L'Essor

Passation de commandement à la tête du GIGN

Le colonel Thierry Orosco, 49 ans, numéro deux du GIGN, a pris mercredi ses fonctions de chef de cette unité d’élite où il remplace le général de division Denis Favier, nommé commandant de la région de gendarmerie d’Ile-de-France. Ce saint-cyrien, officier au GIGN de 1987 à 1993, puis de 2003 à 2006 a réintégré le groupe en août 2009. Il sera promu général de brigade à partir du 1er juin.

Lors d’une cérémonie à la caserne Pasquier, siège de l’unité sur le plateau de Satory près de Versailles, le général Favier a assuré que le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale était désormais “en mesure de faire face aux défis les plus lourds”, comme les prises d’otages massives dans des immeubles, des avions ou sur des bateaux.

Le général Favier, qui avait mené l’assaut du GIGN à Marignane en décembre 1994 pour libérer les otages de l’airbus d’Air France Alger-Paris, a rappelé que chaque semaine le groupe intervenait en France pour maîtriser des forcenés ou arrêter des malfaiteurs dangereux. Actuellement des gendarmes du GIGN travaillent en Afghanistan aux côtés de la police afghane, et protègent les diplomates français à Abidjan et à Bagdad.

Le GIGN, entièrement réorganisé en 2007 sous l’impulsion du général Favier, compte désormais 400 hommes et femmes et peut déployer en moins de quatre heures 180 gendarmes. Le préfet Christian Prouteau, fondateur du GIGN en 1974, et Alain Delon, ami de longue date du GIGN, assistaient à la cérémonie ainsi qu’une délégation de la Force d’intervention de la police nationale (FIPN). Le colonel Orosco, 49 ans, saint-cyrien, a déjà été officier au GIGN de 1987 à 1993, puis de 2003 à 2006. Il est revenu au GIGN le 1er août 2009. Il sera promu général de brigade à partir du 1er juin.

Exit mobile version