mercredi 23 octobre 2019
Accueil / A la une / Nouvelle-Calédonie : la brigade de Ouegoa et l’UNPRG honorent le brigadier Chaudouet, assassiné en 1902

Nouvelle-Calédonie : la brigade de Ouegoa et l’UNPRG honorent le brigadier Chaudouet, assassiné en 1902

Il a été mortellement poignardé en 1902 par un bagnard libéré. Le brigadier Chaudouet, enterré en Nouvelle-Calédonie a désormais son nom sur une stèle, dans une brigade de Gendarmerie,  Celle de Ouegoa. Ce monument du souvenir a été inaugurée 116 ans jour pour jour après lors d’une belle et sobre cérémonie par le commandant de l’unité, l’adjudant-chef Jean-Yves Feunteun en présence du maire de la commune, M. Mario Pebou-Hamene Mario.

Le monument, un beau rocher supportant une plaque “à la mémoire du brigadier de gendarmerie Chaudouet, mort en service commandé à Ouegoa le 16 août 1902. A la mémoire des gendarmes morts en service commandé UNPRG NC” est installé dans la cour de la brigade, près du mât des couleurs.

Ordre n° 12 de l’année 1902 du commandement de la Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie, mois d’août :

“Le commandant a la douleur de porter à la connaissance des militaires de la compagnie la mort du brigadier Chaudouet tombé le 14 courant sous le couteau d’un élément pénal.
Il était 8 heures du soir quand se présentait à la caserne de Ouégoa  le libéré Ferhat Ben Sadi.
Il venait soi-disant pour dénoncer un meurtre commis par un de ses coreligionnaires. Le brigadier s’avançait pour lui demander des explications mais à peine avait-il fait quelques pas qu’il s’affaissait frappé d’un violent coup de couteau au bas-ventre.
Chaudouet expirait 48 heures après des suites d’une péritonite foudroyante provoquée par la perforation des intestins.
Honneur à ce vaillant tombé victime de ses devoirs.
Tous ceux qui l’ont connu ont apprécié ce serviteur modèle. Par son caractère énergique et loyal, par sa franchise toute militaire, par son dévouement infatigable, il avait su conquérir l’estime de ses chefs et l’affection de ses camarades et de ses subordonnés.
C’était le type du véritable soldat  qui ne connaissait qu’une devise : Honneur et Patrie”.

Source Forum Patrimoine de la Gendarmerie 

Cette cérémonie a rassemblé une grosse délégation de l’active, le commandant de la compagnie de Jouault, le chef d’escadron Sylvain Jouault, et son adjoint le capitaine Laurent Cosmao, le major Gérard Labit, commandant la brigade de gendarmerie de Pouebo, le maréchal des logis Anaël Calvi,  et les gendarmes Thibault Frenais, Florent Carabelli  et Gaël Gerard de l’escadron de Gendarmerie mobile de Baccarat.

Les anciens gendarmes étaient également bien représentés avec Bernard Gaudel, président de l’Union National des Personnels et Retraités de la Gendarmerie Nationale de Nouvelle-Calédonie et le porte drapeau, Serge Montesano,   et MM Jean-Claude Garcia et Yannick Verrier, accompagné de son épouse.

M. Manuel Vermaut Manuel, directeur du collège de Ouégoa et son épouse assistaient également à cette cérémonie ainsi que l’épouse du commandant de brigade.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A voir également

Le directeur général de la Gendarmerie, Richard Lizurey (Crédit photo: MG/L'Essor).

Le futur patron des gendarmes pas encore nommé

Il ne reste plus qu'un Conseil des ministres - le mercredi 30 octobre - , pour nommer, après Richard Lizurey, le nouveau patron des gendarmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *