mardi 27 octobre 2020
Accueil / Vie des personnels / Un colonel assure qu’un gendarme vaut “un policier et demi, voire deux”

Un colonel assure qu’un gendarme vaut “un policier et demi, voire deux”

Un colonel de l’armée de terre a assuré récemment devant les parlementaires qu’il fallait “un policier et demi, voire deux” pour faire le travail d’un gendarme, des propos condamnés par le syndicat de police Alliance, premier syndicat des gardiens de la paix.

Le 19 novembre, le colonel Michel Goya, chef du bureau de recherche au centre de doctrine et d’emploi des forces de l’armée de terre, a défendu devant les membres de la commission de défense de l’assemblée nationale, l’absence de syndicats pour les militaires. Cette absence a valu à la France une condamnation par la cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) le 2 octobre.

Bien que rattachées au ministère de l’Intérieur depuis 2009, les gendarmes possèdent le statut militaire, et y sont très attachés. Partant du postulat “généralement” admis qu’il fallait “un policier et demi, voire deux (…) pour accomplir le travail d’un gendarme”, le colonel Goya a estimé devant les parlementaires qu’une “syndicalisation” induirait donc un coût supplémentaire pour obtenir “une efficacité équivalente”.

Le syndicat Alliance “sidéré”

Le colonel a poursuivi les comparaisons entre policiers et gendarmes, assurant qu’il existait une “différence de traitement” entre les deux forces, “sources de frustration”. “Quand on a vu comme moi, pendant les événements en Nouvelle-Calédonie dans les années 1980, des gendarmes mobiles loger sous des tentes à côté de l’hôtel où résidaient les compagnies républicaines de sécurité (CRS) qui remplissaient les mêmes tâches qu’eux, on peut le concevoir”, a-t-il expliqué.

Ce colonel s’est également dit “sidéré” après avoir constaté que “tous les policiers s’arrêtaient de patrouiller entre une heure à deux heures du matin pour respecter la “pause syndicale” “.

Le syndicat Alliance s’est dit lui aussi mercredi “sidéré” par les déclarations du colonel Michel Goya “qui n’a sans doute jamais mis les pieds dans un service de police pour débiter un tel tissu d’inepties”. Le syndicat demande au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve de “réagir publiquement et fermement” devant ces propos “dégradants voire outrageants”.

Crowdfunding campaign banner

9 Commentaires

  1. lepandore

    “””” UN COLONEL A DIT LA VÉRITÉ

    selon le syndicat police alliance

    IL DOIT ETRE EXÉCUTÉ !!

    mais ce qu a déclaré ce colonel goya n est que la simple vérité

    ,,, un gendarme fait l amplitude de service de deux policiers !!!

    d ailleurs si l on syndiquait la Gendarmerie Nale , il faudrait doubler les effectifs de la gie nale pour respecter le code et le droit du travail , en étant dans le cadre militaire on s affranchit de ces contraintes ,, ce que respecte la police !!
    le syndicat des policiers ALLIANCE éructe proteste vocifère vitupère mais ils savent que ce COLONEL ne fait que dire l’ évidence !!

    comme en musique ,,,,

    “””””” UNE GENDARME VAUT DEUX POLICIERS !!!

  2. OSSEDAT

    Mon colonel,
    Très bien, 12.

  3. Au moins une vérité, une vraie, comme vous avez bien dit mon Colonel.

  4. papy25

    Sans vouloir” mettre de l’huile sur le feu” je ne peux qu’approuver cet officier lorsqu’il compare les conditions de travail et d’hébergement des GM et des CRS en Nouvelle Calédonie dans les années 80. Les premiers, oeuvrant en “brousse” étaient logés dans des hôtels ou motels désaffectés et une grande partie des personnels de certains escadrons l’étaient sous tente par une chaleur étouffante alors que les CRS résidaient à Nouméa avec piscine sur place et la plage sablonneuse et non pas la mangrove à deux pas.

    Cette part de vérité là se devait d’être rétablie mais d’autres exemples d’EGM appelés à remplacer une CRS refusant tel ou tel hébergement ou simplement condition matérielle d’emploi sont légion…

  5. sergent garcia

    il suffit d’aller voir dans une BT gie le nombre de gendarmes et dans un commissariat où il y a le triple de personnels policiers ! et ne parlons pas de la police municipale qui elles pr la plupart sont même fermées au delà des heures légales, donc ne servent pas à grand chose sinon de faire “semblant” de faire de la sécurité mais pas les nuits!

  6. Marcevel

    Tour à fait d’accord avec Papy25, j’étais moi, en Gend Mobile,à la FOA proche de Nouméas, en 1985, et il en était ainsi, nous étions sous tente, j’ai participé à l’élaboration des planchers, en planches afin de ne pas être à même le sol pour dormir, un cantonnement refusé par les CRS, Mais ça c’était la Mobile…. toujours “Baisé, mais jamais surpris.” Mais nous avons survécu sans nous plaindre.

  7. Jocy

    Je ne vois dans ces propos qu’une forme de jalousie, tout simplement. Ben oui , on dormait dans dans des hôtels avec piscine … et alors ???

    Puisqu’un gendarme vaut 2 policiers, échangeons nos postes, Vous prenez nos commissariats dans les banlieues pourries et nous prenons vos petites casernes dans les communes de 2000 OU 3000 habitants et vous comprendrez ce que c’est être confronteé à la merde tous les jours
    Merci…
    Un retraité de la POLICE NATIONALE CRS

  8. ce que ce colonel dit n’est que la vérité qui net pas bonne a entendre par la police mais encore une fois ce n’est pas un officier de gendarmerie qui lui ne pense qu’a son avancement un ancien mobile 34 ans et une retraite bien mérité après des semaine de 80 heures alors que pour la meme retraite un policier ne fait que 32 heures

  9. arnaud

    tout à fait d’accord.j’y était avec la c.r.s 18.les gendarmes étaient mal logés.nous oui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.