mercredi 30 septembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Projet de regroupement Gendarmerie/Police à Saint Etienne : les gendarmes pris entre le marteau et l’enclume
groupement gendarmerie de la Loire
groupement gendarmerie de la Loire source : facebook gendarmerie nationale

Projet de regroupement Gendarmerie/Police à Saint Etienne : les gendarmes pris entre le marteau et l’enclume

Où seront implantés les futurs locaux du groupement de gendarmerie départementale de la Loire ? De passage à Saint-Etienne lundi 8 juin, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a demandé aux élus, gendarmes et policiers de réfléchir à l’ensemble des options, afin qu’il puisse prendre une décision d’ici à la fin de l’année. Une décision fortement attendue.

“on pourrait croire que la tour (…) menace de s’effondrer”

Il faut dire qu’un constat sans appel s’est imposé au fil du temps, à savoir que les bâtiments du groupement de gendarmerie de la Loire, rue Claude-Odde, près du stade Geoffroy-Guichard, ne sont pas de première fraîcheur et, de surcroît, beaucoup trop petits. Les locaux ouverts dans les années 1970 ont été insuffisamment restaurés, à tel point qu’une quarantaine de familles vivent en dehors de la caserne. « On pourrait croire que la tour de la Gendarmerie haute de 13 étages menace de s’effondrer », témoigne un ancien gendarme de la caserne. Installée cours Fauriel, la Police municipale n’est guère mieux lotie.

C’est pourquoi, depuis quelques années déjà, les élus locaux soutiennent l’idée de regrouper les deux entités dans une nouvelle construction afin de mutualiser un certain nombre de fonctions communes : accueil, cour d’honneur, salles de réunion, ateliers mécaniques,…

« Mais il ne s’agit que d’une option parmi d’autres » affirme le colonel Jean-François Morel, commandant du groupement de Gendarmerie de la Loire. « Ce projet de bâtiment commun c’est 60 millions d’euros, ce qui n’est pas évident à trouver », ajoute t-il…

Des économies réalisées par la mutualisation 

Pour la municipalité qui encourage vivement la réalisation de ce projet, il faut surtout considérer les économies engendrées par le rassemblement de l’ensemble des forces de Police de Saint-Etienne, le groupement de Gendarmerie, la compagnie de la ville, la brigade de recherches (BR), l’escadron départemental de sécurité routière (EDSR), la brigade motorisée (BMO). La municipalité s’est engagée pour cela à céder gratuitement un terrain de trois hectares à l’Etat, une friche disponible derrière la gare de Saint-Etienne Châteaucreux dans le quartier du Soleil. «  D’après nos estimations, investir dans une construction reviendrait à un investissement d’environ 20% supérieur à une réhabilitation du bâtiment existant. Ce serait très avantageux au regard des économies réalisées du fait de la mutualisation des services », estime Gaël Perdriaux, maire (Les Républicains) de Saint-Etienne.

Reste que les modalités d’organisation pour ce projet ne sont pas encore définies. « Ce serait davantage une co-localisation qu’une mutualisation », précise le colonel Morel. Le partage d’un même accueil et plus généralement de services communs n’est pas à l’ordre du jour. Parmi les autres options envisagées figurent soit une rénovation du bâtiment occupé, soit une dislocation du groupement et des autres entités sur une seule ou plusieurs communes.

Une chose est sûre, quelle que soit l’option retenue, les gendarmes vont encore devoir patienter trois ou quatre ans avant de voir aboutir concrètement le projet.

Crédit photo : Facebook Gendarmerie de la Loire

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Billaud

    Comment va t’on trouver l’argent pour construire le bâtiment et ce n’est pas pour demain, d’ici la nous aurons changé de politique et de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *