mercredi 30 septembre 2020
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Maëlys : les recherches toujours vaines, les gendarmes vérifient les infos
Illustration (AV/L'Essor).

Maëlys : les recherches toujours vaines, les gendarmes vérifient les infos

L’appel à témoins lancé après la disparition de la petite Maëlys a connu un large écho et les enquêteurs passent au crible les informations recueillies, a indiqué jeudi la gendarmerie, après la fin, sans résultat, des fouilles au lac d’Aiguebelette (Savoie).

Six patrouilles en voiture, dix gendarmes sur le terrain et douze membres de la cellule d’enquête restent mobilisés pour retrouver Maëlys, 9 ans, disparue lors d’une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère) dans la nuit du 26 au 27 août, a-t-on ajouté de même source.

Les gendarmes sont par ailleurs “à la disposition” de l’enquête pour procéder si nécessaire à de nouvelles recherches.

Les fouilles menées autour et dans le lac d’Aiguebelette (Savoie), proche de l’endroit de la disparition de la fillette et du domicile du principal suspect, se sont achevées sans résultats mercredi soir.

Les recherches également menées dans un autre lac proche, celui de Romagnieu (Isère), ne sont pas terminées mais ne reprendront que vendredi ou lundi. Le suspect, incarcéré “à l’isolement” près de Grenoble, a reçu la visite de sa mère auprès de laquelle il a répété “ses dénégations les plus fortes, ce qu’il a toujours fait“, a indiqué par ailleurs son avocat à l’AFP, Me Bernard Méraud.

Pour des raisons de sécurité“, il a été transféré jeudi en journée de la maison d’arrêt de Varces au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), a-t-il ajouté, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. barraban

    Bonjour,
    une heure, cela semble court pour se livrer à un meurtre, un aller retour en voiture, la dissimulation d’un enfant (je n’ose dire d’un corps).
    Le meurtrier présumé ne serait-il pas revenu à la fête après son forfait seulement pour se montrer, afin de ne pas éveiller les soupçons ?
    Auquel cas, il aurait dissimulé temporairement l’enfant quelque part (un sous-bois, dans sa maison, ou qui sait dans le coffre de sa voiture), en attendant de venir la récupérer un peu plus tard. Et dans cette hypothèse, il aurait disposé de beaucoup plus de temps après son départ définitif de la fête pour dissimuler un corps, étant parti avant l’arrivée des gendarmes, vers quatre heures du matin…
    Pardon de faire injure aux enquêteurs qui ont très certainement déjà envisagé la question…
    Bien que je suppose que tout cela ait déjà été envisagé par les enquêteurs…

    • Lafoudre

      Pour le moment c’est une disparition, pas un meurtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *