lundi 23 novembre 2020
Accueil / Vie des personnels / Attentats : 115.000 gendarmes, policiers et militaires mobilisés
Bernard Cazeneuve , ici lors d'une visite à Rouen, s'est rendu au Tchad (Photo S. Desmares)

Attentats : 115.000 gendarmes, policiers et militaires mobilisés

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est défendu mardi de toute faille dans le renseignement, affirmant que le “risque zéro (…) n’existe pas” face aux attentats, et précisé qu’un total de 115.000 policiers, gendarmes et militaires étaient mobilisés sur le territoire.

“Depuis maintenant des mois, nous procédons à des investigations, nous arrêtons ceux qui reviennent de Syrie, nous procédons à la neutralisation de ceux qui veulent commettre des attentats”, a détaillé le ministre de l’Intérieur sur France Info, rappelant que “pendant l’été, ce sont six attentats que nous avons déjoués”.  “Le risque zéro face à des acteurs qui ont déclaré la guerre à notre pays et à l’Europe (…) ça n’existe pas”, a poursuivi Bernard Cazeneuve.

L’attentat qui a fait 129 morts et 352 blessés près du Stade de France, dans la salle du Bataclan et dans plusieurs bars et restaurants de la capitale “a été préparé par des cellules en dehors du territoire national et mobilisant des individus qui n’étaient pas connus de nos services” et quand ceux-ci étaient connus, ce n’étaient pas pour des faits de terrorisme, a souligné le ministre.

“Nous avons mobilisé 115.000 policiers, gendarmes, militaires sur l’ensemble du territoire national pour assurer la protection des Français”, a fait valoir le ministre.

Lundi devant le Congrès réuni à Versailles, le président de la République a annoncé 5.000 emplois supplémentaires dans la police et la gendarmerie, 2.500 dans la justice et 1.000 dans les douanes, et la suspension des réductions d’effectifs dans les armées.

Pointant un “manque de moyens”, que le gouvernement n’a “cessé de rehausser depuis maintenant trois ans”, le ministre de l’Intérieur a souligné l’importance de la “remise à niveau rapide de l’ensemble des matériels” utilisés par les forces de l’ordre: “boucliers, gilets lourds” ainsi que la nécessité d'”investir dans les équipements et moyens numériques” face à des jihadistes qui utilisent des messageries cryptées.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. FRANCESCHI

    Oui, messieurs Hollande, Valls, Cazeneuve sont collectivement responsables de ce qui vient de se passer à Paris, faute de n’avoir pas pris toutes les mesures pour l’éviter et ils seront comptables devant le peuple de ce qui s’est passé et de ce qui se passera encore.

    L’ex juge antiterroriste Trividic a pris une position rare de sincérité après les attentats et déclaré que nous avons aujourd’hui le choix entre des actions de lutte antiterroriste dans le cadre de l’état de droit en augmentant les moyens de la justice et des forces de sécurité, ou bien d’agir en dehors de celui-ci en recherchant une plus grande efficacité et qu’il faudra faire un choix. Sa préférence va évidemment vers la première solution. Je lui réponds que nous n’avons pas à faire ce choix mais que nous devons agir sur ces deux leviers simultanément et ne pas avoir une vue strictement juridique sur le sujet. L’état de guerre dans lequel nous sommes nous autorise à utiliser des modes d’action spécifiques car nous avons à faire à des ennemis qu’il faut détruire et ce n’est pas un gros mot de le dire.

    Nous assistons depuis hier à la mise en œuvre d’actions et de mesures dans le cadre de l’enquête judiciaire et de l’état d’urgence (qui est déjà un empiétement sur l’état de droit), manifestations de notre état de droit, mais aussi à des actions de guerre avec l’intensification de nos bombardements en Syrie, manifestation de notre état de guerre. Même si ces dernières sont tardives pour montrer qu’on agit, elles sont nécessaires. Cela n’empêchera pas les attentats à venir car il va falloir payer le prix de notre laxisme et de note angélisme depuis des années.

    Il faut aller encore plus loin pour le long terme. D’où que viennent les terroristes, qu’ils soient « migrants » ou « réfugiés » récemment arrivés, qu’ils soient français ou étrangers résidents en France de retour de Syrie ou d’ailleurs, ou qu’ils aient été empêchés de partir par notre propre législation antiterroriste et donc agit sur notre territoire, cela prouve l’échec complet de notre politique antiterroriste et de notre politique étrangère refusant notre engagement armé au sein de la coalition. Il est évident que l’on a fait trop reposer la seule responsabilité de cette guerre sur les seuls services de renseignement. Toutes les « forces » n’ont pas encore donné et je pense évidemment aux moyens militaires que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur du territoire.

    Alors, puisque depuis janvier 2015 nous sommes en guerre, je vais ici le redire une fois de plus, il est impératif d’inverser radicalement notre politique, c’est à dire : interner administrativement sur notre territoire les individus considérés comme dangereux et fiché « S », laisser partir les candidats djihadistes au lieu de les retenir et qu’ils sachent que nous allons chercher à les éliminer sur place par nos moyens militaires, et enfin prendre toutes les mesures afin qu’ils ne puissent pas revenir libres de leurs mouvements sur le territoire national, dans tous les cas de figure.

    Si nous ne prenons pas ces mesures, des drames comme celui de Paris vont continuer, peut-être encore plus graves. Il faut arrêter avec une politique basée sur la victimisation de ces criminels. J’espère aussi que nous n’allons pas créer les centres de réinsertion des djihadistes de retour au pays comme l’a promis Mr Valls pour la fin de l’année, éradiquer le salafisme dans notre pays et bien sûr arrêter cette folle politique d’accueil de migrants que nous allons disséminer sur tout le territoire et dont certains nous préparent les bombes futures. Le califat islamique nous a prévenu sur ce point et en général il fait ce qu’il dit.

    Mr Trividic, je suis autant que vous attaché à l’état de droit mais suis convaincu que celui-ci ne doit pas être un frein aux mesures nécessaires de protection de notre population, mesures que nous saurons maîtriser, n’en doutons pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.