dimanche 18 août 2019
Accueil / Société /  Collomb : la police de sécurité du quotidien débutera “dès la fin de l’année”
Paris, le 18 mai 2017, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, arrive dans la cour de l’Elysée pour le premier Conseil des ministres du gouvernement d’Edouard Philippe. (Photo M.GUYOT/ESSOR)
Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb (Photo M.GUYOT/ESSOR).

 Collomb : la police de sécurité du quotidien débutera “dès la fin de l’année”

La “police de la sécurité du quotidien“, police de proximité promise par Emmanuel Macron, commencera à être mise en place “dès la fin de l’année“, a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb dans une interview au Figaro.

La mise en place de la police de la sécurité du quotidien commencera dès la fin de l’année“, a déclaré le ministre, sans précisions quant aux effectifs qui lui seront dévolus et au budget alloué. Pour la Gendarmerie, cette mesure se traduit par l’expérimentation des brigades de contact. 

Symbole de la politique sécuritaire de Lionel Jospin, la police de proximité avait été enterrée sous Nicolas Sarkozy. La création d’une “police de sécurité quotidienne” était une promesse du candidat Macron, qui voulait ainsi “construire avec les élus de terrain, avec la population et l’ensemble des acteurs les solutions de sécurité“.

La “pol prox“, marqueur idéologique entre la gauche et la droite, qui lui préfère une police d’intervention, est notamment défendue comme un facteur d’apaisement entre jeunes et police dans les quartiers difficiles.

Eric Ciotti, député : “Le retour d’une vieille lubie”

Après cette annonce, le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a dénoncé ce retour à la police de proximité.  “Ce retour à une vieille lubie de la gauche, fiasco inédit qui n’avait pas fait baisser le sentiment d’insécurité des Français mais avait bien au contraire provoqué une explosion de la délinquance. Comme le rappelait justement Nicolas Sarkozy au moment de revenir sur ce dispositif lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, « les policiers ne sont pas des travailleurs sociaux et organiser des matchs de rugby pour les jeunes du quartier n’est pas leur mission. »”. 

A l’heure de la menace terroriste et de l’augmentation de la délinquance, le député estime que “les priorités opérationnelles des policiers doivent être orientées principalement vers l’investigation et le renseignement.

Dans un communiqué publié le 16 août, le syndicat ALTERNATIVE Police CFDT se réfère aussi aux expériences passées et prévient “Police de proximité, brigade de sécurité de quartier (BSQ) et autres unités, créées dans le cadre  de réformes successives précipitées, uniquement basées sur un déploiement massif d’effectifs  pris sur d’autres missions, ont toutes été un constat d’échec !“.

Le syndicat demande à ce que les réformes se fassent en concertation avec les acteurs sociaux, principalement l’Education nationale et suggère “Outre l’éradication des noyaux durs de délinquance et la mise à l’écart de certaines familles  connues  pour  leurs  agissements  délictueux  dans  certains  quartiers,  la  volonté gouvernementale d’une nouvelle police de proximité nécessite surtout un accompagnement  concomitant, voire en amont à toute mise en œuvre, d’une véritable politique de la ville et  sociale.  Il faut un réinvestissement fort de l’ensemble des acteurs au sein de ces quartiers difficiles  laissés à l’abandon depuis plusieurs décennies afin de permettre une présence policière  permanente avec, pourquoi pas, l’installation d’annexes de commissariat, ou commissariats de quartier tels qu’ils existaient il y a 30 ans“.

“Un contresens” pour Georges Fenech

Georges Fenech, en charge des questions de justice chez Les Républicains, a quant à lui estimé sur Franceinfo qu’au vu de la “menace terroriste“, “redéployer les fonctionnaires de police dans un rôle de proximité” était “un  contresens“.  Pour lui, “c’est une dispersion des forces de police. Il faut créer 2 à 3000 postes de fonctionnaires de police pour lutter contre le terrorisme“. Il souhaite “retirer progressivement la force Sentinelle“.

Le député FN du Nord Sébastien Chenu a pour sa part déclaré sur France Interqu’il n’y a pas de stratégie concernant la sécurité des Français. D’un côté on nous annonce 562 millions d’euros, je crois, de baisse de budget pour la police, de l’autre côté on nous annonce la recréation de cette police de proximité dont je rappelle que l’IGPN (Inspection générale de
la police nationale) a déclaré en 2001 combien elle était un échec et combien elle ne répondait pas à la demande

avec AFP

A voir également

La caserne Delcassé, où réside le gendarme accusé de viol (Crédit photo: Google maps).

La garde à vue du jeune gendarme accusé de viol levée (actualisé)

Un jeune gendarme est accusé de viol. Il a été placé en garde à vue ce lundi 29 juillet dans l'après-midi.

Un commentaire

  1. Dagnes marie

    Cette police dite “de sécurité du quotidien” ne fait-elle pas double emploi avec la police municipale? Les fonctions sont-elles les mêmes ? En ce qui concerne la police municipale, excepté “arpenter en voiture les rues “,mettre des contraventions aux véhicules qui n’ont pas apposé leur disque de stationnement, je ne vois pas quel est leur rôle. Il y a toujours autant de conducteurs qui
    S’attribuent les places handicapés, qui stationnent en double file,bloquant les autres correctement garés . Toujours les QUADS et les motos pourtant interdits en ville,qui sillonnent les rues dans un boucan d’enfer. Je ne parle pas des bandes de jeunes ou moins jeunes,buvant,fumant,criant et jetant leur détritus sur trottoirs et chaussée .les citoyens respectueux de la vie en communauté sont lassés de cet état de fait qui s’amplifie,sans que ceux qui nous gouvernent ne trouvent les bons remèdes et la poigne indispensable à les faire respecter. Nous,la classe moyene, sommes ballotes entre les populations en déshérence sociale,économique et culturelle,et les nantis qui ignorent ou voient de loin les vicissitudes de ceux qui participent largement à remplir les caisses de l’état. En conséquence, nous souhaitons que notre sécurité, notre quiétude nous soient assurées en retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *