vendredi 4 décembre 2020
Accueil / Société / Trafic de cocaïne à Roissy : deux ex-policiers de la PAF devant les assises
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Trafic de cocaïne à Roissy : deux ex-policiers de la PAF devant les assises

Deux anciens membres de la police aux frontières (PAF) ont été renvoyés devant une cour d’assises pour avoir facilité l’importation de cocaïne en France dans le cadre d’un vaste réseau a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Photo d’illustration.

Clément G., 40 ans, et Christophe P., 54 ans, notamment poursuivis pour importation de stupéfiants en bande organisée et corruption passive, devraient être jugés pour avoir permis sept passages de “mules” chargées de drogue à l’aéroport francilien de Roissy-Charles de Gaulle, entre 2010 et le 25 janvier 2015, date de leur arrestation en flagrant délit, d’après cette source, confirmant une information du Point.

A leurs côtés, parmi les douze personnes renvoyées devant les assises, Kamel B., 41 ans, considéré comme la tête du réseau par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS). Les enquêteurs n’ont pas réussi à déterminer quelle quantité de drogue avait ainsi pu être importée depuis la République dominicaine.

Les deux anciens policiers ont reconnu leur implication dans le réseau, relèvent, d’après une source proche du dossier, les juges dans leur ordonnance signée le 5 septembre: ils étaient chargés de faire passer les “mules” aux différents contrôles.

Cette activité leur a permis d’empocher au total entre 540.000 et 620.000 euros, à savoir 40.000 euros par “mule“, selon une estimation fournie en interrogatoire par Clément G.

C’est ce dernier, policier de la PAF à partir de 2004, qui a fait le premier la connaissance de Kamel B. Bien vu par ses supérieurs, Clément G., est décrit comme “flambeur” avec une personnalité “solitaire” et “anxieuse“, d’après une expertise psychologique.

Lui-même a expliqué devant les enquêteurs qu’il avait voulu infiltrer l’organisation. “A partir de 2012, j’aurais pu arrêter. J’avais 150.000 euros chez moi. Donc, si je continue, c’est parce que je veux faire tomber le réseau“, a-t-il raconté.

Plus discret, Christophe P., en service à la PAF à partir de 1999, a assuré que c’était son collègue qui l’avait amené “à participer à la prise en charge des importations“.

Après leur arrestation, 151.236 euros ont été récupérés par les enquêteurs, cachés chez une connaissance de Clément G. dans la région bordelaise. Kamel B. avait déjà été interpellé en 2011 à Paris avec 499.500 euros dans le coffre d’une voiture.

Une somme qu’il avait alors justifiée par des gains aux jeux et qu’il avait proposé aux policiers de récupérer s’ils ne l’arrêtaient pas. Ancien joueur de football à un niveau amateur, il avait été libéré en 2013 avant d’être à nouveau arrêté le 25 janvier 2015.

Avec AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.