mardi 2 juin 2020
Accueil / L'actualité Centre-Val de Loire / Vouvray: la brigade de gendarmerie s’implantera finalement bien en terres viticoles
Le terrain sélectionné pour la construction de la future brigade de gendarmerie est situé en zone viticole de l'appellation Vouvray. (Image d'illustration - Couleur/Pixabay)
Le terrain sélectionné pour la construction de la future brigade de gendarmerie est situé en zone viticole de l'appellation Vouvray. (Image d'illustration - Couleur/Pixabay)

Vouvray: la brigade de gendarmerie s’implantera finalement bien en terres viticoles

Un gros pépin en moins pour le projet de brigade de gendarmerie sur les terres viticoles de l’appellation Vouvray. Le tribunal administratif d’Orléans a en effet tranché en faveur de la collectivité, validant le projet au nom de l’intérêt général et de la sécurité publique.

Un article, paru il y a quelques jours dans les colonnes du journal régional La Nouvelle République vient de révéler l’information. Le rejet des deux recours formulés auprès du tribunal administratif d’Orléans date du 29 janvier dernier. Le syndicat des vignerons de l’appellation Vouvray, à l’origine d’un des recours, a décidé de faire appel.

Un projet qui date de 2012

Ce projet de brigade ne date pas d’hier. En effet, c’est en 2012 que les gendarmes ont officiellement exprimé leur souhait de quitter leurs locaux. La caserne, construite au début des années 1970, était prévue pour accueillir six militaires et leur famille. Ils sont aujourd’hui quatorze à servir au sein de la brigade. Par ailleurs, cette dernière est située sur les bords de Loire, en zone inondable.

Lire aussi: Quatre propositions pour les brigades de Gendarmerie du futur

C'est cette parcelle (à droite), en friche depuis 1946, qui a été choisie pour l'implantation de la nouvelle brigade de Gendarmerie de Vouvray. (Capture d'écran - GoogleStreetMap)
C’est cette parcelle (à droite), en friche depuis 1946, qui a été choisie pour l’implantation de la nouvelle brigade de Gendarmerie de Vouvray. (Capture d’écran – GoogleStreetMap)

Après plusieurs études et la validation du projet par la Gendarmerie, une parcelle située au lieu-dit “Les Quarts de La Gaudrelle” est sélectionnée. Problème: bien qu’en friche depuis 1946, le terrain est situé en zone viticole d’appellation d’origine contrôlée (AOC). Il suscite donc depuis 2018, une vive opposition de la part du syndicat des viticulteurs du Vouvray. Son directeur, François Bouteille, joint par L’Essor, explique. “Notre activité évolue en permanence en fonction de l’offre et de la demande. Or nous faisons face à une disponibilité de plus en plus faible des terrains classés AOC. C’est l’expansion de notre activité qui est en péril.”

La crainte de l’après brigade de gendarmerie

Ce n’est d’ailleurs pas le projet d’une nouvelle gendarmerie en lui-même qui pose problème aux vignerons. “Il y a longtemps eu confusion sur nos motivations. Nous ne sommes pas opposés au maintien d’une gendarmerie sur notre territoire. Mais nous avons le devoir de défendre nos terroirs viticoles. D’autant que des alternatives existent !”

Ainsi, ce que craignent finalement les vignerons, c’est l’après. “On sait qu’en moyenne une gendarmerie déménage tous les 40 ans. Une fois le terrain construit, il n’y aura pas de retour possible. Or, le promoteur restera propriétaire et transformera probablement les logements des gendarmes en habitations pour des particuliers.”

L'actuelle brigade de gendarmerie de Vouvray, prévue pour accueillir six militaires alors que 14 y servent actuellement, est par ailleurs située sur les bords de Loire en zone inondable. (Capture d'écran - GoogleStreetMap)
L’actuelle brigade de gendarmerie de Vouvray, prévue pour accueillir six militaires alors que 14 y servent actuellement, est par ailleurs située sur les bords de Loire en zone inondable. (Capture d’écran – GoogleStreetMap)

Préserver le service public

Quoi qu’il en soit, le projet immobilier, qui devait initialement voir le jour mi-2019, va donc pouvoir être relancé. Interrogée par L’Essor, la maire de la ville, Brigitte Pineau, se dit ravie de cette décision du tribunal administratif. “La gendarmerie de Vouvray est un service public que nous tenons à préserver. Elle doit rester sur le territoire.” À l’issue de la séance, la présidente du tribunal s’était étonnée auprès de l’édile que les travaux n’aient pas déjà été lancés.

Le recours n’étant pas suspensif, le promoteur continue donc à avancer sur le dossier. Val Touraine habitat, devrait ainsi déposer le dossier complet et la demande de permis de construire d’ici la fin de l’année. En 2019, l’office public avait d’ailleurs livré une autre caserne de Gendarmerie dans la région. Celle du peloton spécialisé et de protection (PSPG) de la centrale nucléaire de Chinon, à Avoine, composée en plus des locaux techniques et administratifs, de 38 logements.

L.P.

Appel à contribution des lecteurs numériques : Je soutiens L'Essor (et son indépendance)

Un commentaire

  1. Donat ROBAUX

    L’emplacement du terrain est situé ici.
    https://www.openstreetmap.org/way/796520844

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *