mercredi 23 septembre 2020
Accueil / A la Une / Insécurité en Nouvelle-Calédonie : réunion samedi au ministère de l’Intérieur
Ministère de l'Intérieur, place Beauvau, Paris. (Photo d'illustration M.G L'Essor).
Ministère de l'Intérieur, place Beauvau, Paris (Illustration/MG/L'Essor).

Insécurité en Nouvelle-Calédonie : réunion samedi au ministère de l’Intérieur

L’insécurité en Nouvelle-Calédonie a été au cœur des discussions entre l’Etat et les élus du Caillou après les violences du week-end: elle sera le sujet d’une réunion samedi au ministère de l’Intérieur, avant d’être évoquée lundi à Matignon par le comité des signataires de l’accord de Nouméa.

Six gendarmes ont été blessés dimanche sur la commune du Mont-Dore (banlieue de Nouméa) lors d’affrontements consécutifs à la mort la veille d’un jeune homme dans un contrôle routier qui a mal tourné.

62 agressions avec arme contre des gendarmes en 2016

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a condamné mercredi ces violences, réunit samedi à Beauvau l’ensemble des élus indépendantistes et non indépendantistes de l’île, avec notamment la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts. Bernard Cazeneuve leur rendra notamment compte du rapport de la mission de l’Inspection générale de la police et de la gendarmerie, menée durant l’été sur le territoire sur la question de l’insécurité, sujet récurrent de préoccupation.

Le ministre doit faire des annonces “en termes de moyens, d’organisation et d’effectifs”.

En Nouvelle-Calédonie, les gendarmes ont subi 62 agressions avec armes en 2015, soit plus de 46% du total des agressions de gendarmes avec armes outre-mer. Délinquance et insécurité seront également évoquées au Comité des signataires de l’accord de Nouméa lundi avec Manuel Valls.

Ce rendez-vous régulier de l’Etat avec les élus calédoniens pourrait être l’occasion d’évoquer plus particulièrement les questions de prévention, certains élus souhaitant l’installation d’un centre d’éducation surveillé, d’autres la création d’une brigade de gendarmerie spécialisée pour les mineurs. Mais les dispositifs de prévention de la délinquance prennent du temps et le comité des signataires ne pourra être “que le point de départ pour lancer quelque chose”, souligne-t-on à Matignon.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *