lundi 14 octobre 2019
Accueil / Vie des personnels / MAM veut intensifier l’action des GIR sur les stupéfiants
La ministre de l'Intérieur souhaite que ce type d'affaires représente un tiers de l'activité des Groupes d'intervention régionaux.

MAM veut intensifier l’action des GIR sur les stupéfiants

La ministre de l’Intérieur souhaite que ce type d’affaires représente un tiers de l’activité des Groupes d’intervention régionaux.

La ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a demandé aux responsables des Groupes d’intervention régionaux (GIR) qu’elle a reçus jeudi matin de renforcer leur lutte contre le trafic de stupéfiants. “J’ai demandé qu’un effort supplémentaire soit fait, au cours de l’année 2009, pour augmenter la part de l’activité des GIR destinée à la lutte contre les stupéfiants et que celle-ci monte à un tiers de leur activité”, a-t-elle dit à la presse, à l’issue de la réunion.

Trente-quatre GIR, composés de policiers, de gendarmes, d’agents des Douanes et des représentants du ministère des Affaires sociales, soit “quelque 500 personnes” selon la ministre, existent en France. En 2008, elle avait décidé la création de “deux antennes permanentes”, à Bastia et à Nice. Le nombre des opérations GIR a, en 2008, “augmenté de 20%”, a poursuivi Mme Alliot-Marie. Elle a souligné qu’elles constituaient “de plus en plus souvent, l’aboutissement d’enquêtes complexes, menées avec les services locaux et qui privilégient une approche patrimoniale”. A leur bilan, a relevé la ministre, figurent notamment les saisies de “2,5 tonnes de cannabis contre 1,1 tonne en 2007, 135 kilos d’héroïne contre 61 kilos, 28.000 comprimés d’ecstasy contre 7.500”.

Selon Michèle Alliot-Marie, la lutte contre la drogue et ses trafics constitue “un moyen d’enquête efficace pour déstructurer des systèmes de délinquance ancrés sur certains territoires” comme “les zones les plus fragiles, les quartiers dits +sensibles+, les zones urbaines”. Quant aux saisies fiduciaires réalisées dans le cadre des enquêtes auxquelles les GIR ont apporté leur concours, avoirs mobiliers et immobiliers, tels que “véhicules, appartements, argent liquide, (elles) atteignent en 2008 21 millions d’euros”, a dit la ministre.

Elle a d’autre part jugé important que les GIR continuent de “lutter contre la fraude au détriment de la collectivité, notamment dans le domaine des prestations sociales: assurance chômage, maladie”. Enfin, en 2008, a-t-elle dit, les “infractions administratives constatées ont augmenté de 170%, les actions contre les escroqueries ont crû de 135% et celles contre les contrefaçons sont en hausse de 50%”.

A voir également

Chaumont : la 500ème promotion prend ses quartiers

L'École de Gendarmerie de Chaumont accueille ce lundi 7 octobre la 500ème promotion! Elle sera baptisée le 28 mai 2020 lors d'une cérémonie exceptionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *