vendredi , 18 juin 2021

Écusson d'un aumônier catholique de la Gendarmerie nationale. (Photo: Diocèse aux armées)
Écusson d'un aumônier catholique de la Gendarmerie nationale. (Photo: Diocèse aux armées)

Le diocèse aux Armées quête pour s’agrandir dans son siège parisien

Le diocèse aux Armées (aumônerie catholique des Armées et de la Gendarmerie) lance un appel aux dons financiers. Pour acquérir un second bâtiment en plein coeur de Paris afin de pérenniser son implantation immobilière.

Dans une lettre circulaire datée du 8 mai, Mgr Antoine de Romanet, évêque aux Armées et donc patron des quelque 210 aumôniers catholiques, vient en effet d’inviter les fidèles à participer à cette “nouvelle étape“.

Le diocèse aux Armées, créé en 1986, a acquis un premier immeuble en 2011, dit “Maison Saint-Louis“, aux Soeurs du Bon Secours, situé 16 rue Notre-Dame des Champs (VIe). Il constitue depuis 2015 un lieu de vie pour les prêtres, les séminaristes et les aumôniers. La congrégation détient un autre immeuble au 20 bis de la même rue, sur le même site autour d’un jardin. Cet immeuble de quatre étages, construit au XIXe siècle, abrite actuellement la direction diocésaine. Il gardera ses fonctions de lieux de travail, d’accueil et d’archives.

Etablir des fondations solides”

L’achat de cet immeuble, fait valoir Mgr de Romanet, “offre la perspective d’établir des fondations solides” pour le diocèse des Armées. Il souligne que les dons (contact: donsetlegs@dioceseauxarmees.fr) sont déductibles de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) ou de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Le diocèse aux Armées compte actuellement 210 aumôniers militaires, dont 130 prêtres, 20 diacres permanents et 60 laïcs. Pour 300.000 militaires des Armées et 100.000 gendarmes. Les aumôniers militaires, surnommés “padrés“, officient sur le territoire national ou à l’étranger (Opex). La cathédrale du diocèse des Armées est Saint-Louis-des-Invalides, dite “L’église des soldats“.

L’aumônerie catholique reste la plus importante des aumôneries militaires, devant celles des cultes protestant, israélite et musulman. Un aumônier en chef (évêque aux Armées pour les catholiques) dirige chacune de ces quatre aumôneries. Celui-ci se voit assister par un aumônier national pour chaque armée (terre, air, mer, gendarmerie). Les aumôniers détiennent le grade unique d’aumônier militaire, sans correspondance avec la hiérarchie militaire. Ils sont assimilés à des officiers mais ne peuvent donner des ordres. Ils bénéficient d’une solde réglée par le ministère des Armées.

PMG

One comment

  1. Les aumôniers militaires catholiques sont surnommés “Padre” ou “Madre”. En effet, bien que cela soit encore fort méconnu, le diocèse aux armées françaises compte une vingtaine d’aumônier militaires femmes, ayant les mêmes prérogatives que leurs confrères laïcs masculins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.