dimanche 27 septembre 2020
Accueil / Société / Défense / Neuf gendarmes aux RMBS

Neuf gendarmes aux RMBS

57 militaires blessés en service dont neuf gendarmes, participent depuis quelques jours à la 5ème édition des Rencontres militaires blessures et sports (RMBS) qui propose des stages multisports d’une semaine dans le cadre de leurs parcours de soins.

Ces stages se déroulent du 29 mai au 25 juin, à Aubigny-sur-Nère et Bourges (Cher), deux sites qui bénéficient d’équipements handisport.

Les 57 militaires proviennent des trois armées, de la Gendarmerie et des différents organismes du ministère de la Défense.

Ces rencontres, initiées par la Cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre (Cabat) en 2012, font partie du « pack sportif » proposé aux blessés en service dans le cadre de leur parcours de soin. L’objectif est de faire découvrir ou redécouvrir aux blessés, la pratique d’activités sportives adaptées à leur pathologie. Une dizaine d’activités sont ainsi proposées parmi lesquelles la plongée, l’équitation, le VTT, le tir à l’arc, l’aviron et l’escalade. Ces sports sont ouverts à tous types de handicaps physiques et psychiques.

En Gendarmerie, deux entités, la Cellule d’aide aux blessés de la Gendarmerie nationale (CABGN) et le Bureau d’action social (BAS), assurent le suivi des personnels blessés en service. Le CABGN et le BAS sont en mesure de leur proposer, au cas par cas, une reconstruction par le sport.

Ainsi, les six gendarmes ayant participé aux Invictus Games 2016, compétition internationale réservée aux militaires blessés qui avait lieu cette année à Orlando en Floride du 6 au 12 mai 2016, ont tous bénéficié de ce projet thérapeutique axé sur le sport proposé par la Gendarmerie.

Nathalie DELEAU

Photo : stage de basket fauteuil lors des RMBS 2014

Crédit : @DICoD

——–

Sur le même thème :

Première participation aux Invictus Games pour le gendarme Cieplak

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Je constate, que les temps changent,et que l’on prend enfin en considération,les blessures contractées en service commandés !Ce qui n’était pas toujours le cas ,des blessés en Afrique du Nord ou en Indochine.C’était ou la réforme ou le service courant,avec une petite pension d’invalidité,pour continuer à être pris en considération dans les effectifs des unités,surtout en GM.
    Blessé ,en 1962,j’ai repris le cyclisme de 1967 à 1972;Contraint d’abandonner le vélo,après un opération au genoux gauche,j’ai opté pour la pratique de la voile en catamaran de sport,de 1972 à 1991,six fois champion national et onze fois second,et participé à des Européens et Mondiaux,avec des places honorables ,ou moins glorieuses,mais,le but était de participer
    La pratique de sports individuels,hors gendarmerie,n’a pas toujours été bien accueillie par la hiérarchie,à part quelques officiers,en avance sur les événements,qui s’étaient aperçu que les sportifs “extra-escadrons”participant à des épreuves internationales et de haut niveau servaient également au renom de leurs unités,mais surtout progressaient rapidement dans la récupération de leurs handicaps .
    Chaque blessé est un cas particulier,et un sport adapté est certainement le bon moyen de revenir dans une vie à peu près normale.
    Il ne faut jamais oublier,la volonté farouche,qui anime un être blessé ,de toujours bien faire ou mieux faire,s’il ne se sent pas rejeté par la société.Maints exemples nous sont donnés chaque jour !
    Je formule le vœux,que les nombreux blessés de ces manifestations se rétablissent rapidement et retrouvent vite leur intégrité première!
    Les souvenirs eux,sont indélébiles et ne disparaîtront jamais !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *