vendredi 29 mai 2020
Accueil / A la une / Comment l’association de montagnards Sébio vient en aide aux familles
Entraînement avec le PGHM de Briançon (M.GUYOT/ESSOR)
Entraînement avec le PGHM de Briançon (M.GUYOT/ESSOR)

Comment l’association de montagnards Sébio vient en aide aux familles

C’est une “reconnaissance” et une “fierté”, selon les mots de son président, Frédéric Amardeil. L’association Sébio solidarité secours en montagne vient de rejoindre à la mi-février les 21 associations signataires de la charte de la Gendarmerie.

La signature de la charte par le major Frédéric Amardeil et le général de corps d’armée Armando De Oliveira (Crédit photo: Sébio).
La signature de la charte par le major Frédéric Amardeil et le général de corps d’armée Armando De Oliveira (Crédit photo: Sébio).

Avec cette signature, l’association de gendarmes montagnards officialise sa présence dans le monde associatif de la Gendarmerie. C’est l’ancien patron des gendarmes Denis Favier qui avait lancé en 2016 la charte des associations. Quatorze associations avaient alors signé cette charte. Elle a pour objectif de régulariser les relations entre les associations à caractère gendarmique et l’Arme en termes de communication, de soutien logistique ou de contacts.

Lire aussi: Les montagnards pleurent Olivier Renard, secouriste, guide et instructeur

Sébio rassemble 340 adhérents

Créée en 2013, l’association Sébio compte 340 adhérents. L’adhésion à l’association est ouverte aux gendarmes, personnels civils, retraités et familles des unités de montagne de la Gendarmerie. Elle est dénommée ainsi en hommage à l’adjudant-chef Sébastien Thomas, mort en service le 9 mars 2013. L’association “a pour but de maintenir le lien entre les familles et les membres des unités de montagne, et tous les acteurs du secours en montagne qui travaillent avec eux”.

Concrètement, l’association vient en aide aux gendarmes blessés en montagne. Elle assiste également les familles des gendarmes décédés en montagne, en complément de l’action de l’Arme. “Nous faisons le lien entre les familles, les blessés, et les institutions”, détaille à L’Essor Frédéric Amardeil, major au peloton de Gendarmerie de haute montagne de Chamonix. Par exemple, l’association peut aider à prendre contact avec les assurances. La veuve du gendarme Turcat mort en juillet 2013 en montagne, a ainsi salué l’action de Sébio. “Je me suis tournée vers l’association afin de ne pas être seule”, explique Isabelle Turcat, citée sur le site de l’association. Soutenue et accompagnée, la famille se rendra à l’Aiguille du midi pour un hommage émouvant à André Turcat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *