mardi 4 août 2020
Accueil / A la Une / Le colonel Pascal Claisse, nouveau chef de l’école des enquêteurs de la Gendarmerie 
Le colonel Pascal Claisse, commandant le CNFPJ, le 3 octobre dans son bureau de Rosny-sous-Bois (M. GUYOT/ESSOR)
Le colonel Pascal Claisse, commandant le CNFPJ, le 3 octobre dans son bureau de Rosny-sous-Bois (M. GUYOT/ESSOR)

Le colonel Pascal Claisse, nouveau chef de l’école des enquêteurs de la Gendarmerie 

Le colonel Pascal Claisse prend le commandement du Centre national de formation à la police judiciaire (CNFP). Le général de corps d’armée Thibault Morterol, commandant les écoles de la Gendarmerie nationale, lui a remis le fanion du centre mercredi 3 octobre lors d’une cérémonie sobre dans l’enceinte du fort de Rosny-sous-Bois (93) où le CNFPJ est implanté. 

Innovation et ouverture sur l’international 

Le général de corps d'armée Thibault Morterol, commandant les écoles de la Gendarmerie, remet le fanion du CNFPJ au nouveau commandant du centre, le colonel Pascal Claisse (M. GUYOT/ESSOR)
Le général de corps d’armée Thibault Morterol, commandant les écoles de la Gendarmerie, remet le fanion du CNFPJ au nouveau commandant du centre, le colonel Pascal Claisse (M. GUYOT/ESSOR)

Marié et père de trois enfants, le colonel Claisse vient de passer six ans à la section de recherches de Chambéry (73), d’abord comme commandant en second avant d’en prendre la tête en 2014.

Lire aussi sur L’Essor : Expert en police judiciaire, romancier et avocat, portrait de Jacques-Charles Fombonne, ancien patron du CNFPJ

A la tête du centre de formation, l’officier supérieur souhaite créer “des formations qui n’existent pas actuellement”, comme celle de directeur des opérations, une tâche à laquelle certains officiers sortant de l’EOGN ou certains chefs de division en section ou brigade de recherches ne sont pas formés.  

Autre piste de diversification des formations évoquée par cet ancien sous-officier, le renseignement criminel.

“Depuis 2015, la Gendarmerie est montée dans le deuxième cercle en terme de force de  renseignement. Le but pour nous est de trouver la bonne synergie entre les renseignements administratif et judiciaire et de travailler avec le centre national de formation au renseignement opérationnel pour donner aux gens la boite à outils nécessaires pour travailler sereinement”.

L’ouverture sur l’international est également envisagée par le nouveau commandant du CNFPJ qui espère faire fructifier ses échanges passés avec les polices du Surrey en Grande-Bretagne ou de Genève en Suisse “pour faire du benchmarking” (analyse des bonnes pratiques extérieures). 

Enfin, le colonel Claisse souhaite ouvrir le centre sur les autres administrations: “les pompiers, qui sont avec nous sur l’événement, ou les policiers municipaux avec qui nous travaillons tous les jours sur la police de sécurité du quotidien, sont des partenaires que nous essayons de faire intervenir”.

Matthieu Guyot

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *