lundi 28 septembre 2020
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Ain : un gendarme se suicide avec son arme de service

Ain : un gendarme se suicide avec son arme de service

Un jeune gendarme de 30 ans, Julien G, affecté à la communauté de brigades de Pont-de-Vaux dans l’Ain, s’est donné la mort avec son arme de service. Son corps a été découvert dimanche matin 18 décembre par ses collègues. A sa sortie de l’Ecole de Châtellerault, il avait été affecté à la brigade territoriale autonome de Gray en Haute-Saône.

L’information a été rapportée par le journal Le Progrès et relayée par l‘association Gendarmes et Citoyens sur sa page Facebook.

Crowdfunding campaign banner

6 Commentaires

  1. Michel POUTREL

    D’où vient ce malaise ?
    A 30 ans c’est jeune… et si c’est le métier de Gendarme qui entre en jeu, à savoir pourquoi ?
    Sincères condoléances à sa famille.

  2. Pourquoi Gend Com ne publie plus ces camarades qui décident de nous quitter tragiquement? Condoléances à la famille. N’oublions pas ces camarades de la brigade.
    Ne disparaissent que ceux que l’on oublie.

  3. LEROUX Loïc

    Ce malaise a toujours existé en Gendarmerie et Police Nationale, mais c’était non divulgué par la presse. Dans ma carrière j’ai perdu trois collègues avec qui je travaillais tous les jours. Avant nous étions une grande famille en Gendarmerie mais maintenant c’est devenu une entreprise. Toujours sous pression par la hiérarchie, c’est pour cela
    que j’ai quitté la Gendarmerie à 50 ans.
    Sincères condoléances à la famille de ce militaire.

  4. Mike

    Nous avons une hiérarchie parfois inhumaine. Vous pouvez avoir été cité en exemple pendant toute votre carrière, et être traité de bon à rien, mis au placard parce que vous avez un souci personnel. Si le militaire n a pas la chance d avoir un bon entourage pour l aider dans ce moment difficulté il peut être tenté de commettre l irréparable. J ai vécu cette situation personnellement. En plus du souci privé familial la gendarmerie vous plonge davantage la tête sous l eau en vous mettant la pression en vous dénigrant occultant votre parcours professionnel. Moi j’ai trouvé la force de me dire et de me convaincre que la gendarmerie ne m arracherait pas ma vie. Encore aujourd’hui je pense à ce jeune officier inhumain froid impoli qui a voulu me détruire. Je pense qu’il n a pas de conscience. Je ne lui souhaite pas d avoir une embûche dans sa vie privée ou professionnelle mais il apprendra à ses dépends que la vie n est pas un long fleuve tranquille et qu’ être carriériste n amène qu’à l égoïsme. Condoléances à la famille et au personnel de la brigade de pont de faux.

  5. Christian

    La gendarme n’est plus et n’a jamais une force humaine mais “inhumaine”
    Qu’il repose en paix et condoléances à la famille

  6. COUTTENIER

    Qui vous dit qu’il s’agit d’un acte en lien avec le service ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *