dimanche 20 septembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Gendarmerie et Police : Valls trace la feuille de route du renseignement territorial
Illustration (MG/ESSOR)
Illustration (MG/ESSOR)

Gendarmerie et Police : Valls trace la feuille de route du renseignement territorial

Manuel Valls a récemment fixé aux forces de l’ordre leur feuille de route dans le renseignement dit de proximité, qui concerne notamment la surveillance des “mouvements protestataires et revendicatifs”.

Dans une circulaire aux responsables de la Police et de la Gendarmerie en date du 21 mars, citée dans Le Figaro vendredi, le ministre de l’Intérieur trace ce que doit être la réforme du renseignement territorial.

Cette réforme, annoncée en juin 2013 par le ministre, crée à la place de la Sous-direction générale de l’information (SDIG, ex-Renseignements généraux, les RG) le Service central du renseignement territorial (SCRT) “seul chargé de centraliser et transmettre sous forme de notes aux autorités gouvernementales et administratives l’ensemble des renseignements” recueillis sur le terrain.

Vers le développement du cyber-renseignement

Ceux-ci, selon cette circulaire, “concernent tous les domaines de la vie traditionnelle, économique et sociale susceptibles d’entraîner des mouvements revendicatifs ou protestataires”.

Ainsi des “phénomènes violents” dans les “quartiers sensibles” et “l’économie souterraine”. Mais également les “faits de société” remettant “en cause les valeurs républicaines”, tels les “dérives sectaires” ou la “contestation politique violente”, les mouvements de l’ultra gauche et ultra droite, selon ce qu’a précisé à plusieurs reprises Manuel Valls en évoquant cette réforme.

Cela “induit” notamment, écrit le ministre, “des méthodes de recherche opérationnelle” et le “développement du cyber-renseignement”.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *