mercredi 30 septembre 2020
Accueil / Société / Un documentaire inédit sur « Leclerc, le rebelle »

Un documentaire inédit sur « Leclerc, le rebelle »

A voir sur France 3 lundi 27 novembre après le Soir 3

Il y a 70 ans, le 28 novembre 1947, le général Philippe Leclerc de Hauteclocque, grande figure de la France libre, mourrait à 45 ans dans l’accident de son avion près de Colomb-Béchard dans le Sahara algérien.

Chacun connaît la geste épique de Leclerc et de ses hommes de la prise de Koufra (mars 1941) à la prise du Nid d’aigle d’Hitler à Berchtesgaden (mai 1945) en passant par la libération de Strasbourg (novembre 1944).

Peu de Français ont en mémoire la trentaine de mois qui ont suivi la fin de la guerre et le rôle de Leclerc, notamment en Indochine.

Le réalisateur Christophe Remy a choisi de s’intéresser à cette période dans un documentaire de 52 mm intitulé « Leclerc, le rebelle », un travail solide évitant l’hagiographie. Il a recueilli les témoignages de la dernière fille du maréchal Leclerc, de ses derniers compagnons d’armes et d’historiens.

Sans surprise, ces derniers frères d’armes de Leclerc ne tarissent pas d’éloges sur leur « patron ». Ainsi Jacques Hébert, 97 ans, l’un des dix derniers Compagnons de la libération vivants qualifie-t-il Leclerc de « mythe mais un mythe qui a existé ». Sa fille assure qu’on « sentait toujours qu’il était habité par le Bon Dieu ».
Derrière l’homme de guerre aux intuitions tactiques remarquables, le documentaire trace le portrait d’un Leclerc plus politique qui avait compris la nécessité d’engager des réformes profondes en Indochine et en Algérie.

La dernière partie du documentaire est évidemment consacrée à l’ « accident mystérieux », selon le réalisateur, au cours duquel le général Leclerc, alors inspecteur des forces terrestres en Afrique du Nord et général d’armée, a péri avec les onze occupants officiels du bombardier américain b-25 Mitchell, transformé en avion de transport.

L’enquête conclura à une erreur de pilotage de l’appareil pris dans une tempête de sable.

Sauf que l’on retrouvera un treizième corps – jamais identifié – dans les débris de l’avion. Une énigme toujours pas percée à ce jour et qui a donné lieu à de nombreuses hypothèses, dont celle de l’attentat.

Le documentaire comporte également des images noir et  blanc peu connues et les dessins du petit-fils d’un officier qui est mort dans le crash.

En même temps que ce film, sort un livre intitulé « Leclerc, patriote et rebelle » (Editions Ouest-France) co-écrit par deux historiens, Christine Levisse-Touzé, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale et Julien Toureille.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *