptères de la Section Aérienne de la Gendarmerie.

Opération de police administrative et judiciaire exécutée selon des procédés militaires, la mission HARPIE constitue le volet répressif de la Lutte Contre l’Orpaillage Illégal. Elle est aussi une opération intérieure (OPINT) majeure pour les forces armées en Guyane dont les résultats conduisent les garimpeiros et leurs logisticiens à prendre de nombreux risques.

Avec AFP

A voir également

Des gendarmes mobiles (Crédit photo MG/L'Essor).

61 escadrons de gendarmerie mobile mobilisés pour les manifestations du 5 décembre

Les gendarmes mobiles vont être à nouveau massivement mobilisés pour la journée de grève du jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *