lundi 28 septembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Exercice anti-terroriste inédit dans la nuit de mardi à mercredi à Paris
Un gendarme du GIGN lors d'une démonstration au camp de Beynes (Photo M. Guyot/Essor).

Exercice anti-terroriste inédit dans la nuit de mardi à mercredi à Paris

Un important exercice anti-terroriste inédit, rassemblant 150 gendarmes et policiers des forces d’intervention (GIGN, Raid, BRI), se déroulera dans la nuit de mardi à mercredi à la gare Montparnasse à Paris .

Pour la première fois le GIGN participera à un exercice à Paris et avec la BRI. Le GIGN et le Raid ont déjà participé à plusieurs reprises à des exercices simulant une prise d’otages multiple au Stade de France, un attentat chimique ou une prise d’otages à bord d’un train à Bruxelles.

Cet exercice grandeur nature suivra les annonces, mardi après-midi, du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve sur le nouveau schéma national d’intervention des unités d’élite de la Police et de la Gendarmerie.

Selon les informations de « L’Essor », ce nouveau schéma d’intervention, peaufiné par « un gros travail » de l’Unité de coordination des forces d’intervention (Ucofi) et des représentants des unités d’élite, porte sur plusieurs points.

Le principe de la notion du délai d’intervention de 20 minutes en n’importe quel point du territoire, lors d’une attaque terroriste, par les Psig Sabre de la Gendarmerie et les BAC de la Police, reste d’actualité. Le rôle des primo-intervenants, gendarmes départementaux ou policiers des commissariats, dans les attaques terroristes, est également confirmé.

Ce schéma comporte un point essentiel et nouveau, celui de la liste des capacités « critiques » que chaque unité (GIGN, Raid et BRI) assure maîtriser.

Ces capacités « critiques » comme l’usage des explosifs, les interventions à bord d’un bateau ou d’un avion, dans un métro ou un autobus ou dans une centrale nucléaire, seront vérifiées par un « jury » de policiers et de gendarmes lors de démonstrations.

Une fois la liste de ces capacités « critiques » établie et vérifiée, le GIGN ou le Raid ou la BRI, pourront alors intervenir en fonction de leurs spécialités et non plus seulement dans leurs zones d’intervention classiques : zone Police ou zone Gendarmerie.

Par ailleurs, la notion de « force menante » et « force concourante » sera confirmée. En janvier 2015, lors de la traque des frères Kouachi à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), le GIGN avait été déclaré « force menante » et le Raid « force concourante ».

Enfin, l’Ucofi, commandé actuellement par un commissaire de police, sera étoffée pour avoir un rôle plus opérationnel.

——————————-

Légende photo : Exercice commun du GIGN et du Raid a Beynes, 15 avril 2008.

Crédit : M.G-Essor

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *