mercredi , 16 juin 2021

Illustration (SD/L'ESSOR)
Illustration (SD/L'ESSOR)

L’Etat condamné à payer 25.000 euros à un officier de Gendarmerie victime de harcèlement moral

Dans l’affaire de harcèlement moral dont il a été victime, c’est sa quatrième victoire judiciaire. Le tribunal administratif de Limoges a condamné, le 11 février, l’Etat français a verser à Vincent Ouziel 25.000 euros pour son préjudice et 3.000 euros pour les frais de justice. Selon cette décision, l’Etat a insuffisamment protégé cet officier de Gendarmerie du harcèlement moral subi alors qu’il commandait la compagnie de Guéret, dans la Creuse. 

Une satisfaction pour Vincent Ouziel qui souligne qu’il a “longtemps été regardé comme responsable de la situation”. Pourtant, rappelle-t-il, “les fautes qui ont été commises dans cette affaire l’ont été contre moi”.

Déjà une condamnation au pénal

Les faits qui valent à l’Etat d’être condamné ont eu lieu du 1er août 2011 jusqu’à la fin de l’été 2013. Deux années durant lesquelles Vincent Ouziel, alors capitaine, a subi les foudres de Murielle Noël. Celle-ci est la très influente présidente de l’Association d’aide aux membres et familles de la Gendarmerie (AAMFG). Pour ces faits, la cour d’appel l’a condamnée à 2.000 euros d’amende, 2.000 euros de dommages et intérêts et 1.000 euros pour les dépens. La décision est définitive: la Cour de cassation a rejeté son pourvoi le 7 mai 2019. 

Lire aussi: Murielle Noël définitivement condamnée pour harcèlement sur un officier

Au-delà de cette procédure judiciaire, Vincent Ouziel a engagé une action devant le tribunal administratif. Elle visait à obtenir une indemnisation par l’Etat de son “son préjudice moral et de ses troubles dans ses conditions d’existence”. L’officier demandait également l’indemnisation de son “préjudice de carrière”.

Une décision sévère pour le commandant de région

La décision du tribunal administratif de Limoges est sévère. Tant pour le commandant de région de l’époque, le général Michel Labbé, que pour Murielle Noël. Pour les juges, cette dernière a tenté d’obtenir une sanction ou une mutation du commandant de compagnie. Dans leurs considérants, ils estiment qu’elle a, pour cela, “usé et abusé tant de ses fonctions de présidente de l’AAMFG que de ses relations dans la Gendarmerie nationale”. Ils notent également qu’elle “n’a pas hésité à mentir à plusieurs reprises aux supérieurs de M. Ouziel pour se plaindre du comportement prétendument inadapté de l’intéressé à son égard”

Au final, cette “véritable campagne de dénigrement systématique” à l’encontre de Vincent Ouziel “a eu pour effet de jeter un discrédit totalement injustifié sur la manière d’être et de servir de l’intéressé, ainsi que d’altérer son état de santé”

Pour les juges administratifs, par sa seule existence, ce harcèlement justifiait l’indemnisation du préjudice demandé par l’officier. Mais ils ont également examiné si l’Etat pouvait engager sa responsabilité pour n’avoir pas protégé son agent. Selon eux, cette obligation incombait à l’administration quand bien même “M. Ouziel n’aurait pas, pendant la période où il a subi ce harcèlement, adressé une demande formelle d’octroi de la protection fonctionnelle”

Manque de “clairvoyance, voire d’impartialité”

Les juges estiment ainsi que le général Labbé a “manifestement manqué de clairvoyance voire d’impartialité, et n’a eu ni le recul ni l’attitude exigés par son niveau de responsabilité”. Ils lui reprochent des remontrances verbales et écrites à Vincent Ouziel “sur la seule base des propos que lui avait tenus Mme Noël, sans s’interroger sur leur éventuel bien-fondé”. Et ce précisent-ils, malgré les dénégations de Vincent Ouziel. Ce dernier avait d’ailleurs le soutien de ses subordonnés et de son supérieur hiérarchique, le commandant de groupement.

Au final, l’état de santé mentale de l’officier s’est fortement dégradé “en raison du harcèlement moral de Mme Noël”. Mais les juges mettent également cela sur le compte “de l’attitude fautive de son administration, spécifiquement celle adoptée par le général qui commandait la région de gendarmerie du Limousin”.

Une présidente d’association très influente

A l’époque, Murielle Noël bénéficiait d’une influence très importante au sein de l’Institution. Ainsi, la Gendarmerie mettait à la disposition de son association des moyens tout à fait hors norme. L’AAMFG avait ainsi un bureau au sein du groupement de gendarmerie. Mieux, le général Labbé avait signé, en juin 2013, une convention prévoyant le détachement d’un gendarme au profit de l’association.

Lire aussi: Un gendarme détaché auprès de l’association de sa femme

Deux jours par semaine, un sous-officier de Gendarmerie travaillait donc pour l’association. Il se trouve que c’est le propre mari de Murielle Noël, Marc, qui avait été désigné pour occuper cette fonction. Une mission sur mesure dont la durée correspondait au temps restant au MDL-Chef avant sa retraite.

Condamné en première instance pour le harcèlement à l’encontre de Vincent Ouziel, Marc Noël a été relaxé en appel. Malgré cela, les juges administratifs notent qu’il a “manifestement manqué à son obligation de réserve et de loyauté envers son supérieur hiérarchique”

Lire aussi: Harcèlement moral: Murielle Noël condamnée

L’Etat n’est pas condamné pour le préjudice de carrière

S’ils ont donné en partie raison à Vincent Ouziel, les juges administratifs ont en revanche rejeté le préjudice de carrière. Selon eux, celui-ci n’est pas établi “de manière suffisamment directe et certaine”. “En particulier pour ce qui concerne ses perspectives de mutation sur des postes spécifiques, de promotion au choix ou d’accès à l’Ecole de guerre”.

Un considérant qui peut surprendre l’officier, aujourd’hui détaché auprès du tribunal judiciaire de Montpellier. En effet, Vincent Ouziel est chef d’escadron quand ses camarades de promotions portent des galons de lieutenant-colonel.

D’autant que le général Labbé après la région Limousin, est devenu le numéro deux des ressources humaines de la Gendarmerie. Il était d’ailleurs à ce poste lorsqu’il a témoigné à la barre de la cour d’appel de Limoges. La défense du couple Noël l’avait cité.

Malgré tout, cette décision est une bonne nouvelle pour Me Elodie Maumont, qui représentait Vincent Ouziel. D’une part parce que l’Etat est condamné à verser une somme, 25.000 euros, qui “n’est pas négligeable” devant une juridiction administrative. Par ailleurs, “le tribunal administratif de Limoges reconnaît que l’administration, par son inaction, a contribué au harcèlement moral”, explique-t-elle. Elle note également que “ce jugement reconnaît que tout ceux qui ont vu et su, mais qui n’ont pas agi, peuvent voir leur responsabilité engagée”.

Pour l’instant l’affaire n’est pas close: le délai d’appel est de deux mois. 

Matthieu GUYOT

12 comments

  1. Oui, l’affaire n’est encore pas terminée, vu qu’un appel peut se faire.
    Mais tout laisse réellement penser que cet officier, n’a pas été effectivement protégé par sa hiérarchie en l’occurrence un Général de région. Triste affaire mais hélas de plus en plus visible dans la presse. En attendant, je tiens à saluer l’officier, vraisemblablement harcelé, qui a eu la force de combattre sa hiérarchie. Et tout le monde sait qu’à partir du moment où on ne suit pas “la bonne direction” commandée, il faut s’attendre à tout : sanctions diverses, mauvaise notation, absence de prime, de récompense, mauvais poste lors de mutation…un vrai engrenage destructeur. Une carrière professionnelle peut vite se terminer ou se trouver fortement ralentie. Heureusement, certains Chefs, civils ou militaires, font correctement leur travail. Mais beaucoup se laissent, hélas, bercer par une carrière qui s’avèrera prometteuse et surtout sans vague. Bof…

    • Excellent commentaire, tout est dit. J’ai moi-même subi la foudre de mon commandant de compagnie relatif à ma notation, cependant, il a été désavoué par le commandant de groupement qui a remonté ma notation. Je ne souhaite à personne d’avoir un jour un officier de cet acabit, vicieux, menteur, resquilleur, bref, le prototype même du ripou. La suite de sa carrière a été catastrophique, de mutation en mutation, il a pris sa retraité, forcé par sa hiérarchie.

  2. Pour les sous-officiers victimes de harcèlement, c’est infiniment plus difficile, voire impossible à prouver, les loups ne se mangeant pas entre eux…

    • Euh… oui ! C’est effectivement une expression qui est très souvent utilisée dans le langage “Gendarmique” entre autre. Je confirme, après avoir lu un petit article sur le “canis lupus”, que les loups ne se mangent pas entre eux ; très intéressant de connaître le fonctionnement de la hiérarchie commandée par le couple Alpha. Largement plus beau de lire ce dernier article que de se voir conter “la vie d’un courageux chahutée, voire détruire par sa hiérarchie”, sous les yeux hagards de l’assistance. Ouais, pas terrible, cette dernière prestation. Bon je retourne sur l’article du “canis lupus”..

      • Les loups se mangent entre eux dans la nature comme dans la société.Toutes les administrations et toutes les entreprises connaissent ce phénomène de sélection…
        Le proverbe affirmant naïvement le contraire n’a que la valeur d’un proverbe.
        Bon,je vais relire “Croc blanc” de Jack London.

  3. Toujours cette hiérarchie qui préfère rester en retrait plutôt que d’assumer ses responsabilité. Elle se doit de protéger son personnel dont elle a tant besoin ! Mais NON c’est toujours la politique de l’autruche pour ne pas “fâcher” l’Etat Major dans la perspective de l’avancement de carrière. Quand aurons-nous enfin des chefs qui prendront conscience que l’exécutif se régale de cette mésentente dans les rangs pour mieux les “absorber” dans les rangs de la “police” et exploiter leur savoir-faire !

  4. ROGER BENCZE (Col. E.R.)

    Honte à ce général dont le comportement à été plus que répréhensible à commencer par le détachement du mari de la présidente de l’association. Quel manque d’éthique !

  5. Au delà des errements délétères de la dame NOËL qui manifestement avait pris en grippe cet officier commandant de compagnie, on peut souligner à cette occasion l’immixion aussi anormale que néfaste de ces associations dans la chaîne de commandement, avec des interlocuteurs qui se croient plus gendarmes que les gendarmes….
    Mais on doit surtout dénoncer les fautes graves de commandement de ce général commandant de Région qui, parce qu’il est aujourdhui tranquillement en deuxième section , coule des jours paisibles dans sa retraite alors que c’est lui personnellement qui est le fautif et le complice actif de la dame NOEL et, à ce titre, devrait payer sur ses propres deniers les 25000 €!

    Jusqu’à détacher le propre mari de cette dame pour en faire son secrétaire : quel scandale!

    Mais on peut néanmoins regretter que ce jugement du tribunal administratif n’aille pas jusqu’au bout de l’évidence en reconnaissant le préjudice de carrière de cet officier qui est pourtant indubitable! D’autant que ce préjudice passé se doublera d’un préjudice à venir, car l’institution ne lui pardonnera pas d’avoir fait des vagues et d’avoir été en partie reconnu victime par la justice administrative !…

    Enfin l’histoire ne dit pas ce qu’il est advenu après cette condamnation de l’association et de sa présidente ???

  6. il ne faut rien lâcher, trop de “gangrenés” se prennent pour des intouchables, il doivent savoir que leur méthode “ne sont pas bonnes” et faire prendre conscience à “certains autres” qui voudraient prendre la suite , que les hommes bleus seront toujours là .

  7. Je soutiens sans réserve le Chef d’Escadron. Je souhaite vivement qu’il puisse accéder au grade supérieur dans les meilleurs délais. Dans un Corps qui est déjà sclérosé il n’est pas nécessaire d’en rajouter…Exercer ce métier dans la société actuelle n’est pas la même chose que dans les années 60/70!!!!!
    Coup de chapeau à l’ensemble des personnels de l’Arme, en particulier à la Gendarmerie Mobile.

  8. Pas de panique ! Le préjudice de carrière n’est pas facile à démontrer ; et de toute façon, il sera promu automatiquement Lt-Colonel après 6 ans de grade de Chef d’Escadron. C’est ce qui m’est personnellement arrivé, avec un général molasse et trouillard, auquel j’avais “osé” dire que je faisais un métier et non une carrière. Les feuilles de chêne des képis de généraux dissimulent parfois des glands !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.