mardi 20 août 2019
Accueil / Société / L’IGPN va comptabiliser les personnes blessées ou tuées par la police
police nationale
Voiture de la Police nationale ( Photo d’illustration D.C ).

L’IGPN va comptabiliser les personnes blessées ou tuées par la police

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) va se doter d’un outil de comptabilisation du nombre de personnes blessées ou tuées par la police lors d’interventions, a annoncé mercredi Marie-France Monéger-Guyomarc’h, la patronne de l’IGPN.

Dans une police démocratique, il faut connaître ce genre de chiffres“, a déclaré Mme Monéger-Guyomarc’h, en marge de la présentation du bilan d’activité 2016 de l’IGPN. Le recensement se fera “au sens large“, a-t-elle détaillé et inclura des personnes “sur lesquelles on tire lors d’une intervention” en légitimité, mais aussi “les personnes blessées lors d’un accident ou encore la personne qui décède d’une crise cardiaque dans les geôles“.

L’IGPN est actuellement en attente de l’autorisation de la Commision nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et “espère pouvoir fonctionner en 2018“.

C’est un devoir de la police nationale de s’interroger là-dessus“, a estimé Mme Monéger-Guyomarc’h.

On pourra aussi de temps en temps avoir les arguments pour pouvoir répondre à un certain nombre de questions voire même de mises en accusation. Cela nous donnera aussi une idée de ce qu’il faut faire évoluer dans la maison police“, a-t-elle ajouté. “C’est un projet où on va simplement comptabiliser, ce n’est pas un projet où on va séparer ce qui est légitime et ce qui n’est pas légitime“, a-t-elle insisté.

Le recensement se fera “au sens large“, après “on fera des sous-catégories par rapport aux policiers intervenants, aux conditions de l’intervention(…) de manière à pouvoir avoir au bout du bout une vision suffisamment large de la réalité“, selon elle.

Pour les blessés, seront pris en compte “les blessures considérées les plus graves“, c’est-à-dire avec dépôt de plainte suivi d’une interruption totale de travail (ITT) de huit jours délivrée par la médecine légale. “Ce n’est pas la rumeur publique qui comptabilisera“, a insisté la patronne de l’IGPN.

Quant aux fonctionnaires de police blessés ou tués, ils sont déjà comptabilisés par les autorités.

AFP

A voir également

La caserne Delcassé, où réside le gendarme accusé de viol (Crédit photo: Google maps).

La garde à vue du jeune gendarme accusé de viol levée (actualisé)

Un jeune gendarme est accusé de viol. Il a été placé en garde à vue ce lundi 29 juillet dans l'après-midi.

3 Commentaires

  1. Notre Police des Polices n’a vraiment rien à faire… Elle ferait mieux de chasser les Gardiens de la Paix radicalisés ou ceux qui sont recrutés avec un casier judiciaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *