lundi 18 janvier 2021
Accueil / A la Une / Arno, Rémi et Cyrille: qui sont les trois gendarmes tués par le forcené du Puy-de-Dôme?
Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel, les trois gendarmes tués par un forcené à Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, mercredi 23 décembre 2020. (Photos: DR - Linkedin et Facebook)
Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel, les trois gendarmes tués par un forcené à Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, mercredi 23 décembre 2020. (Photos: DR - Linkedin et Facebook - Montage L'Essor)

Arno, Rémi et Cyrille: qui sont les trois gendarmes tués par le forcené du Puy-de-Dôme?

Ils s’appelaient Arno Mavel, Rémi Dupuis et Cyrille Morel. Voici ce que l’on sait sur les trois gendarmes tués cette nuit par un forcené dans le Puy-de-Dôme.

Lire aussi: Trois gendarmes tués et au moins un quatrième blessé dans le Puy-de-Dôme

Arno Mavel

Arno Mavel, brigadier tué par un forcené. Il venait de réussir le concours sous-officier (Crédit photo: Arno Mavel / Instagram)

Le plus jeune, d’entre eux, Arno Mavel, était âgé de 21 ans. Affecté au Psig d’Ambert, ce brigadier – gendarme adjoint volontaire donc – venait d’apprendre il y a seulement quelques jours une bonne nouvelle. Il faisait partie des candidats admis au deuxième concours d’admission dans le corps des sous-officiers de gendarmerie de septembre 2020. C’est le concours “interne”. Celui-ci est réservé aux volontaires, gendarmes adjoints ou aspirants, réservistes, adjoints de sécurité et militaires avec au moins quatre années d’ancienneté.

Sur les photos de son compte Instagram, Arno Mavel, grand et athlétique, sourit à la vie. Ses tranches de vie partagées avec ses followers? Une randonnée dans le désert, une photo avec des amis à la Réunion ou encore une partie de billard à Vichy.

Originaire de Montpellier, Arno Mavel avait été formé à l’école de gendarmerie de Montluçon, dans l’Allier. Il servait au Psig d’Ambert depuis le 5 juillet 2018. Il était célibataire et n’avait pas d’enfant.

Rémi Dupuis

L’adjudant Rémi Dupuis, tué par un forcené (Crédit photo: Rémi Dupuis / Linkedin).

Âgé de 37 ans, cet adjudant était chef de groupe enquêteurs à la brigade d’Ambert. Ce gendarme du sud était originaire de Martigues et avait rejoint l’Arme en 2007 en intégrant l’école de sous-officiers de Libourne. Après deux ans à l’escadron de gendarmerie mobile de Saint-Amand-Montrond, cet historien de formation avait rejoint la gendarmerie de la sécurité des armements nucléaires (Gsan). Cette petite (une cinquantaine de personnels) unité méconnue est chargée du contrôle gouvernemental et de la sécurité des armes nucléaires.

Puis, en 2012, Rémi Dupuis, après être devenu officier de police judiciaire en 2010, avait changé de fonctions. Il avait rejoint la brigade de proximité d’Issoire, dans le Puy-de-Dôme, comme enquêteur judiciaire, avant de partir pour Ambert en novembre 2014, où il avait intégré le groupe montagne.

La Gendarmerie précise que Rémi Dupuis venait de suivre, “dans le cadre de la formation continue des gendarmes, le recyclage sur la prise en compte des violences intra- familiales”.
Il était pacsé et père de deux enfants, une fillette de 7 ans et un garçon de presque deux ans.

Cyrille Morel

Lieutenant Cyrille Morel, 45 ans, commandant en second de la compagnie de gendarmerie d'Ambert dans le Puy-de-Dôme. (Photo GN)
Lieutenant Cyrille Morel, 45 ans (Photo GN)

Âgé de 45 ans, le lieutenant Cyrille Morel était commandant en second de la compagnie d’Ambert. L’officier avait raconté son parcours à l’occasion de sa prise de poste au quotidien régional La Montagne. D’abord sous-officier – il avait fait l’école de Chaumont -, l’Arme l’affectera à Tuchan, dans l’Aude, puis dans le Puy-de-Dôme, successivement à Saint-Amant-Tallende, Combronde et Ambert.

Cyrille Morel montera ensuite en grade en obtenant en 2005 son concours d’officier de police judiciaire. D’abord en gagnant les galons de maréchal des logis-chef puis d’adjudant, avant de réussir le concours d’officier de Gendarmerie du rang en 2017. Après avoir suivi le cursus de l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) au sein de la 122e promotion, il avait pris le commandement de la communauté de brigades d’Ambert. Deux ans plus tard, nouvelle promotion dans la même ville où il devenait commandant en second de la compagnie.

Le lieutenant Cyrille Morel était marié et père de deux enfants, une fille de 15 ans et un fils de 11 ans.

Crowdfunding campaign banner

22 Commentaires

  1. Micaud

    Bien triste nouvelle nous présentons toute nos soutiens aux familles ainsi à leurs frères d’armes.une grande pensée à la profession.

  2. Paul-Henri Gros

    Quelle tristesse encore nos gens d’arme mort en exercice de leur fonction.
    J’adresse mes sincères condoléances à leurs familles.
    Et à tous nos Gendarmes et nos policiers leurs adresses de passer malgré ces temps difficiles des bonnes fêtes.
    J’adresse tout mes soutiens et mon admiration à nos fonctionnaires qui travaillent dans des conditions extrêmement difficiles sur le terrain de jour comme de nuit.

    • Sincères condoléances aux familles de ces braves !!! Dans quel monde vit on ? Voilà pourquoi il faut soutenir ces Hommes qui nous protègent au péril de leur vie.
      Bon courage ! !!!

    • Hussard

      L’armée n’est pas une administration de fonctionnaires
      Mais merci pour le message à nos hommes d’arme

  3. Bernard Goutaudier

    Quelle triste nouvelle d’apprendre ce matin le décès de ces trois jeunes militaires de la gendarmerie nationale dans l’exercice de leur mission auprès de la population
    En tant que petit fils d’adjudant- chef,je prie les familles de ces valeureux serviteurs de la Nation,qui nous protègent, d’accepter mes plus sincères condoléances
    Dans cette période de Noël,que ces quelques mots de soutien les aident à traverser cette cruelle épreuve.
    Bon courage à tous.

  4. Toutes mes condoléances aux familles des trois gendarmes.
    Un policier du Morbihan

    • Belot bernard

      Sincères condoléances aux familles ainsi qu au corp de gendarmerie qui mettent leurs vie en peril pour sauver les nôtres reposer en paix et merci à la gendarmerie.je suis père de deux gendarme et moi ancien militaire.

  5. Belot

    Sincères condoléances aux familles ainsi qu au corp de gendarmerie qui mettent leurs vie en peril pour sauver les nôtres reposer en paix et merci à la gendarmerie.

  6. Qu’ils reposent en paix mes chers collègues !

  7. Gens d’arme, il est déjà difficile d’y être et ensuite non-seulement d’y faire carrière, mais ensuite de supporter toutes les contraintes liées à notre époque. Je salue ces hommes, tombés, après avoir certainement essayés en vain, de résoudre le problème avec sang froid et professionnalisme. Respect.

  8. Sinceres condoleances aux familles. J ai beaucoup d amis gendarme. Mon coeur saigne ce soir

    • Dutriez

      Honneur et respect à ces 3 soldats de la loi de la Republique qui nous protègent et nous sauvent au quotidien avec dévouement et humanité au péril de leur vie et face à des chacals qui n’ont que mépris pour la vie humaine…que les Français, si prompts à manifester pour des causes bien plus futiles se mobilisent et manifestent enfin pour soutenir nos anges gardiens…je pense également aux familles de ces 3 héros pour leur souhaiter bon courage et leur dire qu’elles peuvent être fières d’eux…qu’elle injustice particulièrement cruelle en cette veille de Noël…Pierre / Versailles

  9. BONILLA

    très touché par ce drame j’ai une immense pensée aux familles en cette veille de Noël
    je ne suis pas de la région mais je compatie à leur douleurs
    toutes nos condoléances

    • RAMAGE

      Sincères condoléances aux familles des 3 victimes.
      Bon courage à tous nos gendarmes en ces périodes difficiles.
      Pensée particulière aux 4 enfants des victimes en cette veille de Noël.

  10. HERROUDJ Bruno

    Trois camarades de plus , de trop , encore . La Gendarmerie paie un lourd tribu pour une cause sociétale. L arsenal répressif contre les violences et autres commises a l’encontre des garants de nos institutions du droit et de la liberté, plus précisément les représentants de la force publique devra se montrer plus dissuasif afin de rétablir cette “peur” du Gendarme qui n’est plus qu’un lointain souvenir.
    Respect à l’engagement ultime de nos quatre camarades et un soutien inconditionnel à leurs familles

  11. Sincères condoléances aux familles , même si c est mots ne vous ramène pas les vôtres, nous pensons et prions pour vous. N oublions jamais leur engagement pour que nous puissions vivre en paix.

  12. Que de tristesse, respect pour tous les gendarmes. Faut-il toujours rappeler les risques que vous prenez tous les jours dans vos missions. Parents d’un gendarme, ce drame nous touche d’autant plus. Nos pensées vont aussi et surtout vers les familles, enfants, conjointes et parents. Nos plus sincères condoléances à tous. Quelle triste fin d’année, Bon courage.

  13. Pierre Hugues

    Toutes mes pensees et toutes ma tritesse pour ses trois gendarmes et leur familles. Le respect de la personne nexiste plus. Mes deux arrieres grands peres etaient officiers et sous officier de gendarmerie a cheval dans cette region. Une fin d annee effroyable. Bon courage.

  14. Guidi Bernard

    Ancien sous officier de l Armée de l Air, je suis très triste, sincères condoléances aux familles.

  15. Dumait

    transmis par le signataire :
    Je m’interroge de plus en plus sur le dur métier qui fut le nôtre durant plusieurs décennies et que vivent au quotidien nos jeunes Cadets de l’Active. (et dire qu’il y a encore des gens qui se disent contre les forces de l’ordre et leur font du tort).

    Un fou furieux s’en prend à sa compagne pour une affaire apparemment personnelle: probablement de séparation, de garde d’enfants ou de pures violences intrafamiliales et TIRE sans hésiter et sans sommation sur les 2 Gendarmes venus nuitamment à l’appel de la Dame menacée. Un gendarme est tué et l’autre sérieusement blessé. Il abat ensuite 2 autres gendarmes appelés en renfort

    TROIS familles de gendarmes touchées par ce drame terrible ne fêteront pas Noël.

    C’est malheureusement devenu le lot quasi quotidien de nos gendarmes aujourd’hui. Partout en France, le soir et la nuit, ils sont souvent appelés pour ” régler“ et ”démêler“ des affaires ”sentimentales” de couples qui se déchirent, de coups entre conjoints qui se règlent rarement de jour. On sait que les “débordements” arrivent immanquablement le soir ou la nuit, souvent après moultes “libations” qui donnent du courage.

    Très sincèrement affecté par ce nouveau drame, j’en suis avec l’âge avançant, à me demander si cela peut continuer ainsi ??? Tout çà, les responsables publics, les Juges, les Élus, si parfaits soient-ils, peuvent après coup faire preuve de compassion, d’humanité et d’empathie mais ils ne vivent pas ces moments tragiques, ces drames où l’on peut délibérément tiré sur des gendarmes, les tuer et les abattre comme des lapins, eux qui ne faisaient que leur métier en répondant simplement aux appels de détresse. Dans quelle société vivons-nous ??

    J’en suis à me demander si l’on doit continuer ainsi à se porter prestement au devant de telles situations dans une société si bouillonnante ??? Est-on encore en droit de pouvoir se poser simplement cette question alors qu’il se débat tant d’autres choses, souvent bien superflues voire incongrues. Le tireur s’est apparemment suicidé après coup et n’a pas tué sa femme. Nos trois camarades qui ne faisaient que remplir au mieux leurs missions ne sont plus là pour chérir leurs proches. N’est-ce pas trop injuste ???

    Je m’incline respectueusement devant leurs dépouilles mortelles. Je présente à toutes les familles dans le deuil mes sincères condoléances et prends part à leur grand chagrin. A tous les Personnels d’active, à l’institution Gendarmerie entière et à toutes les personnes sensibles à ce drame, je redis ma peine et prends part au deuil qui nous touche à nouveau, en renouvelant ma confiance totale envers les forces de l’ordre (Police et Gendarmerie), si nécessaires aujourd’hui. J’ai aussi une pensée toute particulière envers ceux qui ont dû annoncer les décès à leurs proches et aux camarades de ces trois gendarmes victimes du devoir. Quelle tristesse.
    Un vieux gendarme retraité, Daniel Seigneur. ( UNPRG 70).

    • LAVALEE

      Bonjour à tous. Ces trois disparitions soudaines, sont terribles. Terribles pour les familles, les amis, l’arme qu’est la Gendarmerie, et la nation toute entière. Je m’incline devant l’âme de ces militaires, en les saluant du fond du coeur. Je renouvelle tout mon soutien et ma sympathie, non seulement envers les militaires de la gendarmerie, mais aussi, je salue toutes les forces de l’ordre (civiles et militaires). C’est une profonde tristesse. Philippe LAVALEE , retraité de l’arme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.