dimanche 29 novembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Terrorisme : Cazeneuve dévoile mardi le nouveau plan d’intervention des unités d’élite

Terrorisme : Cazeneuve dévoile mardi le nouveau plan d’intervention des unités d’élite

 Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, a annoncé lors de sa visite vendredi à Orléans (Loiret) qu’il dévoilera mardi un nouveau “schéma d’intervention” pour coordonner l’action rapide des forces de police et de gendarmerie en cas d’attentat de masse.

“Mardi, je vais moi-même annoncer le schéma national d’intervention” du GIGN, Raid et de l'”antigang” (BRI), les trois unités d’élite des forces de l’ordre, afin qu’elles interviennent de manière “rapide, coordonnée et efficace” en cas d’attentat de masse, comme ceux du 13 novembre 2015 (130 morts), a-t-il déclaré.

Ce schéma, très attendu, a été ardemment travaillé ces dernières semaines par les directions respectives des forces de l’ordre, selon des sources au ministère de l’Intérieur. Le ministre doit “fixer les lieux implantation” des unités d’élite, a précisé Bernard Cazeneuve. Et, selon son ministère, il pourra faire fi des frontières traditionnelles entre policiers et gendarmes, les premiers intervenant en zones urbaines, les seconds en zones rurales ou semi-urbaines.

Selon des sources à Beauvau, M. Cazeneuve doit présenter ce plan à son ministère et dans la foulée, des exercices communs grandeur nature des forces d’élite auront lieu en région parisienne.

Le ministre était vendredi à Orléans pour voir sur le terrain comment les “primo-intervenants” – les premiers policiers et gendarmes sur les lieux d’un attentat – sont progressivement équipés, comme il l’avait annoncé début avril en présentant un plan spécifique. Ces équipes ont notamment reçu de nouveaux matériels et armements sophistiqués.

Il restait à régler le champ d’intervention des unités d’élite et faire cesser une “guerre des polices” qui couve et qui est ancienne. Depuis plusieurs semaines, le ministre de l’Intérieur insiste sur le fait que les forces de l’ordre doivent toutes être “rapides” et “situées à vingt minutes de distance” de n’importe quel point du territoire en cas de crise grave ou d’attentat.

“Depuis la proclamation de l’état d’urgence” après les attentats de novembre, “plus de 3.500 perquisitions ont été menées (…) débouchant sur plus de 400 interpellations”, a précisé Bernard Cazeneuve à Orléans. “Depuis début 2016, pas moins de 93 individus en lien avec des filières terroristes” ont été arrêtés en France.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.