mardi 24 novembre 2020
Accueil / Vie des personnels / 8.500 gendarmes mobilisés dans le cadre des attentats
Paris, le 14 novembre. Dans la rue de Faidherbe, des policiers sécurisent la zone à proximité du croisement avec la rue de Charonne où un attentat a eu lieu la veille au soir. Photo: M. GUYOT/ESSOR
Paris, le 14 novembre. Dans la rue de Faidherbe, des policiers sécurisent la zone à proximité du croisement avec la rue de Charonne où un attentat a eu lieu la veille au soir. Photo: M. GUYOT/ESSOR

8.500 gendarmes mobilisés dans le cadre des attentats

8.500 gendarmes d’active et de réserve sont mobilisés dans toute la France, après les attentats du vendredi 13 novembre, pour contrôler les frontières, les véhicules et les personnes, ainsi que les lieux jugés sensibles.

Le gouvernement a en effet décidé rétablir le contrôle aux frontières terrestres, dans les ports et les aéroports. Dans le nord, Belges et Français coopèrent afin d’optimiser leurs résultats. Dans l’Aisne, les contrôles sont renforcés sur les axes principaux, jour et nuit, dans les deux sens de circulation. Près d’Armentières (Nord), les renforts sont venus de toute l’agglomération de Lille pour surveiller les axes qui mènent vers la Belgique.

La surveillance de l’aéroport de Pau-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques), effectuée par la brigade de gendarmerie des transports aériens, est ponctuellement renforcée par des effectifs du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de Pau et des brigades du secteur. Par ailleurs, l’entrée de la plus importante plateforme chimique de Lacq (Pyrénées- Atlantiques) qui concentre quatre plateformes industrielles classées Seveso, est désormais surveillée par des gendarmes du PSIG d’Orthez appuyés par un hélicoptère.

Les patrouilles de police et de gendarmerie ont été réorientées sur les sites de forte affluence dans les Bouches-du-Rhône, comme les centres commerciaux ou le stade Vélodrome à Marseille. L’aéroport de Marignane ou la gare Saint Charles font l’objet d’une vigilance renforcée. Environ 1.200 policiers, gendarmes et militaires sont mobilisés dans ce département.

Enfin, à Paris, 230 gendarmes en renfort ont été mis à la disposition de la préfecture de Police, et deux sections du GIGN sont en première alerte. En Ile-de-France, 432 réservistes ont été mobilisés sur trois jours depuis samedi matin, soit une moyenne de 144 réservistes chaque jour déployés sur quatre départements (Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Val d’Oise).

Ces renforts s’ajoutent aux 30.000 policiers, gendarmes et militaires engagés depuis plusieurs mois à la protection de 5.000 lieux sensibles sur l’ensemble du territoire, dans le cadre de Vigipirate.

Le bilan humain des multiples attaques qui ont frappé vendredi soir le Stade de France, la salle de spectacles du Bataclan et plusieurs bars et restaurants de la capitale, s’élevait lundi en fin d’après-midi, à 130 morts et de plus de 300 blessés dont une centaine dans un état grave.

Nathalie DELEAU 

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Pierre

    J’espère que nos gouvernants vont se rendre compte du délabrement général tant sur le plan effectifs, 15.000 postes budgétaires Gendarmerie supprimés sous l’ère Sarkozy, pour ne parler que “Gendarmes”, que sur le plan matériel, des véhicules dépassant les 250.000 km/compteur, des aéronefs cloués au sol par manque de moyens pour les entretenir et les dépanner. Il va falloir aller chez Michelin chercher des rustines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.