lundi 26 octobre 2020
Accueil / Vie des personnels / Gendarmes et policiers : des contacts plus systématiques avec la population
"La sécurité c'est pour tous. Elle est aussi l'affaire de tous" a déclaré le ministre de l’Intérieur Claude Guéant avant d’inviter les gendarmes et les policiers à reprendre des contacts plus systématiques avec la population.

Gendarmes et policiers : des contacts plus systématiques avec la population

“La sécurité c’est pour tous. Elle est aussi l’affaire de tous” a déclaré le ministre de l’Intérieur Claude Guéant avant d’inviter les gendarmes et les policiers à reprendre des contacts plus systématiques avec la population.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant invite les policiers et les gendarmes à “reprendre des contacts plus systématiques avec la population”, dans un entretien au Monde daté du 15 mars. “La police et la gendarmerie doivent reprendre des contacts plus systématiques avec la population, déclare le ministre. La sécurité c’est pour tous. Elle est aussi l’affaire de tous”. “Toujours sur le climat, il faut travailler à améliorer la relation entre les policiers et la population”, a-t-il insisté, évoquant notamment “davantage de patrouilles à pied, à effectifs plus réduits” et “une présence policière plus visible”. Interrogé sur le fait de savoir s’il s’agissait d’un “retour à la police de proximité” créée par le gouvernement du Premier ministre Lionel Jospin puis abandonnée en 2002 par Nicolas Sarkozy à son arrivée au ministère de l’Intérieur, Claude Guéant répond que ce n’est “en aucune façon” le cas. “La première fois que l’on a parlé de police de proximité, c’était dans la loi Pasqua de 1995”, précise-t-il à cet égard. “Cela ne signifie pas que les policiers se transforment en assistants sociaux ou en animateurs sportifs, ajoute-t-il. La police a une fonction de prévention, de protection et de répression”.

Selon des sources policières, Claude Guéant a insisté auprès de ses troupes depuis son arrivée à Beauvau fin février, sur la nécessité de ce qu’un de ses interlocuteurs a appelé une “coproduction de la sécurité”, une expression que le ministre n’a pas utilisée, a indiqué mardi soir son entourage. Certains policiers ont cru percevoir un “infléchissement” du gouvernement vers la police de proximité.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.