vendredi 23 octobre 2020
Accueil / A la Une / Adieu aux armes du général Alain Giorgis
La cour de l'hôtel de la Marine qui accueille e commandement des écoles à Rochefort. Ici lors de la cérémonie d'adieu aux armes du général Giorgis dans la cour du commandement des écoles de gendarmerie à Rochefort (Charente-Maritime) (Photo PMG)

Adieu aux armes du général Alain Giorgis

Après 44 ans de vie militaire, dont 38 en Gendarmerie, le général de corps d’armée Alain Giorgis , commandant les écoles de la gendarmerie, a fait ses adieux aux armes lors d’une cérémonie militaire mardi à Rochefort (Charente-Maritime).

Le directeur de la Gendarmerie, le général d’armée Denis Favier a présidé la prise d’armes dans la cour pavée de l’élégant bâtiment du XVIIème siècle, siège du commandement des écoles, au bord de la Charente à deux pas de la Corderie royale.

Devant le préfet du département Eric Jalon et l’inspecteur général des armées gendarmerie (Igag) Jean-Régis Véchambre, le général Favier a rendu hommage au général Giorgis, 59 ans, un « homme d’action et de réflexion ».

Saint-cyrien, le général Giorgis a notamment commandé la compagnie de Vichy (Allier), le groupement départemental de l’Isère, le Groupement de sécurité et d’intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN, réunissant à l’époque le GSPR, l’EPIGN et le GIGN).

Enfant de troupe, né à Nice, le général Giorgis a également été secrétaire général du Conseil de la fonction militaire de la Gendarmerie (CFMG) et chargé de mission pour la communication auprès du DGGN et chef du Sirpa Gendarmerie.
Il a enfin commandé la région de gendarmerie de Bretagne en 2011 avant de prendre le commandement des écoles le 1er septembre 2013. Il quittera son poste le 1er septembre 2016. Son successeur est le général de division Simon-Pierre Baradel.

De nombreux officiers généraux de la Gendarmerie assistaient également à l’adieu aux armes du général Giorgis, dont la générale Isabelle Guion de Méritens, commandant l’EOGN ou le général Philippe Guimbert, commandant le Sirpa.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Strzelczyk Charles

    Son adjoint à Vichy
    Au revoir mon général

  2. giorgis

    en France il faut serrer la vis plus rien ne vas gauche caviard ou droite cassoulet c’est les mémes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.