samedi 26 septembre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Un GO-Fast en provenance d’Espagne intercepté par le GIGN sur l’A7
Les prémices d’un nouveau voyage depuis Gérone ayant été détectés par les enquêteurs espagnols dans les derniers jours de septembre, les juges français et espagnol ont décidé de procéder à l’interpellation du convoi au cours de son périple en France. L’alerte a été déclenchée le samedi 30 septembre en fin d’après midi. L'interception a eu lieu un peu après minuit. (Photo Gendarmerie nationale)

Un GO-Fast en provenance d’Espagne intercepté par le GIGN sur l’A7

Une opération inter­services et internationale a permis l’interception le 1er octobre d’une cargaison de cannabis au péage de Vienne en Isère. Plus de 340 kg de résine étaient cachés dans le châssis d’un des véhicules interceptés.

Les saisies de stupéfiants opérées par les divers services judiciaires et douaniers français et espagnols depuis le début des investigations en 2017 dépassent 2,7 tonnes.(Photo Gendarmerie nationale).

Le réseau était implanté à Gérone en Espagne

L’enquête,  ouverte en février à la JIRS de Marseille, a été menée par la division 13 de la section de recherches de la gendarmerie de Marseille en collaboration avec l’antenne de la Douane de Montpellier et leurs collègues de la Douane espagnole.

Depuis plusieurs mois, un réseau de trafiquants de résine de cannabis, implanté à Gérone en Espagne, faisait l’objet d’une enquête. Ce réseau alimentait le sud de la France, voire au-delà, en transportant de la résine de cannabis par camion.

Trois camions ont été interceptés entre février et juin dont un en Espagne. D’autres livraisons ont pu être observées par les enquêteurs de la gendarmerie et de la douane française comme espagnole, qui accumulaient les éléments contre les auteurs de ce trafic de grande ampleur.

Quatre personnes écrouées

Les enquêteurs ont décidé d’intervenir le 30 septembre en fin d’après-midi. Une filature a été mise en place d’abord par les enquêteurs espagnols avant qu’ils ne passent le relais à leurs collègues français.  C’est finalement au péage de Vienne, sur l’A7 en direction de Lyon, que le GIGN, également sur les traces du convoi depuis le passage de la frontière, a intercepté les trois véhicules, un camion et deux voitures, en souplesse et sans incident peu après minuit.

L’enquête, ouverte en février à la JIRS de Marseille, a été menée par la section de recherches de la gendarmerie de Marseille en collaboration avec l’antenne de Montpellier de la direction opérationnelle des douanes (DOD) et dans le cadre d’une équipe commune d’enquête avec la douane espagnole (DAVA), première du genre .(Photo Gendarmerie nationale).

Un camion et deux “voitures ouvreuses”

Dans le camion, un Mercedes Sprinter, les enquêteurs français et espagnols ont découvert une cache contenant plus de 343 kilos de résine de cannabis. Le chauffeur du camion, de nationalité bulgare, et les conducteurs des deux voitures “ouvreuses”, deux frères de nationalité marocaine, ont été placés en garde à vue par les gendarmes à Marseille.

Les enquêteurs français et espagnols ont découvert une cache contenant plus de 343 kilos de résine de cannabis (Photo/Gendarmerie nationale).

Présentés mercredi au magistrat marseillais, ils ont tous les trois été mis en examen et écroués.

De leur côté, les douaniers espagnols ont interpellé lundi la tête du réseau à Gérone et saisi encore 30 kilos de cannabis et 26 000 € en liquide.

Après neuf mois d’investigations, le bilan global de l’opération gendarmerie douane franco-espagnole du week-end est donc de quatre personnes écrouées et plus de 370 kilos de résine de cannabis saisis.

Les saisies de stupéfiants opérées par les divers services judiciaires et douaniers français et espagnols depuis le début des investigations en 2017 dépassent 2,7 tonnes.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *