vendredi 19 avril 2019
Accueil / A la une / La direction générale réfléchit à une augmentation des effectifs de la gendarmerie mobile
augmentation effectifs gendarmerie mobile
Des gendarmes mobiles (Crédit photo+ MG/L'Essor).

La direction générale réfléchit à une augmentation des effectifs de la gendarmerie mobile

Les effectifs de la gendarmerie mobile vont-ils repartir à la hausse? La direction générale étudie le dossier alors que la crise des Gilets jaunes éreinte les forces. En cinq mois, les escadrons ont été massivement employés.

Ce mercredi 11 avril, le patron des gendarmes, auditionné à l’Assemblée nationale, a révélé qu’une réflexion était en cours dans l’Institution. Un questionnement logique après l’emploi massif des gendarmes mobiles dans les opérations de maintien de l’ordre des manifestations des Gilets jaunes.

Le rassemblement des Gilets jaunes le samedi 1er décembre (Crédit photo: capture d'écran Euronews).
Le rassemblement des Gilets jaunes le samedi 1er décembre (Crédit photo: capture d’écran Euronews).

Augmentation

“Nous sommes en train de réfléchir à une augmentation des unités“, a annoncé Richard Lizurey, le directeur général. La hausse envisagée des effectifs des escadrons de gendarmerie mobile puiserait dans le contingent d’emplois supplémentaires déjà prévu. A son élection, Emmanuel Macron a promis de recruter 7.500 policiers et 2.500 gendarmes en plus sur cinq ans. L’augmentation des effectifs en gendarmerie mobile permettrait, ajoute le général d’armée, “de redonner de la marge aux escadrons”.

Lire aussi sur L’Essor: Davantage de gendarmes blessés face aux Gilets jaunes qu’à Paris lors de Mai 68

La crise des Gilets jaunes a rincé les gendarmes mobiles, avec, par exemple, le 8 décembre 2018, la mobilisation de 106 escadrons de gendarmerie mobile sur 109. Depuis le 17 novembre, ils sont sur le pont. Au point que certains militaires mobilisés dans cette opération de maintien de l’ordre n’ont bénéficié que de deux week-end de repos en cinq mois!

Stage de recyclage

Cet effort intense remet en question l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Et pour les unités, les conséquences de cette crise sont inquiétantes. Tous les deux ans, les escadrons doivent faire un stage de recyclage au centre national d’entraînement des forces de Gendarmerie (CNEFG) de Saint-Astier (Dordogne). En ce début d’année 2019, certains escadrons attendent maintenant ce stage depuis trois ans.

“C’est une préoccupation, car la formation est essentielle, souligne Richard Lizurey. Mais la priorité est de trouver des périodes de repos pour les gendarmes mobiles.”

Lire aussi sur L’Essor: A l’occasion des 50 ans de Saint-Astier, le ministre annonce un nouveau schéma national de maintien de l’ordre

Pour que les escadrons retrouvent les chemins de la formation, l’une des pistes est de découper le stage en modules plus courts. Ces derniers pourraient alors être enseignés ailleurs qu’à Saint-Astier.

Actuellement, on compte environ 13.000 gendarmes mobiles. Un chiffre revu à la hausse pour la dernière fois en 2016, avec la création d’un escadron, le 20/1 de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), et l’ajout d’un peloton supplémentaire dans 22 escadrons.

Lire aussi sur L’EssorVIDÉO – Prise de commandement à l’EGM 20/1 créé à Rosny-sous-Bois

On ignore pour le moment l’ampleur de la nouvelle augmentation aujourd’hui envisagée. Une chose est sûre: la gendarmerie mobile devrait évoluer. En témoigne ce commentaire du directeur général à propos de la formation. Il estime que “le modèle est aujourd’hui moins adapté à la situation opérationnelle“.

Gabriel Thierry.

A voir également

Tarn-et-Garonne: un motocycliste de la Gendarmerie se tue hors service dans un accident

Marié et père de trois enfants, l'adjudant Didier Terrisse, 50 ans, servait comme motocycliste à la brigade motorisée de Moissac.

5 Commentaires

  1. Lgd

    Augmentation des gendarmes mais suppression à court terme des 5eme pelotons !!!
    Certains commandant d’unité non pas tirés profit de la chance qui leurs étaient donnée à cinq pelotons pour jongler et soulager certains personnels de l’unité.
    Alors augmentation !!! Malheureusement toujours du blabla et rien ne bouge. La gendarmerie n’est pas âme à réagir rapidement à l’instar des hommes où l’on exige beaucoup. L’adage reccurent de la hiérarchie : action=réaction !!!
    On croit rêver et toujours ce manque de reconnaissance voire différence, ce qui est plus grave.
    Bonne continuation 😭

    • Naoned 46

      Un petit rappel
      En 1939 population française 41500000 habitants effectif de la Garde Mobile 21000 hommes
      En 2019 population française 66000000 habitants effectif de la Gendarmerie Mobile 12000 hommes + 13000 CRS total 25000 spécialistes mo
      Merci pour toujours à Sarkozy pour la perte de 15 escadrons compensés en infime partie par la recréation d’un seul
      Je ne compte pas les 5 emes pelotons car avec eux certains egm sont à effectif de 130 soit moins que les 134 en 1970 Tous les autres egm sont à 110
      Sauf erreur de ma part quelques associations de personnels militaires gie ont dit à monsieur Fauvergue président de la commission chargée de faire le point sur les forces de sécurité que la création de 5 egm serait suffisante et pas 15
      Bravo alors que les interventions sont maintenant à 65 à terre et que la multiplication des véhicules au sein des egm réduit encore le nombre d’intervenants

  2. Toujours faire et défaire,après l’Algérie ,dissolution d’escadrons,même si après une étude de l’époque il fallait 200 escadrons pour quadriller le pays avec en plus la D.O.T Après mai 68 création de onze escadrons =134 x 11 =1474 gendarmes en plus. Et dernièrement dissolution de quinze escadrons.Et maintenant ????????

  3. Fougasse

    Les créations et dissolutions d’escadrons après les conflits et mouvements sociaux sont bien rappelés dans le post de Draillet ci-dessus. On sait que ces mesures arrivent trop tard pour traiter les crises qui les provoquent mais elles permettent quand même d’adapter des dispositifs souvent sous-dimensionnés. Je suis plus perplexe sur ces 5e pelotons dont on vient d’annonce la dissolution. Si on comprend la motivation (= plus de gendarmes en zone gendarmerie pour renforcer la GD), on pouvait se demander si c’était bon pour la cohésion des unités. Par exemple, est-ce que le 5e peloton partait aussi à St Astier quand c’était le tour de l’escadron?

  4. Retraité

    De nouveaux escadrons semblent une bonne perspective.
    S’il y a création de nouveaux parcs immobiliers pour les accueillir, cela sera peut-être l’occasion d’y intégrer si possible par exemple : les locaux des unités territoriales de la gendarmerie départementale lorsque ces dernières sont situées sur la même commune ou à proximité !

    C’est aussi peut-être une manière de renforcer la cohésion… et de faire des économies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !