samedi 28 novembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Attentats : les policiers pourront être armés en permanence
Photo d'illustration (L'Essor).

Attentats : les policiers pourront être armés en permanence

Les policiers pourront être armés en permanence, y compris hors service, sur la base du volontariat, selon une note officielle de leur direction publiée jeudi à la suite des attentats survenus vendredi. Le directeur général de la police nationale (DGPN), Jean-Marc Falcone, a adressé jeudi une note d’instruction précisant les modalités de cette mesure qui s’inscrit “dans le contexte d’état d’urgence” consécutif aux attentats. Une synthèse de cette note en précisait déjà les grandes lignes en insistant: le port d’arme hors service le sera sur la base du volontariat.

Armés sous trois conditions 

Les syndicats de police l’avaient demandé samedi avec insistance en réaction aux attentats commis la veille à Paris. La circulaire indique qu’il s’agit d’un “régime dérogatoire temporaire” des actuelles “dispositions” en vigueur dans la police. Elle “autorise”, est-il écrit, les policiers “à porter leur arme individuelle en dehors de leur service pendant la durée de l’état d’urgence”.

Elle le conditionne à trois règles: porter son brassard de police “en situation d’intervention”, avoir au moins “accompli un tir (d’entraînement) depuis le début de l’année” et déclarer qu’ils conservent leur armes. “Le policier est responsable en tout temps, tous lieux et toutes circonstances de la conservation de son arme”, insiste le DGPN rappelant “la nécessité d’un usage (…) toujours conforme aux règles de la légitime défense et aux dispositions législatives réglementaires en vigueur”.

Le DGPN recommande encore “vivement” de porter le gilet pare-balles “pour la protection de l’intégrité physique des agents”.

Le point de vue de GendXXI

Pour appuyer leur demande, les syndicats de police se sont référés au cas d’un commissaire de police de l’Eure, qui se trouvait au Bataclan vendredi soir au moment de l’attentat, et a été gravement blessé par les tirs des assaillants en intervenant sans arme. Ils ont par ailleurs cité le cas d’un gardien de la paix parisien hors service, tué alors qu’il était à la terrasse d’un café ciblé par une attaque.

“Faut-il en effet armer nos policiers en dehors de leurs horaires de service? La réponse est incontestablement oui”, a confirmé jeudi matin le DGPN, Jean-Marc Falcone, sur RTL.

“C’est la réponse qu’a apportée (le ministre de l’Intérieur) Bernard Cazeneuve hier (mercredi) matin.” Les policiers en repos doivent en théorie laisser leur arme dans leur service ou chez eux, mais cette pratique fluctue en fonction des spécialités. L’armement des policiers était revenu dans le débat à la suite des attentats de janvier et du risque terroriste. Tout comme celui de la légitime défense, un autre sujet sensible, sur lequel le ministre de l’Intérieur a promis récemment d’évoluer.

Dans un communiqué, GendXXI, une association professionnelle de gendarmes, a demandé que ceux-ci en bénéficient également.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Pascal Koch

    Et nous, gendarmes de terrain, sommes nous des forces de l’ordre de seconde zone pour des campagnards citoyens de seconde zone méritant moins de protection ?
    Il y a peut-être des gendarmes en repos ou permission parmi les blessés.
    Qui peut affirmer que les zones sous compétence exclusives Gendarmerie ne seront pas touchées prochainement ?
    Les gens d’arme sans arme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.