samedi 14 décembre 2019
Accueil / A la une / Davantage de gendarmes blessés face aux Gilets jaunes qu’à Paris lors de Mai 68
Affrontement entre des gilets jaunes et les forces de l'ordre le 1er décembre à l'Arc de Triomphe (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)
Affrontement entre des gilets jaunes et les forces de l'ordre le 1er décembre à l'Arc de Triomphe (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)

Davantage de gendarmes blessés face aux Gilets jaunes qu’à Paris lors de Mai 68

Le nombre de gendarmes blessés dans les opérations de maintien de l’ordre face aux Gilets jaunes vient de passer un inquiétant cap symbolique. Selon le dernier décompte de la direction générale, entre 460 et 470 militaires ont été blessés depuis le début du mouvement de contestation lancé le 17 novembre 2018.

Une fourchette, englobant gendarmes mobiles et départementaux, qui est désormais supérieure au nombre de gendarmes mobiles blessés lors des opérations parisiennes de maintien de l’ordre de Mai 68. Selon l’ouvrage “La Gendarmerie mobile à l’épreuve de mai 1968” (Thierry Forest, éditions du Service historique de la défense), 431 gendarmes mobiles avaient alors été blessés dans ce qui était, avant les Gilets jaunes, l’opération de maintien de l’ordre de référence en France.

Lire aussi: Notre dossier spécial sur Mai 68 dans notre édition magazine d’avril 2018

Deux événements bien différents

Une comparaison à prendre avec précaution car on ignore le chiffre total des gendarmes blessés lors de Mai 68. Les 431 militaires touchés correspondent aux seuls blessés à Paris, alors que la contestation a été nationale. On ignore également si, entre ces deux engagements majeurs, les règles de signalement d’une blessure ont changé.

Mai 68 et les Gilets jaunes se distinguent enfin sur de nombreux points. La protection des gendarmes a été largement revue à la hausse. Il y a 51 ans, le casque ne couvre pas le cou des militaires qui n’ont pas de jambières. Et, alors que les étudiants défendent avant tout l’accès au Quartier Latin, les manifestations des Gilets jaunes se soldent par des actions violentes offensives contre les forces de l’ordre.

Lire aussi sur L’Essor: Les secrets de Mai 68 (1/5) : la gendarmerie mobile massivement engagée à Paris

Exemple avec la dernière manifestation d’ampleur des Gilets jaunes, le 16 mars à Paris. Vingt-quatre gendarmes sont blessés ce jour-là. Les quatre escadrons qui défendaient l’Arc de Triomphe sont violemment pris à partie par des Gilets jaunes et des black blocs. L’un des militaires, un gendarme de l’escadron de gendarmerie mobile 45/7 d’Auxerre (Yonne), sera gravement blessé à la mâchoire, soit 45 jours d’incapacité totale de travail. “Il portait pourtant une visière, ce qui donne une idée de la force avec laquelle le pavé a été projeté“, soulignera Richard Lizurey, le directeur général, devant les sénateurs. Selon L’Yonne républicaine, le gendarme a été opéré le soir même.

Gabriel Thierry.

A voir également

Photo d'illustration (PH : MG l'Essor de la Gendarmerie)

28 officiers de Gendarmerie diplômés de l’Ecole de guerre

28 officiers de gendarmes, dont six femmes, sont désormais diplômes de l'Ecole de guerre, passage obligé vers les hautes responsabilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *