dimanche 18 avril 2021
Accueil / A la Une / Les associations de retraités au défi de l’air du temps et de la pandémie
Convivialité autour d’une fondue géante durant l'assemblée générale de l'UNPRG, principale association de retraités de l’Arme. (M. GUYOT/ESSOR)
Convivialité autour d’une fondue géante durant l'assemblée générale de l'UNPRG, principale association de retraités de l’Arme. (M. GUYOT/ESSOR)

Les associations de retraités au défi de l’air du temps et de la pandémie

Les retraités de la Gendarmerie constituent une part importante du mouvement associatif de l’Arme. La principale associations de retraités, l’UNPRG, revendique près de 30.000 adhérents. Du temps où ses responsables s’exprimaient dans L’Essor, on les voyait régulièrement se plaindre d’un certain désintérêt des gendarmes, actifs ou retraités, pour l’engagement associatif.

“Le contexte social n’est pas forcément favorable aux associations”, confie un président d’union départementale (UD). Il regrette la désaffection de la génération suivante. Une association existe par ses membres, il est donc vital d’en recruter de nouveaux. Certaines UD s’en sortent mieux que d’autres, tout est fonction du dynamisme et de l’implication de chaque président.

Lire aussi: Les gendarmes et les associations: je t’aime, moi non plus

Le difficile recrutement des associations de retraités

D’autant que, depuis début 2020, la pandémie de Covid-19 a compliqué le recrutement d’adhérents. Difficile, pour les responsables d’UD, d’utiliser tous les moyens habituels pour inciter leurs camarades à les rejoindre. Ils ont dû cesser les activités de loisirs et les réunions d’information ; quant aux visites aux camarades, elles ont fatalement été limitées.

“Nous nous sommes adaptés, mais nous nous heurtons à certaines limites. Les réunions de commandants de brigades ou de compagnies peuvent se dérouler par visioconférence, mais pas nos réunions”, explique un autre président.

En revanche, pas question de transiger sur la solidarité. “Nous avons continué à distribuer les colis pour les veuves de la Fondation Maison de la Gendarmerie, précise un troisième président. Bien sûr, nous avons porté le masque, respecté les gestes barrières, et un peu écourté les visites.” L’essentiel est donc préservé.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.