mardi 15 octobre 2019
Accueil / Vie des personnels / ENTRETIEN – Les HK G36 des Psig et des BAC sont “fiables et sûrs”, selon un spécialiste
Schiessen aus Fahrzeugen Wolf und Mungo/ EGB Schie§ausbildung III. IN AUSBZSPEZOP auf Schiessbahn 9 Truppenuebungsplatz Stetten a.k.M. am 12.03.2013

ENTRETIEN – Les HK G36 des Psig et des BAC sont “fiables et sûrs”, selon un spécialiste

Spécialiste reconnu des armes, Jean-Louis Courtois, assure que les nouveaux fusils d’assaut HK G36 dont sont progressivement équipés gendarmes des Psig et policiers des BAC, sont « fiables et sûrs ». Cet expert en balistique à la Cour d’appel de Paris et à la Cour pénale internationale de la Haye, estime que ces armes de guerre, fabriquées outre-Rhin par l’industriel Heckler & Koch (HK), sont adaptées aux forces de Police et de Gendarmerie face aux kalachnikov et aux protections utilisées par les terroristes en janvier et novembre 2015.

Le HK G36 fait l’objet de nombreuses critiques. Quelle est votre analyse ?

Il y a effectivement eu des problèmes avec les G36 allemands en dotation depuis 1995 dans la Bundeswehr (armée allemande). Ces problèmes, intervenus lorsque la Bundeswehr était en Afghanistan, provenaient d’un canon qui ne correspondait pas à l’usage qui devait être fait de l’arme. Les militaires se sont aperçus qu’avec la chaleur et le tir en rafales longues, l’arme manquait cruellement de précision. À partir de 2011, des tests d’évaluation ont été effectués. Un institut technique de la Bundeswehr et deux instituts privés se sont aperçus que les difficultés ne portaient pas sur les 178.000 armes en service dans la Bundeswehr, mais concernaient seulement quelques armes utilisées en Afghanistan par des températures extrêmes. Il s’agissait d’un problème de canon de l’arme et d’échauffement de certaines pièces mécaniques en plastique. Des solutions sont à l’étude pour mieux répondre à cette problématique. Des mitrailleuses en calibre 5,56mm ont ainsi été acquises en urgence. Sur la base de ces conclusions, la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen a demandé le retrait partiel de ces armes pour des tests complémentaires. Ces dernières ont été remplacées par des HK 416 (calibre 5,56 mm). Actuellement, la Bundeswehr et de très nombreux services de l’armée allemande sont encore largement pourvus du G36. En France, le Raid l’utilise d’ailleurs sous une version différente depuis le début des années 2000. S’il y avait eu un problème, on l’aurait su et on aurait évidemment procédé au retrait de ces armes.

En quoi les HK G36 de la Gendarmerie et de la Police diffèrent de ceux de l’armée allemande ?

Ces armes destinées aux forces de l’ordre françaises ne sont pas défectueuses et n’ont pas été acquises au rabais. Il ne s’agit pas d’un équipement de compensation ou d’échange entre la Bundeswehr et l’Etat français. Les G36 qui équipent gendarmes et policiers sont des armes de dernière génération, fabriquées en 2015. Le fusil d’assaut G36 est en fait une famille d’armes disponible dans différentes versions. Ainsi, les gendarmes doivent être équipés du G36 KA3 et les policiers du G36 KP2.

Quelles sont les principales spécificités de ces deux modèles d’armes ?

De calibre 5,56 mm, ces armes sont des variantes du G36. Il existe des G36 à canon long et des G36 à canon court. Le canon du HK G36 K équipant les gendarmes et celui du HK G36 KP2 des policiers mesurent 318 mm. Celui du Raid et de la BRI, LE G36 C (comme compact) fait 228 mm. Il y a donc les modèles longs, courts et compacts.

La longueur de 318 mm permet une vitesse initiale de la balle de 850 mètres/seconde. Les HK G36 disposent d’une crosse réglable en longueur et d’un appui joue permettant l’emploi d’un gilet pare-balles lourd. Ces armes sont équipées d’un viseur de dernière génération monté sur un rail et dotées d’organes de visée mécanique (cran de mire et hausse) basculants pour pouvoir mettre le système de visée. Ce sont des armes fiables, sûres et qui ont fait leurs preuves.

Le levier d’armement, le poussoir de chargeur, le levier de sûreté et l’arrêtoir de culasse sont totalement ambidextres. On peut fixer une lampe tactique ou une poignée avant.

L’arme est alimentée par des chargeurs translucides d’une capacité de trente coups, permettant de visualiser immédiatement le nombre de coups restant dans le chargeur à une ou deux munitions près.

Le HK G36 possède également plusieurs modes de tirs. Pour la police, il est en mode semi-automatique : coup par coup, ou rafales de deux coups. On ne peut pas tirer plus de deux coups, ni lâcher les 30 coups en appuyant sur la détente.

Le modèle Gendarmerie diffère légèrement. Le sélecteur de tirs a quatre positions : sûreté, coup par coup, deux coups et rafale.

Ces armes là sont-elles plus précises au coup par coup ou en rafales ?

Ces armes sont très précises au coup par coup, à deux coups ou en rafales. Mais le coup par coup ou le tir à deux coups sont les meilleures positions pour une précision importante en utilisation citadine. Dans ce cas de figure, le gendarme ou le policier aura toujours le maintien de l’arme.

C’est à dire qu’il n’y a pas de recul ?

Le recul est très faible et largement accepté par le corps humain permettant à l’utilisateur de garder la visée. Cette arme est facile d’emploi et précise. Avec le calibre 5,56 mm, on est plus du tout dans dans la configuration du 9×19 mm du pistolet automatique SIG Sauer SP 2022 des gendarmes. Au départ du coup, le projectile de 9 mm part à la vitesse de 350 mètres/seconde.

La munition tirée par le HK G36 des policiers et des gendarmes est équivalente, en puissance et à quelques variations près, aux munitions tirées par les modèles kalachnikov AK 47 et AK 74 U en calibres de 7,62×39 ou de 5,45×39 mm. C’est arme de guerre contre arme de guerre. Le pouvoir de perforation et de destruction du HK et de la kalachnikov sont identiques.

Combien de HK G36 vont équiper les forces de l’ordre françaises ?

Il y a un marché de plusieurs milliers d’armes, dont les fusils à pompe Benelli de calibre 12 achetés par la Police. Les Psig et les BAC vont toucher l’essentiel de ces armes, ce qui impose une formation spécifique. On ne peut donner un fusil d’assaut sans formation à des gens qui utilisent habituellement un SIG ou un Taser. Il faudra savoir démonter et remonter l’arme, savoir la faire fonctionner et tirer, et en connaître les limites : les munitions de 5,56 mm sont encore mortelles à 1,7 km voire 2 km, contre 2 à 300 mètres pour le calibre 9 mm.

Que est le prix du HK?

Cette arme est vendue aux forces de l’ordre françaises à environ un millier d’euros, soit un marché de 3,6 à 4 millions d’euros. L’importateur français de la firme HK n’a pas souhaité communiquer à ce sujet.

Ce même modèle équipe t-il d’autres armées dans le monde ?

Actuellement, 30 pays sont équipés de HK G36 ou de HK 416. La plupart des unités du Commandement des opérations spéciales (COS) disposent de HK 416 en 5,56 mm ou de HK 417 en 7,62 mm. L’usine Heckler & Koch est située à Oberndorf en Forêt Noire, à une cinquantaine de km de la frontière française.

Le HK G36 est-il suffisant face à la menace terroriste ?

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve souhaite qu’il y ait des forces d’intervention rapides situées au maximum à 20 minutes de chaque point du territoire. Une kalachnikov, ce sont 30 cartouches qui partent en 2,8 secondes. D’un côté on parle en secondes et de l’autre en minutes d’intervention. Si on avait des attaques multiples – c’était la configuration des attentats de novembre – 20 minutes représente des centaines de morts si vous avez des gens entraînés en face de vous.

En 2015, dans le monde, près de 40.000 personnes ont trouvé la mort dans des attentats. Le problème c’est la rapidité d’intervention. Mais les primo-intervenants, policiers ou gendarmes ne sont armés pour l’heure que du pistolet SIG Sauer.

Faudrait-il fournir des HK à l’ensemble des forces de l’ordre ?

Dans l’état actuel des finances c’est compliqué. Dans l’état actuel de la formation, c’est encore plus compliqué, tous les gendarmes et policiers devraient effectuer des stages de sensibilisation à l’usage de ce type de matériel. L’entraînement avec une arme en calibre 5,56 mm nécessite des stands de tir capables de résister à l’impact des balles, et une des priorités sera de mettre en oeuvre un système d’entraînement spécifique, peut-être à base de balles en plastique, qui simulent presque parfaitement le tir à balles réelles sans endommager les installations.

Entretien réalisé par Nathalie DELEAU

——————————————

Photo : Un soldat de la Bundeswehr tirant lors de manoeuvres avec un HK G36.

Crédit photo : Heckler&Koch

A voir également

Chaumont : la 500ème promotion prend ses quartiers

L'École de Gendarmerie de Chaumont accueille ce lundi 7 octobre la 500ème promotion! Elle sera baptisée le 28 mai 2020 lors d'une cérémonie exceptionnelle.

7 Commentaires

  1. Vallverdu , Constant

    -Bien qu’il y ait une harmonisation quant à l’armement de nos forces de sécurité . Mais , pourquoi opter pour des armes fabriquées hors de chez nous . Qu’en est-il du savoir faire de notre pays en matière d’armes de tous types ? Nos ingénieurs seraient-ils devenus moins créatifs en ce domaine ?
    Il me semble qu’il est bien dommage que ce type de marché nous échappe , alors que nous avons tant de savoir faire.

    Bien cordialement

    C.Vallverdu

    • COUSSON Pascal

      Bonjour,
      C’est vrai que c’est ce que je me disais au fil de la lecture de cet article, pourquoi ne pas se fournir avec une/des armes Française?

      • Julien.C

        Bonjour,

        Parce que pour la France d’aujourd’hui les armes c’est pas beau, c’est dangereux, c’est pour les psychopathes. Et en fabriquer, serait prendre le risque qu’un jour un massacre soit perpétré avec une arme “Made in France”.
        Comme nous vivons dans un pays de lâches soumis à un régime d’hypocrites, il nous est préférable d’aller nous armer chez les autres… c’est moins risqué pour l’image de grand et beau pays pacifiste plein de goût et de savoir vivre que l’état souhaite véhiculer aux yeux du monde… du moins, ils y croient encore.
        Puis comme ça, les civiles on une image répugnante des armes, du savoir faire armurier et de l’emplois que cela génère et se désarmes de génération en génération. Ça fait des Français, de bons moutons bien dociles prêts à se faire dévorer par la première meute de loups affamés.
        L’état, est par conséquent le seul à détenir les armes se donnant ainsi les moyens de mater toute révolution civile qui pourrait potentiellement arriver un jour : )

  2. Clem

    les gendarmes ont tous une formation a l’usage du 5.56 puisque le famas est utilisé en école. (du moins pour les sous-off et officiers)

  3. petit

    de toute façon je ne suis même pas sur qu’il y ait encore des fabriques d’armes en France comme a l’époque a saint Étienne
    noys avions un tres grand savoir faire mais avec toutes les nouvelles règlementations il n’y a plus la possibilité d’avoir d’armes en France
    j’avais depuis 35 ans une carabine 30×30 et un fusil a pompe calibre 12 n’étant pas chasseur et ne faisant pas partie d’un club de tir interdit confisqué et détruit par la gendarmerie
    dégoûté j’habite en pleine campagne la gendarmerie la plus proche a 10 km et plus rien en cas de problème
    on m’a dit cest dangereux pour voys comme poyr les autres
    en 35 ans je n’ai rien fait de reprehensible avec mais voila cest la loi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *