mardi 16 juillet 2019
Accueil / Opérationnel / “L’engagement massif” des gendarmes dans le maintien de l’ordre du 1er Mai 
Gendarmes mobiles à Paris en 2016 (Crédit: MG/L'Essor)
Gendarmes mobiles à Paris en 2016 (Crédit: MG/L'Essor)

“L’engagement massif” des gendarmes dans le maintien de l’ordre du 1er Mai 

Au lendemain des manifestations du 1er Mai, le général de division (2S) Bertrand Cavallier en tire un bilan “globalement positif”. Ce spécialiste reconnu du maintien de l’ordre estime que ce succès est notamment dû à “l’engagement massif” des gendarmes mobiles. Ils représentaient en effet “plus des deux tiers des unités de forces mobiles déployées”. Bertrand Cavallier dénombre “40 escadrons de gendarmerie mobile et 23 compagnies de CRS”. Ce ratio est d’ailleurs “à peu près constant depuis des mois” pour les forces engagées à Paris sur le mouvement des Gilets jaunes, rappelle-t-il. Au niveau général “103 des 109 escadrons étaient employés”. 

Les gendarmes oubliés le soir du 1er Mai

“Si on y regarde de plus près, onze escadrons engagé en maintien de l’ordre à Paris le 1er mai ont basculé dès le lendemain matin à l’aube sur le déplacement présidentiel à Chambord. En trois jours, ils auront effectué plus de 40 heures de service”, détaille le général Cavallier. Tenant de la militarité de la Gendarmerie, il se félicite que “la culture et l’esprit militaires” de l’Institution lui ait permis de faire preuve d’une disponibilité remarquable.

Les mobiles étaient donc présents en force lors des manifestations. Mais ils n’étaient pas là pour l’intervention de Christophe Castaner, au soir du 1er Mai. Une absence que regrette Bertrand Cavallier, se faisant l’écho de gendarmes mobiles. 

“Je pense que le ministre aurait été bien inspiré, en félicitant les CRS et les policiers de la préfecture de Police, de faire en sorte que des gendarmes soient présents”.

Lire aussi sur L’Essor“Il était impératif de protéger l’Arc de Triomphe”, estime le général Cavallier

Au niveau des modes d’action, “le préfet a donné des directives très claires aux unités afin qu’elles soient d’avantage réactives”. Ajoutées aux contrôles préventifs mis en place dans les gares et points de passage obligés, elles ont permis aux forces mobiles de “prendre l’ascendant dès le départ”. “De toute évidence, on voit que le préfet Lallement imprime sa marque”, note Bertrand Cavallier 

Comment expliquer qu’avec ces consignes de fermeté, seuls 24 manifestants aient été légèrement blessés dans les échauffourées du 1er Mai? “Ce n’est pas un paradoxe”, juge le général Cavallier. “Quand les forces de l’ordre ne subissent plus, l’usage de la force est moindre. Par ailleurs, ce sont des professionnels, gendarmes mobiles ou CRS, qui ont principalement mené les actions de vive force, type charge et interpellation”. 

Pistes d’amélioration

Si le bilan général est donc globalement positif, il existe encore des pistes d’amélioration, juge le général Cavallier. En particulier, en ce qui concerne la chaîne de commandement. “Il faudrait initier une réflexion sur l’opportunité de mettre en place une délégation de la gendarmerie mobile au sein de la préfecture de Police, à l’instar des CRS”. 

Par ailleurs, la “cohérence de la manoeuvre” pourrait, selon lui, être améliorée en valorisant la chaîne hiérarchique, “et notamment les groupements tactiques Gendarmerie. Pour des évènements d’ampleur, un lieutenant-colonel ou un colonel commande ces regroupements d’entre 2 et 6 escadrons. Ils sont les “seuls à même de garantir, sous la pression de l’événement, une coordination efficace entre les unités”.

Dernier point à améliorer, selon le général Cavallier: la réponse pénale “à l’encontre des auteurs des infractions les plus graves”. En condamnant leurs auteurs, “c’est bien à la justice d’apporter une solution plus durable”, conclut-il.

Matthieu Guyot

A voir également

Mercato des généraux: le détail des mouvements estivaux

Le "mercato" des généraux est désormais finalisé. Leurs prochaines affectations sont connues. A ce stade, ce sont 35 généraux qui vont bouger au cours de l'été. Le point sur ces mouvements.

10 Commentaires

  1. Coulagne

    Bonsoir je pense que malheureusement pour vous castaner et macron se fouttent bien des heures que vous faites , je suis gilet jaune mais fils d’un ancien gendarme mobile , je vois le moral des gendarmes et policiers se ternir , ils devrait se mettre en maladie pour faire comprendre a notre cher gouvernement que vous n’etes pas des robots , courage a vous

  2. COLOMBE

    Le général CAVALLIER au cours de ses interventions dans les débâts sur C.NEWS, a su démontrer un sens de la mesure qui devrait inspirer les policiers.
    Les gendarmes engagés en plus grand nombre dans les dispositifs de maintien de l’ordre ne se plaignent pas de leur épuisement. Ils assument leur mission avec le sens de l’honneur qui les caractérisent et leur disponibilité sans faille. Leur image pour l’instant n’est pas altérée. Les gendarmes ont su préserver leur lien de proximité avec la population. Il leur appartient dans ce climat de grandes difficultés pour une partie significative des français de la France périphérique de tout faire pour garder la confiance de la population. Ils sont aidés dans cette mission par Le maillage sur le territoire et leur sens de la pondération. On veut espérer que leur image reste intacte dans un climat politique aussi délétère avec des communications politiques fracassantes.

    • Michel TOURRET

      Pour rappel, les Gendarmes sont des militaires mis pour emploi au ministère de l’Intérieur. Deux cultures fondamentalement différentes qui font que depuis le prévôt des maréchaux Le Gallois de Fougières, mort le 25 octobre 1415 à Azincourt, nous avons une identité unique qui fait notre force. A nous anciens et plus jeunes de pérenniser notre différence pour continuer à être la Référence en MO et dans l’action au quotidien.

    • en matière d’inspiration vous devriez indiqué à votre représentant que lorsque les forces mobiles et en particulier les GM quittent Paris la RP et les grandes villes c’est bien la police nationale et en particulier les BAC qui assurent les 3/4 de la criminalité du pays, et ce 24H/24H et 365 jours par an. La manif terminée des centaines de policiers continuent à travailler à instruire des procédures et déférer des individus interpellés en grande partie par les effectifs de la Police urbaine. De surcroit et pour l’avoir fait pendant 20 ans, nous assurons le MO dans les villes moyennes sans votre présence en rappelant du personnel qui le soir et les nuits suivantes n’est pas d’astreinte mais bien PRESENT physiquement au travail…… une nuance de taille.

      • GRADLON

        Si il y a autant de criminalité dans les zones où vous êtes présents peut être y a t il réflexion à mener sur vos capacités à maîtriser le phénomène?
        Dites moi combien faut il d’emplois de policiers pour un poste effectif sur le terrain?
        Certaines mauvaises langues disent 5 pour 1 sur le terrain

  3. C’est toute la différence entre un Corps civil et un Corps militaire et la formation ne doit certainement pas être du tout la même.

  4. Literato

    A tous les Gendarmes

    Vous nous avez fait un immense plaisir pour l’acte 25 à Paris car tout s’est extrêmement bien passé et ça fait vraiment plaisir de voir enfin s’arrêter cette spirale de la violence que n’ont cessé d’instrumentaliser depuis des mois le président Macron et son gouvernement.

    Tout mon soutien au Colonel de Gendarmerie Michael Di Meo d’avoir eu le courage de dire la vérité malgré son devoir de réserve.

    Un grand merci à vous tous pour votre exemplarité en privilégiant l’ordre plutôt que le désordre mais aussi la sécurité de vos concitoyens. Vous êtes de vrais pros et pouvez être fiers de votre uniforme.

    Respect

  5. Niout

    Et malgré toutes leurs contraintes la fatigue, les conditions de travail, ils agissent toujours dans le respect la dignité et professionnellement contrairement à d’autres….
    Respect Messieurs votre grande dignité dans les épreuves forcent vos adversaires à la reconnaissance du respect de vos nobles fonctions. Courage ce n’est pas encore fini…

  6. Jean Cavero

    Le problème essentiel n’est pas d’instaurer une rivalité stérile police gendarmerie. En MO, la gendarmerie n’engage que des mobiles qui sont des professionnels de cette mission. La police engage des CRS aussi professionnels que les GM mais aussi des unités de gardiens de la paix ou de la BAC qui ne sont pas formes ni entraînés au MO. D’où, à mon avis , les dérapages. Je me demande comment cela fonctionnerait si on engageait des gendarmes des BT dans ces opérations ?

    • GRADLON

      Nous aurions aussi des problèmes c’est pourquoi dans sa sagesse le commandement n’engage qu’exceptionnellement des GD
      A ces problèmes s’ajoutent les différences de comportement des forces et il faut en parler même si ce n’est pas politiquement correct et si la tendance des médias est à la fusion sur les appréciations
      Alors que la Gendarmerie a été quantitativement plus engagée les week-ends que l’autre force notamment au niveau des EGM les saisines respectives des inspections générales pour des violences présumées sont proportionnellement inverses
      Il en va de même pour les tirs de LBD
      L’argument indiquant que les gendarmes agissent en rural ne tient pas puisque l’engagement a été presqu’exclusivement en zone de Police
      Enfin pour clore sur les comportements j’invite à lire le rapport annuel sur les dérives par rapport à la déontologie pour les trois entités police,gendarmerie administration pénitentiaire
      Bonne lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *