lundi 30 novembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Discours de voeux du général Favier
Le général d'armée Denis Favier a présenté ses vœux à la Gendarmerie le lundi 11 janvier au groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) de Versailles-Satory. "L'Essor" vous propose l'intégralité des discours prononcés à cette occasion.

Discours de voeux du général Favier

Je tiens d’abord à vous remercier Monsieur le ministre de présider à nouveau cette cérémonie des vœux, de le faire ici à Satory. Il y a un an, nous étions dans l’école de Chaumont, un lieu éminemment symbolique dans lequel nous avons été à la rencontre des jeunes générations, celles qui entraient dans le métier de gendarme. Nous étions à Chaumont quelques jours après les événements de Charlie Hebdo et vous aviez rappelé l’engagement de la Gendarmerie à cette occasion. Nous étions après une séquence opérationnelle particulièrement forte où nous étions loin d’imaginer que l’année 2015 qui s’ouvrait devant nous allait être encore plus chargée sur le plan opérationnel, encore plus forte que celle que nous avions déjà remplie.

Assurément, Monsieur le ministre, 2015 fut une année lourde, une année qui a changé, pour nous gendarmes, comme elle a changé pour les policiers, les conditions d’exercice du métier. Une année qui a également changé le regard que nos concitoyens ont porté sur leurs forces de sécurité intérieures. Très clairement, pour nous, les questions de sécurité intérieure, aujourd’hui, ne peuvent pas être vues sous le même angle qu’avant l’année 2015.

L’année 2015 est à la fois une année de rupture et une année de révélations. Je vais prendre quelques exemples pour illustrer mon propos en termes de révélations et de rupture. S’agissant de la révélation, je souhaite évoquer la menace terroriste, elle est omniprésente, on l’évoque à chaque fois que l’on se réunit autour de vous Monsieur de ministre, très régulièrement. Nous sommes face, aujourd’hui, à une menace qui semble de nature totalement inédite. On pourrait parler de rupture stratégique au sens où les armées utilisent ce terme. Il faut reconnaître que le risque terroriste est de nature différente, il peut toucher tout le monde, il peut intervenir partout en France aujourd’hui et, de notre point de vue, pour les unités de Gendarmerie comme pour les unités de Police, il peut concerner toutes les unités.

Nous avons été confrontés en 2015 a des nouveaux enjeux de sécurité, je prends un exemple, la crise migratoire, qui nous mets nous, forces de l’ordre, dans une difficulté. Comment gérer cette situation, comment y faire face, quelle remise en question pour les forces, comment procéder à de nouveaux modes opératoires. Bref, il y a pour nous, non seulement en terme d’emploi, un impact qui est extrêmement important et qui génère une forte remise en question. Nous sommes, en 2015, sur une année de rupture, parce que, à l’exercice traditionnel du métier qui est déjà un métier extrêmement lourd, il faut bien sûr gérer l’extraordinaire. Et on constate en 2015, que l’extraordinaire devient, hélas, notre quotidien. On constate que tout est bousculé, il a fallu revoir notre doctrine en terme de renseignement, il a fallu revoir notre doctrine en terme d’emploi des forces, notamment en terme d’intervention, il a fallu travailler sur des concepts nouveaux en terme de gestion de crise. Et nous avons observé avec vous Monsieur le ministre que toutes les crises sont gérées maintenant au plan central et que nous faisons venir à nous la plupart de ces opérations.

C’est donc naturellement sur une base très opérationnelle, sur un engagement extrêmement fort, que nous avons vécu et conduit cette année 2015 et que nous avons, dans ce cadre-là, obtenu des résultats que l’on peut qualifier de satisfaisants.

S’agissant de l’engagement au quotidien, il ne faudrait pas que l’actualité occulte les résultats que nous avons obtenus. Nous sommes en réussite, notamment sur le plan de la lutte contre les atteintes aux biens. C’était un défi. Dans vos orientations du début d’année, Monsieur le ministre, vous avez rappelé à quel point c’était une priorité. Nous sommes en cible, il y a une diminution très nette des atteintes aux biens, notamment des cambriolages, et ça, on le doit à l’ensemble des unités qui se sont engagées, des unités départementales, des unités de police judiciaire, des unités de gendarmerie mobile qui viennent apporter leur soutien aux premières que je viens d’évoquer.

Nous avons aussi connu en 2015, un engagement qui sort de l’ordinaire. Je voudrais évoquer quelques-unes de ces opérations parce que, M. ministre, je suis gendarme depuis 1983, je n’ai jamais connu un tel rythme d’engagement opérationnel, de telle envergure.

On évoquera « Charlie-Hebdo ». Vous savez le rôle clé que nous avons joué en tant que gendarmes dans la recherche des frères Kouachi dans la zone de Villers-Cotterêts. Nous avons contrôlé la zone, nous avons empêché tout mouvement. Nous les avons contraints à se replier dans l’imprimerie de Dammartin-en-Goële, et là, nous les avons neutralisés. Notre apport dans cette opération est, bien sûr, un apport significatif.

On évoquait tout à l’heure en visitant le laboratoire mobile le rôle de la gendarmerie dans la gestion de la crise de Germanwings. Cette crise, on en a peu parlé. C’est une crise exemplaire dans laquelle nous avons pu engager tous nos moyens : les hélicoptères, les montagnards, les spécialistes de la gendarmerie des transports aériens, la gendarmerie mobile, la gendarmerie départementale, et bien sûr le pôle judiciaire que vous avez inauguré à Pontoise dans le courant du mois de mai dernier.

J’évoquerai également la crise de Sivens, du mois de mars. Il a fallu procéder à l’évacuation de la zone et donc nous avons eu un engagement extrêmement lourd que vous avez suivi en direct avec des retours images que vous pouviez piloter et ainsi avoir une juste perception de ce qu’était l’engagement de la gendarmerie mobile dans une opération lourde et vous avez pu mesurer, M. le ministre, à cette occasion, que notre engagement était bien loin des critiques que nous avons encaissées injustement dans le courant de l’automne 2014.

Je pourrais évoquer l’engagement à Roye, à Moirans, des engagements extrêmement lourds qui faisaient face à des violences subites qu’il a fallu régler dans les meilleurs délais.

Évoquer l’engagement à Calais. Face à la crise migratoire vous avez confié à la Gendarmerie à compter du 22 octobre, la gestion du site Eurotunnel. Nous sommes en place depuis le 23 octobre. Depuis cette date il n’y a plus aucune pénétration dans le tunnel et le lien fixe transmanche n’a en rien été entravé. Le trafic ferroviaire se déroule dans des conditions tout à fait satisfaisantes.

Évoquer bien sur les crises du 13 novembre, notre engagement dans le cadre de l’état d’urgence, sur le contrôle des flux, le contrôle des frontières, les perquisitions administratives, un engagement qui, vous le savez, a été extrêmement lourd.

L’engagement sur la COP 21. Il fallait que la France bien sûr organise cette manifestation, il fallait qu’elle fasse dans des conditions de sécurité optimales. Nous avons contribué à ce que ces conditions soient optimales.

Et déjà se profile l’Euro 2016. Nous sommes donc partis dans une logique opérationnelle qui sera une logique extrêmement lourde.

2016 très précisément. Nous formulons touts, Monsieur le ministre, l’espoir que cette année 2016 sera moins lourde que la précédente. Mais très sincèrement, à l’aune de l’analyse de la menace que nous pouvons faire chacun à notre niveau, rien ne le garantit.

Il faut donc nous mettre en posture. En posture opérationnelle pour être en mesure de gérer le pire.  Et nous sommes, vous l’avez compris, M. ministre, engagés en phase opérationnelle.

Ce sont donc des vœux d’une Gendarmerie en opération que je voudrais vous présenter aujourd’hui. Une Gendarmerie en opération parce que nous sommes ici à Satory. Satory c’est un haut lieu de la Gendarmerie et en particulier de la gendarmerie mobile. Satory, c’est 7 escadron de gendarmerie mobile. Ce sont des capacités rares. Certaines vous ont été présentées tout à l’heure.

Satory c’est aussi le GIGN. Je ne vais pas en parler mais vous savez quelles sont les capacités de cette unité. Satory c’est à proximité de Villacoublay. Nous avons nos hélicoptères qui sont à proximité immédiate et qui apportent une contribution décisive dans la plupart des opérations que nous engageons.

Une Gendarmerie en opération M. le ministre pour conduire les opérations du quotidien. Nous avons eu des résultats satisfaisants en 2015, ces résultats il nous faut les consolider. C’est le rôle des groupements de gendarmerie départementale. Je salue le colonel qui commande le groupement de gendarmerie des Yvelines mais au-delà de lui, je salue l’ensemble des gendarmes qui travaillent dans les groupements de gendarmerie départementale.

C’est le rôle de la police judiciaire. Il y a ici des membres de la section de recherches de Versailles, il y a des membres du pôle judiciaire de la Gendarmerie, il y a aussi des gendarmes mobiles et des gardes républicains qui contribuent effectivement et efficacement à notre exercice du métier au quotidien.

Une Gendarmerie en opération bien sûr qui va voir en 2016 ses capacités notablement accentuées. Nous allons connaître en 2016 une augmentation significative et inédite de nos postes budgétaires.

Nos écoles vont tourner à plein régime. Nous formerons, en 2016, 4.900 sous-officiers, nous formerons 5.600 gendarmes adjoint volontaires. Il y a donc là un effort extrêmement important en termes de formation mais nous voulons faire cet effort pour avoir dans les unités dans le courant de l’année des gens qui viendront doper nos forces et ainsi nous permettre de mieux assurer notre mission de service public.

Une année qui nous verra également, en termes de moyens, aller en augmentation très très forte en termes de fonctionnement et d’équipement. Sur des portages que nous n’avons pas connus depuis longtemps en termes d’armement, de véhicules, d’aide à la visée, de protection balistique, nous serons 2016 sur une année qui sera extrêmement forte, d’autant que la levée de la mise en réserve qui est annoncée pour le début de l’année va nous permettre d’avoir encore plus d’oxygène prévu.

Une Gendarmerie en opération qui va créer des unités. Et ça c’est bien le signe d’une force en mouvement, d’une Gendarmerie qui est en pleine santé.

Nous avons choisis dans le cadre de la création d’effectifs de ne pas saupoudrer ces effectifs mais nous avons choisi de créer des unités pour remplir des missions nouvelles ou pour mieux en remplir certaines. Nous allons aller dans une logique de renforcement de nos capacité d’intervention

La création d’un escadron de gendarmerie mobile, la création de 22 pelotons de gendarmerie mobile dans 22 escadrons implantés dans des départements particulièrement sollicités vont nous permettre de répondre davantage aux besoins de sécurité. La création de quatre pelotons d’intervention régionaux PI2G, ce sont des antennes du GIGN qui nous permettront localement de répondre aux besoins de sécurité.

La création en termes de renseignements de 25 antennes de renseignements territoriales qui nous permettront de mieux capter les signaux faibles dans l’ensemble du territoire national. C’était un impératif pour vous, nous allons y répondre dans le courant de l’année 2016.

Un travail sur les flux. Nous avons compris que les flux étaient extrêmement importants. À l’occasion de la réunion de ce matin vous avez rappelé à quel point le contrôle des frontières était essentiel. Nous allons, grâce à l’arrivée de 500 postes budgétaires en gendarmerie départementale pour contrôler les flux, exercer un rôle, je pense, appréciable en la matière.

Et nous renforcerons enfin de manière significative nos gendarmes engagés sur des missions d’observation et de surveillance à la hauteur de 180 postes budgétaires. Nous sommes donc bien sur une Gendarmerie qui crée des unités.

Une Gendarmerie en opération qui va également poursuivre sa modernisation. Nous allons poursuivre cette feuille de route que vous connaissez monsieur le ministre. Vous avez présidé, dans le courant du mois de décembre, la sixième réunion concernant notre feuille de route. C’est une démarche qui vise à alléger nos procédures pour permettre au gendarme de se recentrer sur son cœur de métier et de rejoindre ainsi le terrain.

Nous allons poursuivre notre engagement dans la révolution numérique avec le déploiement de la tablette numérique du gendarme. Vous la verrez très prochainement sur le terrain quand nous irons dans le département du Nord. C’est un outil prodigieux, c’est un outil de portée stratégique qui va nous permettre réellement de changer la donne et de faire en sorte que le gendarme, où qu’il soit, soit lui-même une brigade et ainsi de mieux répondre aux besoins de sécurité.

Une gendarmerie en mouvement qui va corriger ses implantations territoriales pour les adapter aux exigences actuelles de sécurité. Une gendarmerie en opération et en mouvement qui va bouger sa doctrine en terme d’intervention.

Nous avons beaucoup travaillé, M. ministre, vous le savez, sur l’aspect primo engagé, primo intervenants. C’est notre réflexion doctrinale par rapport à votre plan Psig, peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, et BAC. Et nous sommes engagés dans cette démarche là.

Nous sommes également engagés très nettement dans le schéma que vous appelez de vos vœux concernant la chaîne nationale d’intervention pour être capables en France d’avoir une réponse nationale, solide et équilibrée.

Une Gendarmerie en opération, M. le ministre, qui doit beaucoup aux hommes et aux femmes qui y servent. Et je voudrais devant vous, ici, aujourd’hui, rendre hommage à l’ensemble des 100.000 hommes et femmes qui servent en Gendarmerie, qui développent un esprit absolument exceptionnel pour faire face aux exigences de sécurité que nous rencontrons aujourd’hui.

Leur engagement est remarquable. Il se fait dans des conditions qui sont souvent et généralement dures et il se fait dans un esprit qui est très constructif. Je voudrais devant vous le souligner.

Je voudrais également devant vous souligner la qualité du dialogue interne que nous connaissons en Gendarmerie aujourd’hui qui fait que tout peut se dire mais dans des conditions qui sont tout à fait acceptables, audibles, très constructives et nous sommes aujourd’hui sur un corps soudé, fort, qui affiche une cohésion qui, de mon point de vue, est extrêmement forte.

Un corps, hommes et femmes, attentif bien sûr aux avancées sociales qui pourraient être portées par le président dans le cadre de la feuille de route sociale qui a été engagée dans le courant du mois d’octobre.

Une Gendarmerie qui est attentive aussi aux conditions d’hébergement. Il y a quelque temps, avec le maire de Versailles,  on évoquait la situation immobilière de Satory. Oui, un gros effort a été fait sur l’immobilier, 70 millions d’euros par an dans le cadre du triennal. C’est énorme. C’est un effort qui n’a pas été fait dans le passé. Il subsiste quand même des points noirs dont un ici à Satory que nous allons régler, bien sûr avec le maire de Versailles et le préfet des Yvelines.

M . le ministre, vous dites souvent que la Gendarmerie est une grande famille. Je vous le confirme, la Gendarmerie c’est une grande famille. Vous avez devant vous ici des gendarmes d’active, des gendarmes retraités, vous avez devant vous des réservistes, des famille, vous avez des amis de la Gendarmerie, vous avez des associations.

La Gendarmerie est vraiment une grande famille. Elle sait ce que vous faites pour elle et, très sincèrement, elle vous en sait gré. Elle connaît l’engagement qui est le vôtre. Elle connaît aussi la charge qui pèse sur vos épaules dans une période aussi troublée que celle que nous connaissons. Et cette grande famille tout simplement au travers de ma voix elle souhaite cette année vous présenter aujourd’hui ses vœux les plus sincères pour 2016.

Merci M. le ministre.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.