L'Essor

Montluçon : la promotion gendarme Apercé baptisée

Bernard Deligny, président de UD 03, le Capitaine Philippe Lauzé, commandant la 6ème cie, Alexandre Vallet A,  major Promotion , le général Claude Loron, commandant l’école de Montluçon. (Photo DR)

La présidente de la promotion avec le major ont reçu au nom du directeur de l’Essor un abonnement d’un an au magazine des mains de Bernard Deligny, président de l’UNPRG du 03. (Photo DR)

La 379ème promotion “Gendarme André Apercé” de l’Ecole de Gendarmerie de Montluçon a été officiellement baptisée le 7 juin 2017 lors d’une prise d’armes dans l’enceinte de l’école en présence du lieutenant-colonel Colmez, chef de la division d’instruction, du capitaine Philippe Lauze, et les cadres de la 6ème compagnie d’instruction.

La cérémonie de sortie  été présidée par le Général Claude Loron commandant l’école, en présence de  la préfète de l’Allier, des autorités civiles, militaires, des présidents d’association dont le président de L’UNPRG 03 Montluçon-Moulins, Bernard Deligny, ainsi que les familles venues en nombre.

Les 116 élèves gendarmes incorporés le 18 septembre 2017 à la 6ème compagnie d’instruction, commandée par le capitaine Philippe Lauzé, sont issus du concours externe. Ils ont réussi avec succès leur formation de 8 mois au sein de l’école, recevant  au cours  de la traditionnelle cérémonie leurs galons de gendarme. 

Au cours de leur scolarité, les élèves de la 379ème promotion ont notamment rendu hommage à leur parrain de promotion. Ils se sont notamment rendus le 30 mars au monument de Roussines à Chard dans la Creuse et ont également honoré le colonel Beltrame comme le relate La Montagne 

71 places en gendarmerie départementale

Parvenus au terme de leur formation, les 116 gendarmes, dont 22 femmes, vont rejoindre dans quelques jours les affectations suivantes : 71 places en Gendarmerie départementale (dont 15  filles ) 38 places en Gendarmerie mobile (dont quatre filles ) et 7 places à la Garde républicaine (cinq hommes dont une avec la compétence équitation, la seconde avec la compétence motocycliste, et 2 filles dont une avec la compétence équitation)

A  l’issue des remises des diplômes aux 10 meilleurs classés, Bernard Deligny, le président de l’Union départementale 03 Montluçon-Moulins de l’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie (UNPRG) s’est adressé à l’ensemble de la 379ème promotion et a remis au nom du président national de l’UNPRG,  la plaquette d’honneur au major de la  promotion, Alexandre Vallet.

Bernard Deligny a remis au nom du directeur de l’Essor, un abonnement pour un an au “journal des gendarmes depuis 1936″ au major de la promotion Alexandre Vallet et au président de la promotion,  Ruby Beaufils.

André Apercé, l’un des 27 martyrs de Roussines

Texte de sa citation

“Combattant 1939-1940, prisonnier de guerre libéré, a rejoint les groupements de résistance de Correze, après avoir participé le 8 juin 1944 à la libération du camp d’internés politiques d’Evaux- les-Bains. Le 27 juillet 1944, à Chard, Creuse, faisant partie d’une section de mitrailleuses désignée pour appuyer le décrochage de la compagnie attaquée et sur le point d’être encerclée, a été capturé et fusillé par les Allemands”.

Né le 27 juin 1908 à Niort, André Apercé a d’abord servi à partir de 1928 au 57ème régiment d’infanterie (RI).  Elève garde à pied le 4 juin 1935 à la 2ème légion de garde républicaine mobile (LGRM) au peloton mobile de Cholet, il a été affecté à la légion de Gendarmerie de Paris Nord Ouest au 2 ème groupement de réserves motorisées d’Asnières, détaché à la garde du centre d’internement politique d’Evaux les Bains dans la Creuse. Rallié à la Résistance, dans les forces françaises de l’intérieur (FFI)  au sein de l’Armée secrète (groupe de bataillons Jack)  du 8 juillet 1944 au 26 juillet 194, il  est chef de section mitrailleuse du capitaine Dubois (3ème bataillon du 78ème RI) avec le grade de sergent-chef. Fait prisonnier lors de l’attaque du camp de Roussines par les Waffen SS de la brigade Jesser, André Apercé sera exécuté près du village de Trebeix le 27 juillet 1944.  Il fait partie des 27 martyrs de Roussines.  Certains documents saisis par les Allemands dans les archives du commandant Jack, chef du maquis de Chard, ont permis à l’ennemi d’arrêter plusieurs résistants dans la région d’Aubusson. Six gendarmes de Bellegarde-en-Marche ont connu le même sort. Trois ne sont pas revenus de déportation. Interné de la résistance par décision ministérielle. Il a été décoré de la médaille militaire et croix de guerre 1939-1945 avec palme pour services de guerre exceptionnels à titre posthume le 16 octobre 1945, de la médaille de la résistance française à titre posthume le 18 mars 1970,  et de la médaille de la déportation et de l’internement pour faits de résistance à titre posthume en 1964.