jeudi 6 mai 2021
Accueil / A la Une / Comment les gendarmes de Caen se préparent à accueillir une antenne GIGN
L'antenne-GIGN d'Orange (Photo d'illustration - JPA/L'Essor)
L'antenne-GIGN d'Orange (Photo d'illustration - JPA/L'Essor)

Comment les gendarmes de Caen se préparent à accueillir une antenne GIGN

L’Essor en évoquait la possibilité en 2020. C’est désormais officiel. Une antenne GIGN (AGIGN) va ouvrir ses portes à Caen, dans le Calvados. Objectif, selon le groupe d’élite de la Gendarmerie nationale, renforcer le maillage territorial en intervention spécialisée sur le grand quart nord-ouest.

Depuis la réforme des régions de 2015 et la mise en place du nouveau schéma national d’intervention en 2017, la Normandie était la seule des 13 nouvelles régions à ne pas disposer d’antenne d’une unité d’intervention spécialisée de la Police ou de la Gendarmerie. C’est désormais chose faite.

Lire aussi: La Gendarmerie songe à implanter une antenne-GIGN à Caen

Quatorze antennes du GIGN (AGIGN) sont reparties sur le territoire national, dont désormais 7 en métropole et sept dans les départements et collectivités d'outre-mer (Photo: logo AGIGN).
Quatorze antennes GIGN (AGIGN) sont reparties sur le territoire national, dont désormais 7 en métropole et sept dans les départements et collectivités d’outre-mer (Photo: logo AGIGN).

32 militaires rejoindront l’antenne GIGN de Caen cet été

Concrètement, une première équipe d’une dizaine de personnes va rejoindre la capitale de l’ex-Basse-Normandie le 1er avril. Elle effectuera dans un premier temps des repérages et préparera l’arrivée du reste des effectifs, prévue cet été. Ils seront alors 32 militaires, issus pour la plupart des AGIGN de Nantes et de Tours. A terme, les effectifs monteront ensuite jusqu’à une cinquantaine de personnes. Depuis une réforme actée fin 2019, les AGIGN intègrent en effet des gendarmes techniciens en escorte d’autorité et sécurisation de site (TEASS). Formés par le GIGN, ils sont notamment déployés pour la protection des ambassades et du personnel diplomatique.

Lire aussi: Un millier d’hommes pour un GIGN nouvelle génération d’ici au printemps 2021

En attendant, la création d’une antenne GIGN représente un certain nombre de défis comme l’a confié à Ouest France le patron des gendarmes du Calvados, le colonel Christophe Junqua. De fait, les futurs effectifs, accompagnés éventuellement de leurs proches, seront logés sur un site déjà occupé. Il s’agit de la caserne Le Flem, qui héberge déjà près de 250 professionnels de la gendarmerie du Calvados ainsi que leurs familles. Soit, au total, quelque 700 personnes. Il faudra donc répartir les 185 logements de fonction (du F1 au F6) en tenant compte des nouveaux arrivants.

“Personne ne sera forcé de quitter la caserne. Mais les nouveaux arrivants de la gendarmerie départementale pourraient aller dans des logements de proximité. Ou, pour d’autres, dans des casernes voisines”, promet Christophe Junqua. S’il n’a pas autorité sur cette antenne, le gradé veillera à ce que “la mixité se passe au mieux”.

Lire aussi: Christophe Junqua, un des plus jeunes colonels de France à la tête du groupement de Gendarmerie du Calvados

Aménager les lieux

D’autant plus qu’il faudra également aménager et sécuriser un bâtiment dédié spécifiquement aux activités de l’antenne GIGN. Cette espace doit en particulier accueillir les armes et les munitions du groupe spécialisé ainsi que des véhicules, comme un blindé. Autre difficulté, ce bâtiment devra se fondre dans l’environnement de la caserne, conçue en 2011, pour s’intégrer dans le paysage urbain. Une enveloppe de 300.000 euros est d’ailleurs prévue pour renforcer la sécurité du site. Outre les logements et bâtiments administratif, l’emprise dispose également d’un gymnase et d’une salle des fêtes.

Implanté à Satory, dans les Yvelines, le GIGN compte désormais quatorze antennes. Sept en métropole à Toulouse, Reims, Dijon, Orange, Nantes, Tours et Caen. Mais également sept en Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française).

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. MICHELE HUART

    Les départements du Pas de Calais (62) et de la Somme (80) étant majoritairement en zone “gendarmerie”, je déplore que nous n’ayons pas une antenne locale du GIGN d’autant plus que ces deux départements sont très étendues et que géographiquement cela ne risque pas de faire “de l’ombre” au RAID basé sur Lille dans le Nord(59). Critère de maillage à revoir ! A bon entendeur . . .

  2. DRAILLET

    Effectivement une antenne à ARRAS ou AMIENS pour le maillage de la GENDARMERIE dans le Nord ça doit être possible une bonne question pour les grands chefs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.