mercredi 23 septembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Les avoirs criminels pour financer la Gendarmerie et la Police : le feu vert de l’Intérieur
Auditionné à l'Assemblée nationale par la mission d'information sur la lutte contre l'insécurité , le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a souhaité que la Gendarmerie et la Police puissent bénéficier des avoirs criminels saisis comme l'avait suggéré le général Denis Favier, DGGN en avril dernier devant la même commission. 357 millions d'euros d'avoirs criminels ont été confisqués en 2013.

Les avoirs criminels pour financer la Gendarmerie et la Police : le feu vert de l’Intérieur

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a souhaité mardi que les services de Police et de Gendarmerie puissent être financés pour une part par la saisie des avoirs criminels. 357 millions d’euros d’avoirs criminels ont été “confisqués” en 2013 et 213 millions jusqu’à l’été 2014 (en augmentation de 26% par rapport à la même période de l’année passée), a dit le ministre qui était auditionné à l’Assemblée nationale par la mission d’information sur la lutte contre l’insécurité sur tout le territoire.

“Une part” de ces saisies sera “affectée au redressement de nos finances”, a poursuivi Bernard Cazeneuve, mais “aussi au financement de nos services” de Police et de Gendarmerie notamment. “Nous devons plus que jamais aller chercher les ressources là où elles se trouvent”, a encore fait valoir le ministre. L’idée n’est pas nouvelle.

Le directeur de la gendarmerie, le général Denis Favier, avait évoqué en avril dernier, devant la même mission, la piste du financement de la rénovation d’une partie du parc immobilier où sont logés les gendarmes avec les avoirs criminels. Ceux-ci sont les biens mobiliers, immobiliers, numéraires, matériels divers et véhicules saisis à l’occasion de différentes affaires.

La mission d’information sur la lutte contre l’insécurité, animée par le député socialiste Jean-Pierre Blazy, doit rendre son rapport fin octobre. Elle a auditionné depuis près d’un an responsables de la police et de la gendarmerie, élus ou syndicalistes ainsi que les ministres de l’Intérieur et de la Justice. Elle doit faire des propositions sur la sécurité après avoir dressé un état des lieux, a dit mardi matin M. Blazy dont le dernier invité à s’exprimer devant elle était M. Cazeneuve.

Pour visionner l’audition du ministre de l’Intérieur devant la commission de l’Assemblée nationale, cliquez ici.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *