L'Essor

Le sport associatif : l’autre engagement de certains gendarmes

Pour beaucoup de gendarmes, comme Sébastien Vial, l'autre engagement, c'est le sport associatif. (Crédit-photo DR)

Altruisme, don de soi et sport: certains gendarmes ne comptent plus les heures prises sur leur repos pour se mettre au service de leur association sportive.

Le week-end, le samedi soir ou durant les vacances, une partie du temps libre de nombreux gendarmes est réservée à un autre engagement: le bénévolat. Et cela se fait naturellement, sans élément déclencheur. Comme si l’altruisme et le don de soi entraient parfaitement dans la continuité de leur mission de gendarme.

“Je ne pense pas me tromper si je dis que c’est tout simplement dans l’ADN du gendarme”, répond Pascal Kerlau, capitaine (ER), quarante ans de bénévolat derrière lui. Il est incapable de rattacher son engagement à un événement bien précis. “En 1982, je me suis inscrit dans le club de tir sportif de Trieux, mais j’aurais très bien pu aller dans un club de basket. Je ne sais même pas pourquoi je m’y suis impliqué tout de suite. C’était tellement naturel et évident.

“On est bénévoles à 200%”

Même son de cloche du côté de Sébastien Vial, conseiller technique sport Gendarmerie de triathlon et maréchal des logis-chef au Psig de Draguignan. “On est bénévoles à 200%, c’est en nous et c’est comme ça depuis toujours. Après, on ne peut pas nier que c’est aussi une suite logique de notre engagement de gendarme, car nous aimons les gens et le sport“, explique-t-il. Mais pourquoi la profession de gendarme est-elle si populaire au sein de l’engagement associatif? “Tout simplement parce que le bénévolat rassemble les valeurs qui nous sont inculquées durant notre formation et au cours de notre carrière, enchaîne Sébastien Vial. Je suis fier de le dire: je suis bénévole mais gendarme avant tout. ”

Lire aussi: Les associations professionnelles de militaires, six ans déjà

Les gendarmes épargnés par la crise du bénévolat?

Si l’engagement associatif est en baisse depuis plusieurs années dans toutes les fédérations sportives de France, “les clubs affiliés à la Gendarmerie sont ceux qui s’en sortent le mieux”, estime Pascal Kerlau, qui dirige aujourd’hui la section Tir de la garnison de Rennes. “Car être bénévole dans un club, c’est être tourné vers les autres, aider les gens et apprendre à les connaître. Il y a clairement un parallèle à faire avec le métier de gendarme”. Et puis, s’investir au contact des autres, dans le cadre sportif et associatif, fait également tomber les masques et peut lever des barrières. “Cela donne une autre image du gendarme, qui n’est plus vu uniquement sous l’aspect répressif. ”

Pascal Kerlau, une vie de gendarme mais aussi de bénévole. (DR)

Pas de galons entre bénévoles dans le sport

Au sein de la sélection nationale Gendarmerie de triathlon, par exemple –une association sportive totalement indépendante de l’Institution– les bénévoles sont tous des gendarmes. Et la voie hiérarchique disparaît quand chacun, sur son temps de repos, se met au service de sa passion. “Chacun apporte sa pierre à l’édifice pour servir notre cause commune. On met de côté les galons pour le bien-être de l’équipe et du bénévolat. Il y a une énorme solidarité entre nous. On est des potes quand on œuvre dans l’association sportive”, poursuit Sébastien Vial.

Souvent, d’ailleurs, il s’agit d’accompagner les licenciés en compétition ou d’enchaîner les kilomètres pour rencontrer un sponsor. Cet engagement déborde sur les deniers personnels, car les notes de frais n’existent pas, ou si peu. “On me dit souvent que je suis méritant. Et je réponds: pourquoi moi et pas un autre? Etre bénévole, c’est mon choix, et il n’y a rien à mériter”, estime Pascal Kerlau. En plus, le retour sur investissement est inestimable et d’une richesse absolue. “On voit des sourires et de la joie, et ça n’a pas prix!” Donner de son temps libre, c’est aussi dans l’ADN du gendarme.

FS

Retrouvez également le dossier complet sur les associations dans la Gendarmerie, dans votre magazine L’Essor de la Gendarmerie n°552 (avril 2021).

Exit mobile version