mardi 22 septembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Droit d’association professionnelle des militaires : le gendarme à la pointe du combat salue la future loi

Droit d’association professionnelle des militaires : le gendarme à la pointe du combat salue la future loi

Le lieutenant-colonel de gendarmerie Jean-Hugues Matelly, à l’origine de la décision de la justice européenne ouvrant aux militaires la possibilité de se syndiquer, s’est déclaré “satisfait” de l’annonce par François Hollande d’un projet de loi en ce sens, qui “n’est pas une surprise”.

“Je suis parfaitement satisfait. Cette décision du président de la République n’est pas une surprise”, a-t-il déclaré. “Il y a un nouveau modèle à inventer dans le respect de la primauté des missions des militaires. Je ne doute pas qu’ils sauront le faire. C’est une chance pour la France”, a-t-il ajouté.

François Hollande a annoncé vendredi avoir chargé les ministres de la Défense et de l’Intérieur de proposer un projet de loi relatif au droit d’association professionnelle des militaires, excluant toutefois tout droit syndical. Cette décision a été prise sur la base d’un rapport remis au président après deux décisions de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), début octobre, qui avaient ouvert une brèche dans l’interdiction faite aux militaires français de se syndiquer.

Mi-décembre, Jean-Hugues Matelly s’était dit “prêt à créer une association professionnelle”. “Le mouvement de constitution de la première association professionnelle” de défense des gendarmes, intitulée “GendXXI”, est “en cours et sera dirigée par des militaires d’active” de la Gendarmerie, avait-il précisé. Selon lui, ce projet comporte “des statuts construits pour permettre une création dès janvier.

Jean-Hugues Matelly, 49 ans, avait été radié des cadres de la Gendarmerie en 2010 et réintégré l’année suivante sur décision de justice. Il lui était reproché de s’être exprimé dans les médias, fin 2008, en tant que chercheur du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et d’avoir critiqué le rapprochement Police/Gendarmerie au sein du ministère de l’Intérieur, effectif depuis 2009.

Les militaires de la Gendarmerie n’ont actuellement pas le droit de se syndiquer contrairement aux policiers, des civils. Très en pointe sur le droit d’expression, Jean-Hugues Matelly est en partie à l’origine du recours devant la CEDH.

Crowdfunding campaign banner

3 Commentaires

  1. ataly

    BRAVO AU COLONEL J-H MATELLY qui est devenu bien malgré lui une star dans la gendarmerie nationale! il est le seul et le 1er militaire à avoir obtenu que les militaires de la “grande muette” aient enfin droit de parole !

  2. TOURBIER

    Nous sommes derrière vous, le temps ne compte pas pour arriver à ce que vous voulez. Un ancien de BLOIS.

  3. lucien

    les policiers “peuvent” se syndiquer, mais ce n’est pas une obligation, et n’oubliez pas qu’ils sont soumis au statut spécial de la fonction publique, loi de 48….. ce qui change beaucoup de choses dont vous ne semblez pas vous rendre compte.. Bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *