lundi 28 septembre 2020
Accueil / L'actualité Normandie / Collomb veut externaliser les contrôles de vitesse pour affecter les forces de l’ordre à d’autres missions
Photo d'illustration (L'Essor).

Collomb veut externaliser les contrôles de vitesse pour affecter les forces de l’ordre à d’autres missions

Gérard Collomb veut confier les contrôles de vitesse des automobilistes à des sociétés extérieures pour recentrer policiers et gendarmes sur leurs missions de sécurité, indique samedi le ministre de l’Intérieur dans un entretien aux quotidiens régionaux du groupe Ebra.

Pour affecter gendarmes et policiers à leurs missions prioritaires d’enquête, de sécurité, le principe de confier les aspects matériels du contrôle de vitesse à des sociétés extérieures est une solution pertinente“, juge le ministre.

Les communes le font pour les fourrières avec des délégations de service public et cela fonctionne“, fait-il valoir. Gérard Collomb assure néanmoins que la verbalisation des automobilistes en excès de vitesse “restera de la compétence des policiers” et que les sociétés extérieures “seront rémunérées au forfait et pas en fonction du nombre de PV“.

Première expérimentation en Normandie

Capture d’écran Public Sénat.

Le gouvernement va d’abord expérimenter l’externalisation des contrôles de vitesse routiers en Normandie avant de l’étendre, a annoncé lundi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Le ministre, qui souhaite ainsi recentrer policiers et gendarmes sur leurs missions de sécurité, n’a pas précisé quand il comptait lancer cette expérimentation, ni le territoire concerné (département ou région).

C’est une expérimentation que nous allons d’abord réaliser” en “Normandie, puis que nous allons étendre“, a-t-il déclaré sur Public Sénat.

Il n’y aura pas une poussée” pour qu'”on mette le plus d’amendes possible“, a promis le ministre en réponse aux craintes que les sociétés concernés ne multiplient les PV pour doper leurs chiffres d’affaires. La société ne sera “pas rémunérée au nombre de PV” mais il y aura “un forfait fixé d’avance“, a-t-il expliqué.

Le projet sur les rails depuis 2015

La mesure avait déjà été évoquée en octobre 2015 lorsque le gouvernement de Manuel Valls avait présenté 22 mesures pour lutter contre l’insécurité routière : “Le gouvernement veut également augmenter l’utilisation des radars embarqués dans des véhicules banalisés en confiant leur mise en oeuvre à des prestataires agrées” sous étroit contrôle de l’Etat” pour libérer policiers et gendarmes de cette charge.

Le gouvernement met le paquet sur les radars pour lutter contre l’insécurité routière

En janvier 2017, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Bruno Le Roux, avait annoncé le lancement de l’appel d’offrespour que ces radars soient confiés à des sociétés qui vont uniquement les faire rouler”. “Ils resteront sous la responsabilité de l’État”, avait-il assuré.

En 2016, la mortalité routière a augmenté pour la troisième année consécutive (3.477 morts) après douze ans de baisse, une première depuis 1972. Les principales causes d’accident restaient la vitesse excessive (facteur d’un accident mortel sur trois) et l’alcool (29% des accidents mortels).

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. C’est grave de laisser le privé s’immiscer dans la constatation des excès de vitesse… Tout simplement pour ne pas augmenter le nombres de fonctionnaires…
    C’est dommage pour notre pays!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *