vendredi 30 octobre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Le CNING d’Antibes, « maison mère » des plongeurs fête ses  50 ans

Le CNING d’Antibes, « maison mère » des plongeurs fête ses  50 ans

Ils étaient presque tous là. Émus et fiers de revenir à Antibes le 12 octobre pour fêter les 50 ans d’un fleuron de la Gendarmerie, le Centre national d’instruction de la gendarmerie nationale (CNING). Parmi ces grands anciens, le colonel (H)  Pierre Rossignol,  89 ans, premier chef du centre et précurseur de la plongée en gendarmerie. Alors pilote d’hélicoptère à Rennes et moniteur de plongée, c’est lui qui a attiré l’attention de la direction de la gendarmerie sur la nécessité de disposer de plongeurs pour les secours en mer et les recherches de corps.

Présidée par le général de corps d’armée Alain Giorgis, commandant des écoles de la gendarmerie, et en présence de François Xavier Lauch, directeur de cabinet du préfet des Alpes Maritimes, une belle cérémonie a réuni la famille des plongeurs de la gendarmerie dans les bâtiments fraîchement rénovés de la caserne du petit arsenal.  Le GIGN dont les plongeurs d’intervention sont exclusivement  formés à Antibes était représenté ainsi que la police maritime de Monaco et la Marine nationale .  Des stagiaires étaient présents dont les officiers nautiques des régions actuellement en formation.

 A l’occasion de cet anniversaire, une stèle en mémoire des plongeurs de la gendarmerie  décédés en service a été inaugurée et trois gendarmes ont été décorés de la médaille d’or de la défense nationale et de la médaille de la sécurité intérieure.

Après la prise d’armes, les anciens et les invités ont pu découvrir à travers une exposition dressée dans la cour d’honneur de la  caserne Gazan – qui abrite l’escadron 24/5 de gendarmerie mobile et une antenne régionale du service de santé des armées –  le chemin parcouru depuis la création du centre. La « maison mère » des plongeurs dispose en particulier d’un caisson de décompression autonome pour les victimes d’accident de plongée, une structure unique en France.

Un recyclage annuel obligatoire

Commandé par le lieutenant-colonel Fabien Basquin, lui-même plongeur émérite, et titulaire de tous les brevets, le  CNING (son appellation depuis 1999) est devenu au fil des années, le  pôle d’excellence de la police technique et scientifique subaquatique.

Outre les officiers et les sous-officiers de l’arme, le centre accueille les policiers nationaux de la brigade fluviale de la préfecture de police de Paris,  les douaniers,  les carabiniers italiens, les policiers maritimes et les pompiers de Monaco  et de nombreux stagiaires étrangers. Tous les gendarmes plongeurs français sont depuis peu obligés de suivre un recyclage annuel à Antibes. « Cela permet de les évaluer, de les mettre à niveau mais aussi de vérifier leur aptitude médicale chaque année »  a précisé le général Giorgis dans son allocution lors d’une réception au mess de l’escadron d’Antibes.

La formation dispensée par le CNING se décompose selon quatre niveaux de difficulté croissante: enquêteur subaquatique, technicien d’identification subaquatique,  technicien supérieur subaquatique et instructeur subaquatique.

Depuis peu, la formation initiale des plongeurs des armées et de la gendarmerie est assurée par l’école de plongée de la marine nationale de Saint-Mandrier où sont affectés plusieurs instructeurs de la gendarmerie.

Didier Chalumeau

Photo : Plusieurs anciens commandants du centre ont pu se retrouver autour du général Giorgis, commandant des écoles.

de gauche à droite :
– Lieutenant-colonel (H) Dodin Roland commandant le CING de 1980 à 1985
– Lieutenant-colonel Basquin (l’actuel cdt du CNING)
– Lieutenant-colonel Verquin Raymond (H) commandant le CING de 1976 à 1980
– GCA Giorgis
– Colonel Rossignol  Pierre (H), commandant le CING de 1962 à 1965
– Lieutenant-colonel Dechelle Maurice (H) commandant le CING de 1971 à 1976

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Jean COSTA

    Ancien directeur du centre de vacances plongée de la MG, à l’époque du Mdl/chef ARNEODO (années 80}, j’en garde de merveilleux souvenirs.

  2. POULET

    moi aussi je l’ai connu a l’occasion de mon stage de plongée à ANTIBES du 08 avril 1970 au 23 avril 1970 le patron c’était le Lieutenant PLAZANET, d’ailleurs VERQUIN, était parmi ce stage en tant que gendarme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.