mercredi 28 octobre 2020
Accueil / Vie des personnels / Sécurité routière : les radars embarqués, arme de répression et de dissuasion furtive

Sécurité routière : les radars embarqués, arme de répression et de dissuasion furtive

Fondus dans le flot de la circulation à bord de voitures banalisées, les radars “embarqués” sont une arme de plus en plus utilisée par les autorités qui veulent “remettre de l’incertitude” dans les contrôles routiers.

Sur la route des vacances, on ne les verra pas. “Mais il faut que les gens sachent qu’ils sont là et qu’ils peuvent être contrôlés sur n’importe quelle route”, explique le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe. “Et il y en aura toujours plus, avec différents véhicules”, annonce-t-il.

Au milieu des champs de blé de Seine-et-Marne, un Dacia Sandero Stepway rouge rutilant arpente la D636. Malgré un boîtier cubique d’appareil photo installé sur le tableau de bord (relié à un doppler sous la plaque d’immatriculation) et deux hommes en uniforme à l’intérieur, “les gens ne tournent pas la tête”, remarque l’adjudant-chef Stéphane Devroe, assis sur le siège passager: “C’est une voiture banale.”

Cette berline au profil de petit SUV, un best-seller du groupe Renault, vient renforcer les flottes des forces de l’ordre déjà pourvues de citadines (Peugeot 208 et 308), de berlines (Renault Megane) et d’utilitaires (Citroën Berlingo). D’ici la fin de l’année, 61 de ces nouvelles voitures équipées -d’un coût de 70.000 euros- viendront s’ajouter aux 254 déployées depuis mars 2013 sur le territoire.

Pour passer inaperçus, ces cinq modèles se déclinent en vingt coloris. En 2014, ces “radars mobiles de nouvelle génération” (RMNG) ont contribué à 4 des 19 millions de flashes radars. Depuis janvier, ils ont flashé à 633.503 reprises, pour 472.664 PV adressés. “On ne change pas la règle, on la fait appliquer”, affirme M. Barbe, en pointant un “effet atténué des radars fixes” avec divers appareils et applications qui les signalent aux usagers.

Contrôle systématique et précis

Ce mardi matin, sur la D636, les 355 véhicules croisés en sens inverse en à peine une heure ont tous été contrôlés sans qu’ils le sachent. Dix chauffeurs recevront un PV dans quelques jours. “Pratiquement que des voitures allemandes”, sourit Stéphane Devroe, penché sur une tablette alimentée instantanément avec les clichés pris. “Ah non, tiens une française!” L’écran affiche 112 km/h, pour une limitation à 90 km/h. Avec la marge technique (10 km/h pour une vitesse inférieure à 100 km/h, 10% au-delà de 100 km/h), la vitesse retenue sera 101 km/h, soit une sanction de 68 euros d’amende et un point retiré du permis.

Les clichés, de 20 millions de pixels, sont plus précis que ceux des radars fixes. “Et ça permet aussi d’être présent sur tout le réseau. Sur cet axe accidentogène en ligne droite par exemple, il n’y a pas d’endroits où l’on pourrait s’arrêter et contrôler sans être vus ou en étant en sécurité”, souligne le gendarme. Alors que la mortalité routière poursuit en 2015 sa tendance à la hausse enregistrée en 2014 (+3,5% sur l’année), certaines associations comme la Ligue contre la violence routière déplorent une sous-utilisation de ces outils.

“Cette constatation est fondée mais pas les critiques qui vont avec. Nous avons des contraintes d’effectifs, les forces de l’ordre ont de multiples autres tâches”, explique M. Barbe, qui souhaite également une “intensification” de l’usage de ces radars embarqués pour poursuivre un “travail de Sisyphe” contre la vitesse.

Pour l’association 40 millions d’automobilistes, “la volonté ministérielle d’obtenir des résultats et de remettre de la peur du gendarme en ce moment est compréhensible”, estime son délégué général Pierre Chasseray. “Mais je n’y vois pas de vertu de prévention pour faire changer les comportements. Un conducteur qui va se faire prendre ces vacances ne le saura pas (les radars embarqués n’ont pas de flash, ndlr), ne se fera pas arrêter et va retrouver un PV en rentrant chez lui trois semaines après! Qu’est-ce que ça lui aura appris?”

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.