lundi 30 novembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Enquêtes sous pseudonyme : personnels habilités
Arrêté du 21 octobre 2015 relatif à l’habilitation au sein de services spécialisés d’officiers ou agents de police judiciaire pouvant procéder aux enquêtes sous pseudonyme.

Enquêtes sous pseudonyme : personnels habilités

Arrêté du 21 octobre 2015,publié au Journal officiel du 29 octobre 2015, relatif à l’habilitation au sein de services spécialisés d’officiers ou agents de police judiciaire pouvant procéder aux enquêtes sous pseudonyme.

La garde des sceaux, ministre de la justice, et le ministre de l’intérieur, (…), sur la proposition du directeur général de la police nationale, du directeur général de la sécurité intérieure et du directeur général de la gendarmerie nationale,

Arrêtent :

Article 1 :

Sont autorisés à procéder aux actes définis par les articles 706-2-2, 706-35-1, 706-47-3 et 706-87-1 du code de procédure pénale les officiers et agents de police judiciaire spécialement habilités à cette fin, affectés à l’un des services ou unités suivants :

1.Services et unités relevant de la direction centrale de la police judiciaire : 

– la sous-direction antiterroriste ;

– la sous-direction de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière ;

– la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité ;

– les directions régionales et interrégionales de la police judiciaire.

2.Services et unités relevant de la direction centrale de la sécurité publique : 

– les directions départementales de la sécurité publique ;

– les sûretés départementales ;

– les circonscriptions de sécurité publique.

3.Services et unités relevant de la direction centrale de la police aux frontières : 

– l’office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre au sein de la sous-direction de l’immigration irrégulière et des services territoriaux ;

– l’unité de coordination opérationnelle de la lutte contre le trafic et l’exploitation des migrants ;

– les brigades mobiles de recherche ;

– la brigade des chemins de fer.

4.Services et unités relevant de l’inspection générale de la police nationale : 

– la division nationale des enquêtes ;

– les délégations de l’inspection générale de la police nationale à Paris, Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux, Rennes, Metz et Fort-de-France ;

– le bureau de l’inspection générale de la police nationale à Nice.

5.La direction générale de la sécurité intérieure.

6.Services et unités relevant de la préfecture de police : 

– à la direction du renseignement : la sous-direction chargée de la lutte contre l’immigration irrégulière et le travail illégal des étrangers ;

– à la direction régionale de la police judiciaire : la sous-direction des brigades centrales, la sous-direction des affaires économiques et financières et la sous-direction des services territoriaux ;

– à la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne : la sûreté régionale des transports au sein de la sous-direction régionale de la police des transports et les sûretés territoriales au sein des directions territoriales de sécurité de proximité.

7.Services et unités relevant de la direction générale de la gendarmerie nationale : 

– la sous-direction de la police judiciaire ;

– le service technique de recherches judiciaires et de documentation ;

– les sections de recherches de la gendarmerie départementale et des gendarmeries spécialisées ;

– les sections d’appui judiciaire ;

– les brigades départementales de renseignements et d’investigations judiciaires ;

– les brigades de renseignements et d’investigations judiciaires de la gendarmerie d’outre-mer et des gendarmeries spécialisées ;

– les brigades de recherches de la gendarmerie départementale et des gendarmeries spécialisées.

8.Services et unités relevant de l’inspection générale de la gendarmerie nationale :

– le bureau des enquêtes judiciaires.

Article 2 :

Les officiers et agents de police judiciaire jugés aptes, après une formation spécifique, à procéder aux actes définis par les articles 706-2-2, 706-35-1, 706-47-3 et 706-87-1 du code de procédure pénale sont spécialement habilités à cet effet par le procureur général près la cour d’appel dans le ressort de laquelle ils exercent habituellement leurs fonctions après agrément accordé, selon le cas,

-pour la police nationale, par le directeur central de la police judiciaire, le directeur central de la sécurité publique, le directeur central de la police aux frontières, le directeur, chef de l’inspection générale de la police nationale, le directeur général de la sécurité intérieure, le directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, le directeur régional de la police judiciaire de Paris, le directeur du renseignement de la préfecture de police,

-pour la gendarmerie nationale, par le sous-directeur de la police judiciaire de la direction générale de la gendarmerie nationale, par le chef de l’inspection générale de la gendarmerie nationale, en fonction de leur service ou unité d’affectation.

Cette habilitation ainsi que l’agrément peuvent être retirés à tout moment par les autorités les ayant délivrés ou accordés. Le retrait de l’agrément rend caduque l’habilitation.

Les habilitations délivrées en application des articles 706-2-2, 706-35-1 et 706-47-3 du code de procédure pénale et en cours de validité à la date de publication du présent arrêté demeurent valables.

Pour consulter l’arrêté dans son intégralité, cliquez ici.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.