samedi 31 octobre 2020
Accueil / Vie des personnels / Alain Dumait : Pourquoi je rachète “L’Essor de la Gendarmerie”
Alain Dumait
Alain Dumait

Alain Dumait : Pourquoi je rachète “L’Essor de la Gendarmerie”

Comme “La Lettre de l’expansion”, vient de sortir l’info, je ne peux pas différer plus longtemps à l’annonce ou la confirmation qu’en effet je viens de racheter le journal mensuel “L’Essor de la Gendarmerie”.

Il s’agit du principal support d’expression de la communauté gendarmique française.

Je crois qu’à partir d’une base déjà solide (1,2 million d’€ de chiffre d’affaires et un résultat d’exploitation nettement positif, depuis plusieurs années), il est possible d’améliorer encore la diffusion et les ressources de ce journal. Tel est mon projet. Au service exclusif de nos lecteurs et de nos annonceurs. Comme il se doit pour un journal libre.

Ci-dessous le communiqué de presse envoyé par Axemédia :

Cession du magazine “L’Essor de la Gendarmerie nationale”

La société Alain Dumait et Associés vient d’acquérir le magazine “L’Essor de la Gendarmerie nationale”. Créé en  1935 sous le titre de “La Voix de la Gendarmerie”, et aujourd’hui diffusé à près  de 20.000 exemplaires (abonnés), le magazine mensuel “L’Essor de la Gendarmerie nationale” accompagne depuis l’origine cette arme dans ses évolutions, en liaison avec l’UNPRG (Union nationale des personnels en retraite de la Gendarmerie).

Revendiquant clairement son indépendance, le magazine prend la défense des gendarmes, retraités et actifs, tant dans leur statut que dans leurs missions, tout en assurant la permanence d’une liaison entre les gendarmes retraités.

Dirigé successivement par le fondateur Jean Cousteix puis Jacques Révise, le magazine a été acquis en 2003 par Bernard Méaulle et Jean-Pierre Bechter, qui ont fait évoluer son contenu, sa formule et, plus récemment, une présence interactive sur Internet, afin de permettre de répondre aux attentes de ses lecteurs retraités tout en donnant une place importante aux préoccupations des gendarmes actifs.

La société RPA, éditrice de “L’Essor de la Gendarmerie nationale”, réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 1,2 Millions d’euros ; l’équipe du magazine, sous la coordination de Jean Claude Seguin, rédacteur en chef, est installée depuis fin 2011 au 9 rue Bleue, Paris 9éme.

Alain Dumait, qui peut s’appuyer sur son expérience de  journaliste (notamment économique) et d’éditeur de presse, vient d’acquérir 100% de la société RPA. Son intention est de s’appuyer sur les fondamentaux éditoriaux et économiques du magazine pour poursuivre et amplifier son développement, tant auprès des gendarmes retraités proches de l’UNPRG qu’aux gendarmes actifs, en maintenant la ligne éditoriale tenue par ses prédécesseurs.

La transaction a été réalisée avec le concours du cabinet Axemedia.

Crowdfunding campaign banner

5 Commentaires

  1. hoarau

    l’évolution de l’essor pourrait passer par un abonnement à la publication directement sur internet, sans passer par le mode papier. Demeurant loin de la mère patrie, l’essor arrive sur le département environ 20 jours après son envoi dans le meilleur des cas. Le mode internet permettrait une lecture immédiate et certainement une augmentation des abonnements. C’est donc a suivre, je serai certainement un des premiers à m’abonner à cette formule

  2. camuset

    je n’ai aucun commentaire à faire sinon attendre la suite qui sera réservée à l’indépendance de l’essor.

  3. Je reviens sur le drame de Collobrières.
    J’ai entendu et lu tout et n’importe quoi. J’avais indiqué que dans la police Nationale il n’y a pas d’intervention,ni même de patrouille “unisexe”. Je ne comprends pas que l’on puisse dire qu’une femme est ‘l’égale’ de l’homme. La parité oui,l’égalité non. Si non pour quoi ne pas exiger les mêmes performances “physiques” des femmes que pour les hommes. Sinon aux jeux olympiques on ferait faire sauter ,lancer courir aux mêmes conditions que les hommes.
    D’autre part la mère de l’une des victimes a déclaré que sa (Gendarme)lui disait toujours que les ‘MECS’ ne lui font pas peur.Je pose la question aux psychologues, psychiatres et philosophes pour expliquer cette formule.
    1’Officier Sup. a dit que cela est arrivé aussi a des Gendarmes masculins. Durant ma carrière dans la gendarmerie jamais 1 Gendarme ne s’est fait prendre son arme “de son vivant”. Je pense qu’il y a eu des erreurs de commises.Mais enfin depuis quand une “INTERVENTION” de nuit est effectuée dans la précipitation. Qui a établi le bulletin de service.????

  4. Bastien

    N’oublions pas les victimes de notre Arme.Les plus récentes, comme les autres ; Ouvéa , Barricades et tant d’autres .

  5. Je découvre à l’instant qu’une page de l’Essor s’est refermée l’année dernière et qu’une nouvelle plume s’apprête à écrire les prochains chapitres de cette publication que j’ai eu l’honneur de diriger il y a quelques années.
    La lecture des premiers éditoriaux de M.Dumait m’a permis d’apprécier sa volonté, d’une part de renforcer les liens avec l’UNPRG et ,d’autre part, d’engager les développements nécessaires à la pérennité d’une telle publication (multiplication des dossiers thématiques, mise en valeur des contenus corporatistes, développement des services, recrutement d’abonnés, numérisation…).
    Cette politique pertinente devrait permettre à l’Essor, dans un contexte difficile, de renforcer son audience et ainsi, de poursuivre sa route en pesant toujours plus sur les décisions du pouvoir pour préserver les intérêts de l’Arme et de ceux qui l’ont servie.
    Je souhaite donc bon vent à la nouvelle équipe, à ses fidèles contributeurs (RA, MG en particulier) et, surtout, longue et belle vie aux retraités de l’UNPRG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.