samedi 31 octobre 2020
Accueil / Vie des personnels / L’escadron d’Arras est officiellement dissous

L’escadron d’Arras est officiellement dissous

Les gendarmes de l’escadron d’Arras sont enfin fixés: leur escadron est dissous. La décision officielle a été prise le 23 mars, mais l’annonce différée à l’après cantonale. Les familles qui vivaient depuis plusieurs mois avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête apprécieront ce calcul électoral.

Conformément à ce que nous avions annoncé dans le dernier numéro de “L’Essor”, la dissolution de l’escadron GM  d’Arras (62) a été signée le 23 mars 2011 mais l”annonce a été différée à l’après élections cantonales.

Les personnels de personnels de l’escadron devraient être informés ce jour, à leur retour de déplacement.
“La fermeture de cette unité vient mettre un terme à un processus de réorganisation de la gendarmerie mobile débuté en 2010”, a précisé le ministère dans un communiqué. “Les militaires concernés et leurs familles feront l’objet de mesures individualisées d’accompagnement”, a-t-il ajouté. “Par ailleurs, afin d’évaluer l’impact économique et social de cette mesure et y apporter des réponses”, selon lui, “une réunion sera organisée au ministère de l’Intérieur dans les prochaines semaines avec les responsables locaux, les représentants des ministères concernés et de la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale”.

Cette dissolution devrait être la dernière. Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), il avait été décidé de dissoudre 15 escadrons. La décision concernant celui d’Arras a été retardée lorsque le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux a annoncé une étude complémentaire. Les observateurs locaux se sont demandés s’il ne fallait pas voir derrière tout cela une manoeuvre électoraliste visant à reporter l’annonce d’une décision déjà prise à l’après élections cantonales.

Dans le détail, les structures du quartier Baudimont, comprennent actuellement l’escadron de gendarmerie mobile 12/9, l’état major du groupement de GM 1/9, l’escadron départementale de sécurité routière du Pas-de-Calais, la brigade motorisée d’Arras et le service auto du groupement GD du Pas-de-Calais. Les logements et locaux de services laissés libres après la dissolution de l’EGM 12/9, devraient être rénovés et adaptés pour recevoir, dans un délai de 3 ans, tous les services et personnels du groupement de GD du Pas-de-Calais, actuellement en place au 16, rue des Fours à Arras. La location des bâtiments du groupement GD actuel serait très onéreuse.

Par ailleurs, actuellement 57 gendarmes départementaux sont logés à l’extérieur, en milieu civil. La reprise par la gendarmerie départementale des bâtiments du quartier Baudimont, qui est une caserne domaniale permettrait la réintégration de tous les militaires du groupement dans la même enceinte militaire. La décision de maintien de l’état major du groupement de gendarmerie mobile 1/9 au quartier Baudimont à Arras n’est pas connue.

La direction générale a assuré que cette dissolution “s’accompagnera des mêmes mesures individualisées que pour les quatorze escadrons précédemment concernés. Soucieux des incidences pour les militaires et leurs familles, le ministre de l’intérieur et le directeur général s’y sont fermement engagés, et y prêteront une attention toute particulière”.

“Toutes les situations seront traitées individuellement et avec la plus grande attention, afin que les militaires et leurs familles puissent bénéficier d’affectations correspondant au mieux à leurs aspirations, en lien avec l’intérêt du service. Un changement de subdivision d’arme exceptionnel est rendu possible pour permettre un passage harmonieux en gendarmerie départementale. Les échéances des mutations seront individuellement étudiées”, ajoute la direction.

Par ailleurs, nous avons appris auprès de la région de gendarmerie du Nord – Pas-de-Calais que les effectifs des huit autres escadrons de la région avaient été volontairement maintenus en sous-effectifs dans l’attente d’une éventuelle dissolution. Ce sont entre cinq et dix postes par escadron qui n’ont pas été renouvelés, soit une soixantaine de places qui pourront être proposés, sur la région, aux gendarmes mobiles d’Arras.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.