L'Essor

Le général Favier confirme le changement d’affectation du général Soubelet

Le général de corps d'armée Bertrand Soubelet (M.GUYOT/Essor)

Le général de corps d'armée Bertrand Soubelet (M.GUYOT/Essor)

Le directeur général de la Gendarmerie nationale Denis Favier a confirmé jeudi que le général Bertrand Soubelet, ex-numéro 3 de la Gendarmerie et actuellement commandant de la gendarmerie d’outre-mer, était “appelé à changer d’affectation” dans “les jours qui viennent”.

Le général Soubelet, 57 ans, a publié il y a moins d’un mois “Tout ce qu’il ne faut pas dire” (Plon), un livre à succès (32.500 exemplaires vendus au 20 avril), dans lequel il critique notamment des magistrats “jusqu’au-boutistes”, un système syndical “dispendieux” et des partis politiques “globalement disqualifiés”.

Dans les jours qui viennent, il est appelé à changer d’affectation“, a confirmé jeudi sur France Inter Denis Favier, qui souligne que le général Bertrand Soubelet “n’a pas été sanctionné”. “Il occupe une fonction qui relève des emplois à la discrétion du gouvernement, il a exercé cette fonction, il en exercera peut-être d’autres dans le futur”, a-t-il dit. A 57 ans, le général Soubelet est à trois ans de la limite d’âge dans son grade de général de corps d’armée (quatre étoiles).

La question n’est pas celle du devoir de réserve, n’est pas celle du droit d’expression, c’est un débat d’une autre nature. On ne peut pas avoir évolué dans un système pendant plus de trente ans et méconnaître les règles qui régissent ce système”, a ajouté le DGGN. “On ne peut pas non plus lorsqu’on a bousculé certaines de ces règles faire semblant d’en être étonné (…) Les règles sont des règles de loyauté, de transparence, de franchise, d’engagement“, a-t-il dit.

“S’exprimer est un droit (…) mais s’exprimer pour dire quoi? Poser un constat est assez facile mais aux responsabilités qui sont les nôtres, une fois qu’on a posé le constat, il faut mettre tout en oeuvre pour inverser la tendance si le constat est négatif”, a insisté Denis Favier.

Dans son livre, le général Bertrand Soubelet sort de son devoir de réserve pour donner sa “contribution citoyenne sans aucun esprit partisan” tout en critiquant sans détours le gouvernement, une prise de position publique inédite pour un haut gradé en exercice de la Gendarmerie.

Le général Soubelet a été muté à l’été 2014 au commandement de la gendarmerie de l’outre-mer, après avoir exprimé ses réserves sur la politique pénale face aux délinquants lors d’une audition à l’Assemblée nationale le 18 décembre 2013.