samedi 15 mai 2021
Accueil / Articles abonnés / Le “Covid Truck” des gendarmes de l’IRCGN
Les gendarmes au travail dans le laboratoire mobile de l’IRCGN pendant le Covid Truck (Photo: IRCGN)
Les gendarmes au travail dans le laboratoire mobile de l’IRCGN pendant le Covid Truck (Photo: IRCGN)

Le “Covid Truck” des gendarmes de l’IRCGN

Pendant dix semaines, les gendarmes en blouse blanche de l’Institut de recherches criminelles (IRCGN) ont analysé 13.000 tests Covid-19. Une première pour ces spécialistes de l’ADN des malfrats et des victimes.

Le Covid Truck, nom de code de cette opération, a été déployé du 1er  avril au 13 juin sur le parking de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). Un laboratoire mobile unique en Europe, déjà projeté au printemps 2015 pour l’identification des victimes de la catastrophe de la Germanwings, dans les Alpes en 2015, et en juillet 2016 après l’attentat terroriste de Nice. Une structure composée d’un ancien car de gendarmerie mobile et de tentes.

Grâce au Covid Truck, les gendarmes ont testé 13.000 personnes

Dans ce Covid Truck, les tests se sont déroulés 7j/7 et en cinq étapes d’une durée totale de quatre heures.

D’abord, la réception des prélèvements adressés via l’hôpital, suivie de l’échantillonnage. Puis l’inactivation virale sous une hotte de sécurité pour protéger à la fois l’opérateur et l’échantillon. Avant l’extraction de l’Acide ribonucléique (ARN) du virus, grâce aux mêmes machines que celles utilisées pour l’ADN. La dernière étape consistait à transformer l’ARN en ADN en ciblant deux gènes du virus, pour aboutir à un résultat positif ou négatif.

Le laboratoire mobile était relié au réseau informatique de l’hôpital de manière sécurisée. Le service de biologie de l’hôpital se chargeait ensuite d’interpréter les résultats.

Lire aussi: Les experts de l’IRCGN mènent l’enquête technique sur les incendies de Générac, dans le Gard

En dix semaines, les gendarmes ont testé 13.000 personnes, a dit à L’Essor le professeur Antoinette Lemoine, directrice du département médico-universitaire de l’APHP. Des tests réalisés notamment au profit de structures médico-sociales, de résidents d’Ehpad et de l’Administration pénitentiaire.

Pendant toute cette période, l’IRCGN a pu maintenir sa capacité d’analyses génétiques pour les enquêtes judiciaires.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.