dimanche 18 août 2019
Accueil / A la une / Le Comité du 22 avril commémore le trentième anniversaire de Fayaoué
De gauche à droite :Michel Lefevre (intervenu à Ouvéa), Bernard Meunier otage), Hervé Quaetaert (intervenu), Jean Marie Grivel (intervenu, blessé), Xavier Leroy (otage) crédit PMG/L'ESSOR

Le Comité du 22 avril commémore le trentième anniversaire de Fayaoué

Le “Comité du 22 avril – Sentinelles de la Nation” a commémoré ce dimanche à Paris le trentième anniversaire de l’attaque de la brigade de Fayaoué (quatre gendarmes tués, le 22 avril 1988) dans un “esprit de réconciliation”.

Au cours d’une célébration religieuse dans la matinée en la cathédrale de Saint- Louis- des- Invalides, les membres de l’association, présidée Gérard Chaput, ont tenu, par leur présence, à “saluer la mémoire de tous ceux qui ont laissé leurs vies sur le territoire calédonien lors de ces évènements” (attaque de Fayaoué et assaut de la grotte de Gossanah, le 5 mai 1988, marquée par 21 morts, dont 19 indépendantistes).

Cette cérémonie s’est “enracinée, selon le comité, dans cet esprit de réconciliation initié dès le 22 avril 1998 (10ème anniversaire), et repris lors du 20ème anniversaire en 2008″.

Dans la soirée, une délégation du comité a déposé une gerbe sous l’Arc de Triomphe “à la mémoire de tous les disparus, ceux d’Ouvéa mais aussi de toutes de ces sentinelles de la Nation qui ont donné leurs vies pour protéger les Français”.

Cinq anciens gendarmes du GIGN (otages dans la grotte ou qui sont intervenus lors de l’assaut du 5 mai 1988, voir notre photo dans la cour d’honneur) étaient présents, ainsi que le général d’armée Jean-Régis Véchambre, ex-inspecteur général des armées – Gendarmerie, étaient présents aux Invalides.

PMG

 

Lire aussi sur L’Essor : 30 ème anniversaire des tragédies de Fayaoué et Ouvéa : émouvant hommage des anciens de l’escadron d’Antibes au major Georges Moulié

 

A voir également

Refus d’obtempérer dans le Maine-et-Loire: un gendarme blessé

Un gendarme du peloton motorisé a été blessé ce 15 août lors d'un refus d'obtempérer lors d'un contrôle à Chemiré-sur-Sarthe. (Maine-et-Loire)

2 Commentaires

  1. RANCHOUX

    Elle dit 1998 dans le commentaire
    Il n’était pas major, mais adjudant-chef (stèle)
    Honneur à nos gendarmes Vive notre République

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *