samedi 8 mai 2021
Accueil / L'actualité Outre-mer / La Réunion : l’UNPRG préconise un ajustement du temps de séjour
Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).
Illustration (SD/L'Essor).

La Réunion : l’UNPRG préconise un ajustement du temps de séjour

Henri Martinez, le président national de l’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie connaît bien ce dossier pour avoir servi à la Réunion où il s’est encore rendu en fin d’année dernière.

La position de l’UNPRG sur ce dossier est la suivante :

la discrimination existe notamment par rapport à la Corse où un gendarme insulaire peut servir toute sa carrière dans son île en faisant campagne.

Lire aussi sur L’EssorLe combat des gendarmes réunionnais pour leur retraite

Dans les DOM, le régime actuel est inégal dans les deux sens. Les gendarmes métropolitains bénéficient certes de la campagne (6 années) et de la surrémunération mais sont éloignés de leurs familles et de leur centre d’intérêt. Les gendarmes réunionnais ne bénéficient pas de la campagne mais peuvent servir onze années d’affilée avec la surrémunération et près de leurs familles.

Les gendarmes des DOM ne peuvent se prévaloir d’une discrimination s’ils continuent à servir onze années dans leur département avec bénéfice de la campagne car pour se rapporter à l’expression : “on ne peut avoir le beurre, l’argent du beurre et….“. C’est pour cela que l’UNPRG préconise un ajustement du temps de séjour, égal pour tous 4 ans +1 + 1 avec campagne et surrémunération pour tous.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. DUPONT

    Monsieur Martinez, ce que vous dites est incomplet, manque de discernement et est en clin à accentuer les discrimination en tout genre au sein de l’institution.

    En effet, Avant la mise en place des CIMM, les “originaires” faisait 6+3 ans sans annuités et avait la possibilité également de servir dans le cadre général (3+1+annuités).

    Depuis les CIMM, les “originaires” ont la possibilité de faire 6+3+1+1 soit 11 ans maximum. Or ceux qui ont fait 10 voir 11 ans sont quasi inexistants. Faite la demande à la DGGN du ratio entre les demandes et les agréments pour la 11ème année et vous verrez par vous même. Idem pour le cadre général, les originaires ne font plus annuités.
    Au final, les “originaires” sont restés bloquer à 9 ans pendant que les “non originaires” passaient de 4+1+1 (6ans).
    A contrario, le ratio d’acceptation pour les “non originaires” n’est pas le même car plus élevé.
    Première question pourquoi bloquer de façon quasi systématique la dixième et la onzième année, pourquoi aller à l’encontre des textes réglementaires ??? Pourquoi avoir enlevé les annuités pour les originaires dans le cadre général ?

    Jusqu’à présent, les originaires acquiesçaient car il était normal pour la majorité d’entre eux de dire, on fait 9 ans donc pas d’annuités par rapport à nos camarades métropolitains qui ne font que 3 à 4 ans.

    Aujourd’hui, les non originaires font 6 ans voir jusqu’à 7 ans (je peux vous donner des noms) et bénéficient des bénéfices de campagne mais toujours pas les ultra marins bloqué à 9 ans. Normal selon vous ? Ils font un double séjour à la Réunion, on va dire 12 ans et 24 annuités alors que le camarade du bureau d’à côté de part ses origines doit travailler quasiment le double pour avoir la même retraite, normal selon vous ?

    Pire, les non-originaires peuvent faire la demande de leur CIMM outre mer. Bon nombre d’entre eux ont compris l’astuce et ont foncé dans ce vide juridique. Ils peuvent donc faire 11 ans et cerise sur le gâteau, ils ont eux les bénéfices de campagne !!!!! Soit 22 ans. Ils endorsent un deuxième séjour et hop, 44 annuités ! NORMAL selon vous ? En parallèle, l’originaire se voit de justifier lui aussi ses origines et bon nombre se voit refuser leur CIMM et doivent faire une 2eme voir une 3eme demande ! Normal selon vous ?

    Sur le fait d’être éloigné de sa famille et de son département d’origine. Les ultra marins ne choisissent pas de servir en Métropole, ils ne choisissent pas au bout d’un séjour de retourner en Métropole, il s’agit d’une obligation. Contrairement au Non originaires qui eux choisissent et en connaissance de cause leur affectation outre mer. Ils peuvent même la refuser si elle ne leur convient pas. Ils peuvent également demander une mutation dans leur département d’origine et bon nombre servent depuis plus de 20 ans à côté de leurs parents. Il existe les mutations, les permutations etc …. Alors qu’on ne viennent pas nous dire que les non originaire sont loin de leur famille lorsqu’ils sont outre mer et que les ultra marins doivent s’estimer heureux d’être chez eux pour 11 ans. Vous rendez-vous compte de vos propos ?

    Enfin, l’article R14C1° du Code des pensions a été modifié par décret en 2011 pour cause de discrimination. De 2011 à 2015, le SDP (Service des Pensions) a accordé les bénéfices de campagne à la grande majorité des ultra marins (sauf quelques cas inexpliqués) conformément à la loi.
    Après 2015, le SRE (Service de Retraite de l’Etat) prend le relai et là, s’appui sur la FIR (Fiche de Renseignements Individuelles) pour le calcul de la pension. FIR gérés et transmis par la gendarmerie qui du jour au lendemain (2015) et ce sur une interprétation inexact de l’article R14C1 du CPR a décidé de refuser les bénéfices de campagne aux ultra marins car ils servent dans leur département d’origine pour une longue durée et sont fixés définitivement. Alors qu’on nous explique le “fixer définitivement” car nous sommes de passage pour un temps imparti. Comment expliqué alors que cela ne soit pas applicable au CIMM “non originaire” ?

    On marche sur la tête avec toutes ses incohérences qui n’ont ni queue, ni tête et qui malheureusement aujourd’hui est devenu discriminatoire envers les ultra marins. En fonction de ses origines, il n’ a pas les mêmes droits ! Si pour vous ce n’est pas de la discrimination, je vous invite à regarder la définition du mot discrimination tant au niveau de la langue française qu’en droit.

    Je ne serais peut être malheureusement pas publier car mes propos empreint de vérités doivent gêner en plus haut lieu.

    Salutations d’un retraité lésé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.